Système de désignation des aéronefs inhabités du Département de la Défense des États-Unis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le système de désignation des aéronefs inhabités du Département de la Défense des États-Unis tente de classifier tous les aéronefs inhabités en service aujourd'hui, ou ayant été en service depuis le 27 juin 1963 dans l'armée des États-Unis10. Parmi les aéronefs inhabités, citons les missiles et les fusées spatiales. Les aéronefs habités sont habituellement désignés selon la nomenclature des avions américains après 1962.

Le document de référence, produit par le Département de la Défense des États-Unis, qui explique la nomenclature de ce système est le (en) Air Force Joint Instruction 16-401. Il donne également des instructions pour désigner de nouveaux aéronefs inhabités.

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Avant de décrire le système, voici des exemples de désignation d'aéronefs inhabités en service dans l'armée américaine.

6 3 2 1 4 5 7 8
L G M - 30 G Minuteman III
A I M - 9 P -2 Sidewinder
C A T M - 120 C AIM-120 AMRAAM
Z B Q M - 90 A
M G R - 1 A Honest John
A S B - 11 A Pegasus
N S - 7 D NAVSTAR GPS

Dans la suite du texte, nous passons en revue les huit éléments qui constituent la désignation de l'aéronef.

La désignation d'un aéronef est officiellement appelée (en) MDS designation ((en) Mission-Design-Series designation). Dans le but de raccourcir les informations qui suivent, nous utiliserons l'abréviation MDS.

1. Type de véhicule

Cette lettre définit une large catégorie de véhicules et définit la série dans laquelle se trouve le MDS (voir la section (4) plus bas).

2. Mission

Cette lettre désigne la mission du véhicule[5].

  • C : transport [1988/1989 - aujourd'hui] [6]
  • D : leurre ((en) decoy) [1963 - aujourd'hui]
  • E : électronique spécialisé, communication ((en) special electronics) [1963 - aujourd'hui]
  • G : attaque au sol [1963 - aujourd'hui]
  • I : interception [1963 - aujourd'hui] [7]
  • L : détection de tir ((en) launch detection) [1988/1989 - aujourd'hui]
  • M : mesures scientifiques, calibration [1988/1989 - aujourd'hui] [6]
  • N : navigation [1988/1989 - aujourd'hui]
  • Q : drone cible [1963 - aujourd'hui] [8]
  • S : aide aux opérations dans l'espace [1988/1989 - aujourd'hui]
  • T : entraînement [1963 - aujourd'hui]
  • U : attaque sous l'eau ((en) underwater attack) [1963 - aujourd'hui]
  • W : météorologie [1963 - aujourd'hui] [9]
3. Site de tir

Cette lettre désigne le site de tir de l'aéronef. Originalement, il était permis d'omettre cette lettre si une lettre de statut en préfixe apparaissait. Dans les années 1970, cette option a disparu, ce qui a amené quelques modifications à la désignation de certains véhicules (par exemple, YQM-94A est devenu YGQM-94A). Les désignations pour les satellites et les boosters lancés depuis le sol n'ont pas cette lettre.

  • A : air [1963 - aujourd'hui]
  • B : multiple [1963 - aujourd'hui] [10]
  • C : coffre [1963 - aujourd'hui] [11]
  • F : individuel [1966/70 - aujourd'hui]
  • G : piste de décollage ou sol ((en) runway or ground) [1976 - aujourd'hui] [12]
  • H : stocké dans un silo [1963 - aujourd'hui] [13]
  • L : lancé d'un silo [1963 - aujourd'hui]
  • M : tir du sol, mobile [1963 - aujourd'hui]
  • P : plateforme molle [1963 - aujourd'hui] [14]
  • R : navire de surface [1963 - aujourd'hui]
  • S : espace ((en) space) [1988/89 - aujourd'hui] [15]
  • U : sous-marin ((en) underwater) [1963 - aujourd'hui]
4. Numéro de conception

Chaque type de véhicule forme une série différente de numéros de conception, chacune débutant à 1. Les numéros dans chaque série sont assignés dans un ordre croissant, peu importe la désignation donnée par le fabricant ou celle que l'on retrouverait dans une autre série. Il est possible qu'un véhicule existe pour différents buts ou dans une configuration de tir différente. Leur désignation contient le même numéro de conception mais utilise une autre combinaison de lettres. Par exemple, le missile LTV Regulus II reçoit la désignation RGM-15A lorsqu'il est tiré d'un navire et vise une cible au sol, mais MQM-15A lorsqu'il est tiré du sol et sert de drone cible.

5. Série

Les différentes variantes d'un modèle de base reçoivent un suffixe. La première variante reçoit toujours le suffixe A et les lettres se suivent de façon croissante sans omission pour les autres variantes (seules les lettres I et O sont exclues dans le but de prévenir des erreurs de lecture lorsque comparées à 1 et à 0). Cette lettre est obligatoire pour tout MDS d'aéronef. En conséquence, AIM-120 par exemple renvoie toujours au modèle de base, jamais à une variante spécifique.

6. État

N'importe quel aéronef, lorsqu'il n'est pas en service régulier ou qu'il se trouve dans une configuration spéciale, peut recevoir un préfixe pour indiquer son état.

