Davy Crockett (arme nucléaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Davy Crockett était composé d'un lance-roquettes sans recul qui propulsait des obus atomiques M388.

La Davy Crockett, officiellement le M-28 ou la M-29 Davy Crockett Weapon System, était composée d'un lance-roquettes sans recul qui tirait des projectiles nucléaires M388 à partir d'un trépied. Déployé pendant la guerre froide par l’US Army, ce fut l'un des plus petits systèmes d'arme nucléaire jamais mis au point. Il était nommé en l'honneur de Davy Crockett, un héros américain.

Description[modifier | modifier le code]

Des responsables américains regardent une ogive W54, partie de la Davy Crockett. La taille relativement petite de l'ogive est apparente.

La Davy Crockett fut développée vers la fin des années 1950 comme arme tactique contre les troupes soviétiques en cas de conflit en Europe. De petites unités du Atomic Battle Group (responsable du déploiement et de l'usage de la Davy Crockett) devaient être stationnées à tous les quelques kilomètres. Si les troupes soviétiques étaient venues à portée de tir, les soldats avaient ordre de tirer en leur direction, causant ainsi d'énormes pertes parmi les soldats soviétiques et rendant la zone d'impact inhabitable pendant 48 heures, ce qui aurait permis aux forces armées de l'OTAN de se mobiliser. Mais il est probable que les Soviétiques n'auraient pas hésité à traverser cette zone, car, lors d'entraînements, des soldats avaient franchi une zone irradiée malgré les graves conséquences que cela eut sur eux.

L'obus M-388 emportait une W54, une ogive nucléaire dont la puissance explosive était sous le kilotonne. La version Mk 54 pesait environ 23 kg, avec une puissance de 10 ou de 20 tonnes de TNT (très proche de la limite minimale pour une ogive atomique). La masse de l'obus était d'environ 34,5 kg. Il mesurait 78,7 cm de long et avait un diamètre maximum de 28 cm[1].

L'obus M-388 pouvait être tiré depuis deux lance-roquettes connus sous le nom de « Davy Crockett Weapon System » : le M28 (pouces, 102 mm) avec une portée d'environ 2 km ou le M29 (6 pouces, 155 mm) avec une portée de 4 km. Les deux lance-roquettes fonctionnaient avec la même arme et pouvaient être installés sur un trépied de tir, lequel pouvait être transporté par un camion ou un véhicule de transport de troupes. Chaque système de tir était manié par une unité composée de trois soldats[2].

Une Davy Crockett telle qu'exposée au United States Army Ordnance Museum.

Les deux lance-roquettes étaient imprécis lors des tests : le plus grand effet des obus proviendrait des retombées radioactives consécutives à l'explosion. Avec une puissance de 10 tonnes de TNT, la M-388 pouvait dégager une dose létale de radiations (plus de 10 000 REM) à 150 m de son point d'impact et une dose probablement fatale (environ 600 REM) à 400 m[3].

L'ogive fut testée le 7 juillet 1962 sur le polygone de tir Little Feller II et une autre fois sur le polygone de tir Little Feller I le 17 juillet Ce furent les dernières détonations nucléaires atmosphériques au site d'essais du Nevada.

Le système de tir fut à nouveau testé entre 1962 et 1968 au Pohakuloa Training Area à Hawaii : 714 obus M101 contenant de l'uranium appauvri furent tirés[4],[5].

Déploiement[modifier | modifier le code]

C'est en 1956 que commença la fabrication de la Davy Crockett : 2 100 systèmes en tout furent construits.

L'arme fut déployée par l’US Army entre 1961 et 1971. Elle fut retirée du service en Allemagne de l'Ouest en 1967. Les 55th et 56th Infantry Platoons du US 82nd Airborne Division, des unités parachutées, furent les dernières unités équipées du M29 Davy Crockett et furent désactivées vers le milieu de 1968.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Characteristics of all US nuclear weapons designs, accessed October 20, 2006
  2. (en) Guntruck.com Davy Crockett page. Consulté le 20 octobre 2006
  3. (en) Nuclear Weapons FAQ Section 5.6, Mechanisms of Damage and Injury. Consulté le 20 octobre 2006
  4. (en) Erin Miller, « Military says DU at PTA likely harmless: Army reports 'no likely adverse impacts' from spotting rounds », West Hawaii Today,‎ September 1, 2010 (lire en ligne)
  5. (en) Cabrera ServicesRadiological Engineering and Remediation, « Pohakuloa Training Area Firing Range Baseline Human Health Risk Assessment for Residual Depleted Uranium », US Army Hawaii Garrison,‎ June 2010 (consulté le 2 septembre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]