Semi-remorque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une semi-remorque est une remorque routière destinée au transport de marchandises dont la particularité est de reposer sur un ou plusieurs essieux, à l'arrière, et sur le véhicule tracteur, à l'avant, par l'intermédiaire d'une plateforme appelée sellette, de sorte que le tracteur supporte une partie notable du poids de la remorque et de son chargement.

Description[modifier | modifier le code]

Une semi-remorque est souvent appelée semi, voire traîne par les chauffeurs et parfois abrégée SREM.

Par abus de langage, on appelle aussi semi-remorque (terme masculin) l'ensemble formé par le tracteur et la remorque. Cet ensemble s'appelle officiellement véhicule articulé[1].

L'avant de la semi-remorque, lorsqu'elle est dételée, est maintenu à hauteur par l'intermédiaire de deux béquilles qui reposent sur le sol. Elles peuvent être commandées hydrauliquement mais, généralement, pour des raisons de simplicité mécanique et de coût d'entretien, on lui préfère la commande manuelle (par une manivelle jointe à un engrenage commandant une crémaillère). Baisser ou bien remonter manuellement les béquilles lors de l'accrochage ou du décrochage d'une semi-remorque prend 3 à 4 minutes par opposition à quelques secondes avec un système hydraulique.

Types[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreux types et dimensions de semi-remorques, selon le genre de transport à effectuer. Plateau (porte-conteneurs, porte-grumes pour le transport de bois, à châssis extensible pour le transport de produits de grande longueur, porte-bobines, porte-engins), fourgon, frigorifique (denrées périssables), bétaillère, citerne (liquides alimentaires, produits chimiques, pulvérulents), bâchée (savoyarde, tautliner), benne (travaux publics, céréalière), porte-voitures, semi-remorque surbaissée, etc.

On peut également adapter différentes machines sur un semi-remorque, dans le cas de travaux spéciaux : grue, matériel militaire, véhicule de secours, d'intervention, ou véhicules affectés à des travaux spéciaux (exploitation forestière, ponts et chaussées, entretien de réseaux, de curage ou d'hydrocurage, véhicules miniers), éclairage cinématographique, podium pour spectacle, etc.

Essieux[modifier | modifier le code]

Son appellation est la même quel que soit le nombre d'essieux dont elle est équipée. On peut aussi employer le terme "axe" pour désigner un essieu (exemple : une semi-remorque trois axes}.

  • Une semi-remorque peut être équipée d'un ou plusieurs essieux à roues simples ou jumelées (roues doubles) ;
  • Une semi-remorque est accouplée à un véhicule tracteur routier (TRR) ;
  • Un tandem correspond à une semi-remorque à 2 essieux.
  • Un tridem correspond à une semi-remorque à 3 essieux.

Ce système est très courant en Europe, avec un tracteur à deux essieux. Mais ce type de configuration n'est pas autorisé en Amérique du Nord, où la norme est d'un tracteur à trois essieux accompagné d'une remorque de 1 jusqu'à 6 essieux.

Certaines semi-remorques sont équipées d'essieux relevables, ainsi que d'essieux autovireurs, voire des deux.

L'essieu relevable est assez courant en Europe, pour limiter les frottements sur la route. Son relevage est de plus en plus automatisé ; il s'effectue en fonction de la charge.

L'essieu autovireur (généralement le dernier) est coutumier dans certains pays comme en Italie, moins dans d'autres (notamment en France ou au Royaume-Uni) ;son but est de réduire l'usure des pneumatiques dans les courbes. Ces essieux autovireurs se rencontrent fréquemment sur les remorques grumières extensibles pour faciliter les passages en virages et, parfois décliné en un système de bogie.

Ces deux systèmes sont aussi utilisés en Amérique du Nord.

Les semi-remorques utilisées pour des convois exceptionnels peuvent avoir quatre essieux ou plus.

En France, en dehors des convois exceptionnels, le PTRA maximum pour un transport routier est de 40 tonnes, seuil relevé à 44 tonnes pour les transports routiers combinés (maritime/route/train), sans pouvoir dépasser 12 tonnes à l'essieu, y compris ceux du véhicule tracteur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Texte du code de la route », sur legifrance.gouv.fr

Bibliographie[modifier | modifier le code]