Aérodrome

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le petit aérodrome régional néo-zélandais de Paraparaumu.

Un aérodrome est une surface (sur terre ou sur l'eau) destinée à être utilisée (en totalité ou en partie) pour l'arrivée, le départ des aéronefs et pour leurs évolutions au sol[1].

Accessoirement, l'aérodrome peut disposer d'installations destinées au garage, à la mise en œuvre et à la maintenance des aéronefs. Le site est souvent le lieu d'implantation d'associations ou d'entreprises ayant des activités liées à l'aéronautique.

Le contrôle local du trafic aérien, s'il existe, est assuré à partir d'une tour de contrôle. Les services de contrôle régionaux y sont souvent co-localisés.

Typologie[modifier | modifier le code]

Le terme aérodrome désigne l'ensemble des surfaces au sol ou sur l'eau destinées aux mouvements des aéronefs. (En France) le gestionnaire précise dans sa déclaration auprès des autorités la nature des aéronefs auxquels l'aérodrome est ouvert.

Si l'accès est réservé aux hélicoptères on utilise le terme d'hélisurface.

En fonction de l'utilisation l'aérodrome peut accueillir des infrastructures destinées au transport commercial de passagers ou à des activités militaires. On utilise alors, respectivement, les termes d'aéroport ou de base aérienne. Lorsque l'aérodrome est utilisé exclusivement pour l'une de ces activités il peut y avoir confusion entre les termes.

Le terme airport utilisé par les Américains désigne un aérodrome. L'équivalent d'aéroport est commercial airport.

Pour les premières démonstrations aériennes organisées en France on utilisait le terme de champ d'aviation. Port-Aviation, inauguré en 1909 sur le territoire de la commune de Viry-Châtillon (Essonne) et ancêtre de l'aéroport Paris-Orly, revendique d'être le premier aérodrome organisé au monde[2].

Généralités[modifier | modifier le code]

Un aérodrome comprend :

  • une aire de décollage et d'atterrissage des aéronefs constituée d'une ou plusieurs pistes ;
  • une aire de circulation permettant de rallier la piste, les taxiways ;
  • une aire de stationnement ;
  • un ensemble de balisage des aires ;
  • un système de contrôle des mouvements aériens aux alentours de la plateforme constitué au minimum d'une aire à signaux et d'une manche à air ;

et des bâtiments destinés au garage, à l'entretien et à la mise en œuvre des aéronefs.

D'une manière générale un aérodrome est utilisé pour les activités de loisirs ou sportives et donc pour l'aviation légère. Les installations listées ci-dessus sont le plus souvent suffisantes. Si l'aérodrome est utilisé pour des activités militaires, adjonction d'une base aérienne, ou pour le transport commercial de passagers ou de fret, adjonction d'un aéroport, il devient nécessaire dans la plupart des cas de pouvoir accueillir des aéronefs plus lourds, plus rapide et en nombre plus élevé. Les pistes seront alors plus larges, plus longues et pourront supporter des charges plus importantes. Le système de balisage sera adapté pour être utilisé par tous les temps, adjonction de balises lumineuses. Une tour de contrôle permettra d'accueillir les personnels chargés de contrôler la circulation des aéronefs au sol et dans la zone de l'aérodrome.

Contrôle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Contrôle du trafic aérien.

Les aérodromes peuvent être :

  • contrôlés : le service de contrôle aérien est responsable de la gestion et de la sécurité du trafic ; les pilotes doivent maintenir un contact radio avec la tour de contrôle et suivre les instructions ;
  • non contrôlés : il est conseillé aux pilotes d'annoncer leurs intentions à l'attention des éventuels autres pilotes en utilisant la fréquence radio adéquate.

Dans les deux cas les aérodromes peuvent disposer d'un service d'annonce par radio pour informer les pilotes sur le numéro de piste en service et sur les données météorologiques.

Identification et information[modifier | modifier le code]

L'OACI attribue à chaque aérodrome civil un code constitué de quatre lettres.

L'IATA attribue à chaque aéroport un code constitué de trois lettres.

Par exemple, l'aérodrome de Marignane-Berre, identifié « LFTB » par l'OACI est co-localisé avec l'aérodrome de Marseille-Provence, identifié « LFML » par l'OACI qui est lié à l'aéroport de Marseille-Provence identifié « MRS » par l'IATA.

En France le Service d'information aéronautique publie les AIP, publication d'information aéronautique, donnant toutes les cartes et informations concernant un aérodrome. Le même service publie aussi les NOTAM, donnant des informations supplémentaires, généralement provisoires, concernant un aérodrome.

Gestionnaire[modifier | modifier le code]

Un aérodrome peut être :

  • civil : ouvert à la circulation aérienne générale, avec éventuellement des restrictions d'accès aux seuls vols commerciaux ;
  • gouvernemental : ouvert aux services gouvernementaux, militaires dans la majorité des cas ;
  • privé : réservé à des utilisateurs particuliers.

Pistes[modifier | modifier le code]

Les pistes sont les surfaces réservées au décollage et à l'atterrissage des aérodynes. Elles sont généralement en herbe, en bitume, en béton ou en terre battue comme il est souvent le cas dans les petites îles, archipel ou dans la savane.

Les pistes d'un aérodrome sont identifiées par leur numéro qui sont choisis en prenant leur orientation par rapport au nord magnétique en degrés que l'on divise par 10 et que l'on arrondit au nombre entier le plus proche. Par exemple, la piste 26 à Orly est orientée à 256° par rapport au nord magnétique. La piste 08 est constituée par la même surface mais prise dans l'autre sens - orientée bien évidemment à 076°.

Lorsqu'un aérodrome dispose de 2 pistes parallèles, à chaque numéro on associe une lettre en fonction de sa position : L pour gauche, R pour droite. Par exemple à Toussus-le-Noble, la piste 07L correspond à la piste 25R, la piste 07R correspond à la piste 25L. Elles sont parallèles et orientées au cap 074° dans un sens et 254° dans l'autre.
Plus rarement, 3 pistes peuvent être disposées en parallèle, dans ce cas les pistes extérieures seront dénommées comme vu précédemment et la piste centrale verra la lettre C (pour Central) associée à son numéro.

Les pistes pour avions légers font en général 600 à 1 000 m de long pour 25 à 45 m de large. Celles des grands aéroports avec un trafic d'avions de ligne important sont de l'ordre de 3 000 m de long pour 60 m de large.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. aérodrome, sur le site cnrtl.fr
  2. « Port-aviation », sur Ville de Viry-Châtillon,‎ 15 mars 2005 (consulté le 25 avril 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]