  • C : captif [1978/1986 - aujourd'hui] [16]
  • D : dummy [1978/1986 - aujourd'hui] [17]
  • J : test spécial, temporaire [1963 - aujourd'hui] [18]
  • M : entretien [1978/1986-1993] [19]
  • N : test spécial, permanent [1963 - aujourd'hui] [18]
  • X : expérimental [1963 - aujourd'hui]
  • Y : prototype [1963 - aujourd'hui]
  • Z : planifié [1963 - aujourd'hui] [20]
7. Numéro de configuration

C'est une lettre facultative. Des modifications mineures ou des sous-variantes légèrement différentes d'un modèle peuvent être indiquées ainsi. Cette lettre est séparée de la lettre de série par un tiret.

8. Surnom

Pendant la période de conception et de développement, la plupart des missiles reçoivent un surnom qui peut être une expression ou un acronyme. Bien que ces noms ne font pas officiellement partie du MDS, la plupart des missiles sont exclusivement désignés par leur surnom, tant dans la presse populaire que dans les documents et les nouvelles publiés par le gouvernement américain.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Les lettres B et S furent introduites pendant la période 1988/1989, et presque tous les MDS en vigueur qui utilisent ces lettres ont été introduits durant la même période. Depuis, pratiquement tous les nouveaux boosters (par exemple, Atlas V et Delta 4) et tous les nouveaux satellites n'ont pas reçu de MDS. De plus, les boosters et les satellites sont rarement mentionnés par leur MDS, sauf dans les documents internes du Département de la Défense.
  2. De 1963 à 1997, les drones réutilisables furent désignés par la lettre M. Depuis 1997, ces véhicules appartiennent à la série Q du système de désignation des aéronefs habités du Département de la Défense des États-Unis.
  3. Une sonde est définie comme un véhicule avec instruments hors orbite utilisé pour la météorologie et d'autres mesures. Pour cette raison, la lettre N est superflue, car toute sonde pourrait être classée soit comme type M (si elle est guidée) ou comme type R (si elle n'est pas guidée).
  4. La lettre R désigne les fusées inhabitées. Les contraintes originales de 1963 ont exclues explicitement les fusées qui attaquent une cible au sol, cible visible à distance. Aujourd'hui, cette exclusion n'a plus cours, mais c'est une pratique courante de ne pas appliquer de MDS à ce type de fusées.
  5. Il n'y a pas de lettre pour les prototypes expérimentaux. Cela signifie probablement que ces véhicules ne sont pas officiellement reconnus. Également, il n'y a pas de lettre pour les véhicules de reconnaissance, bien qu'ils soient utiles aux militaires. Jusque dans les années 1990, les drones de reconnaissance reçurent la désignation xQM-n (c'est-à-dire comme les drones cibles), alors que les nouveaux drones sont désignés par RQ-n (voir aussi note 9). Les satellites de reconnaissance ne reçoivent pas de MDS, probablement parce qu'ils sont opérés par le NRO et non pas les militaires.
  6. a et b Depuis décembre 2006, les lettres C et M ne sont plus utilisées.
  7. La lettre I désigne les missions d'interception dans et hors de l'atmosphère. La désignation ASM-135A pour un missile anti-satellite a été donnée avant que les missions du type S ne soient définies. Aujourd'hui, ce missile serait désigné par AIM-n.
  8. La lettre Q était habituellement assignée pour les drones cibles et les drones réutilisables. Cependant, en 1997, la lettre Q est ajoutée au système de désignation des aéronefs habités du Département de la Défense des États-Unis. Pour cette raison, la lettre Q ne vise maintenant que les drones cibles.
  9. La lettre W couvre les véhicules (sondes ou satellites) qui recueillent ou distribuent des informations météorologiques.
  10. La lettre B doit seulement être utilisée si le missile est inchangé dans les différentes options de tir. S'il doit être modifié, sa désignation doit changer (par exemple, AGM-84A tiré depuis les airs et UGM-84A tiré depuis un sous-marin).
  11. Un coffre est un contenant non durci.
  12. La lettre G est principalement destinée aux véhicules qui décollent d'une piste de décollage. Sinon, il faut utiliser une autre lettre pour les véhicules lancées depuis le sol (C, F, H, L, M et P). Pour cette raison, G est peu utilisée.
  13. La lettre H est pour les missiles stockés dans un silo, mais tirés depuis le sol. Cette technologie était utilisée dans la première génération d'ICBM (HGM-16F et HGM-25A), elle est dépassée. En pratique actuelle, cette lettre est inutilisée.
  14. Une « plateforme molle » est définie comme une aire au sol non protégée.
  15. La lettre S n'a jusqu'ici été utilisée que dans les MDS SSB-n pour les étages supérieurs d'un lanceur.
  16. Une variante captive d'un missile est un missile emporté par un avion, servant pour l'entraînement, qui peut être tiré des airs, mais qui ne pourra jamais être tiré.
  17. Un missile dummy est complètement inerte et inoffensif (sans moteur et sans charge), utilisé pour les exercices d'entraînement à la manutention.
  18. a et b Le préfixe J s'applique si le véhicule peut être ramené à une configuration standard une fois les tests finalisés. Le préfixe N désigne les véhicules qui ont été modifiés de façon si extensives pour effectuer des test qu'ils ne peuvent être convertis à leur forme original sans imposer des coûts prohibitifs.
  19. La lettre M semble vue comme non nécessaire aujourd'hui.
  20. La lettre Z est rarement utilisée aujourd'hui. Les aéronefs en développement reçoivent rarement une désignation avant qu'ils ne deviennent des prototypes en construction et même lorsque cela arrive, cette lettre n'est pas utilisée.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]