PGM-11 Redstone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Redstone.
Missile Redstone no CC-56 tiré depuis la Base de lancement de Cap Canaveral le 17 septembre 1958.

Le PGM-11 Redstone est un missile balistique sol-sol de courte portée à ogive nucléaire ou conventionnelle de l'Armée de terre américaine développé dans les années 1950 et qui fut en service de 1958 à 1964.

Historique[modifier | modifier le code]

Le missile Redstone est une extrapolation du missile V2 développé par l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. Sa conception remonte à 1948 et a été réalisée pour l'essentiel à l’Army Ballistic Missile Agency par l'équipe d'ingénieurs allemands dirigée par Wernher von Braun qui était à l'origine du V2 et qui avait été ramenée aux États-Unis après la défaite de 1945. Le premier tir a lieu en 1953. 120 de ces missiles qui furent les premiers de ce type à intégrer l’US Army furent construits entre 1955 et 1960 par Chrysler et ont été déployés en Allemagne de l'Ouest dans le cadre de la défense de l'OTAN à partir de juin 1958 sous la désignation M8. Redésigné PGM-11 en juin 1963 dans le cadre du système de désignation des aéronefs inhabités du Département de la Défense des États-Unis, ils furent remplacés en 1964 par les MGM-31 Pershing, plus simples d'utilisation.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Redstone en position de tir en 1961.

Construit par Chrysler, il a une masse de 27,7 tonnes pour une longueur de 21,1 mètres et un diamètre de 1,8 mètre. Il peut emporter une tête nucléaire W39 de 3,5 mégatonnes équivalent TNT ou 500 kilotonnes avec une portée comprise entre 92,5 et 323 km et une précision de 300 mètres. Il comporte un seul étage propulsé par un moteur-fusée d'une poussée de 350 kilonewtons au niveau de la mer brûlant de l'éthanol et de l'oxygène conservé sous forme liquide (LOX). Le missile est guidé par une centrale à inertie.

Un bataillon de PGM-11 Redstone est composé de près de 20 véhicules lourds. Quand un site de lancement est atteint, sa position exacte est validée, la rampe de lancement mise à niveau, les trois sections du missile sont assemblées, puis le missile est érigé. Cela prend huit heures. Après avoir reçu l'ordre de lancement, le ravitaillement en carburant prend 15 autres minutes, avant que le missile puisse finalement être lancé.

Versions[modifier | modifier le code]

Plusieurs fusées à usage militaire ou civil sont dérivées du missile Redstone :

  • La fusée Jupiter-C est un missile Redstone auquel ont été ajoutés deux étages à poudre. Trois fusées de ce type ont été tirées entre 1956 et 1957 pour tester la tête de rentrée de missiles.
  • La fusée Juno-1 a été utilisée pour le lancement les 5 premiers satellites américains Explorer 1… en 1958. À cet effet le missile Redstone était surmonté de trois étages composés d'assemblage en fagot de corps de missiles Sergeant.
  • Les fusées Mercury-Redstone ont été utilisées pour lancer les premiers vaisseaux spatiaux du programme Mercury. Les deux premiers vols spatiaux américains habités (balistiques) ont été effectués avec cette version dérivée du missile Redstone : pour répondre aux besoins du programme Mercury les réservoirs avaient été allongés et la poussée du moteur avait été augmentée.
  • Le premier étage des fusées Saturn I et Saturn IB était constitué d'un réservoir de fusée Jupiter entouré de huit réservoirs de fusée Redstone.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]