Mercury-Redstone 4

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mercury-Redstone 4
Insigne de la mission
Données de la mission
Vaisseau Liberty Bell 7
Équipage Virgil I. Grissom
Date de lancement 21 juillet 1961 12:20:36 UTC
Site de lancement LC-5, Cap Canaveral (Floride)
Date d'atterrissage 21 juillet 1961 12:36:13 UTC
Site d'atterrissage Océan Atlantique
Durée 00:15:37
Lanceur Mercury-Redstone
Nombre d'orbites Suborbital
Apogée 190,39 km (118,30 mi)
Distance parcourue 486,15 km (302,08 mi)
Photo de l'équipage
Virgil Ivan "Gus" Grissom
Virgil Ivan "Gus" Grissom
Navigation
Précédent Insigne de Freedom 7 MR-3 Insigne de Mercury MA-6 Suivant

Mercury-Redstone 4 est la seconde mission spatiale américaine habitée, lancée dans le cadre du programme Mercury le 21 juillet 1961 à l'aide d'une fusée Redstone, à partir du complexe de lancement 5 (LC-5) à Cap Canaveral, en Floride. L'astronaute Virgil I. "Gus" Grissom réalise à bord du vaisseau Mercury baptisé Liberty Bell 7 un vol suborbital d'une durée de quinze minutes, atteignant l'altitude de 190 km (118 mi).

Équipage[modifier | modifier le code]

Équipage
Position Astronaute
Pilote Virgil I. Grissom

Équipage de relève[modifier | modifier le code]

Équipage de relève
Position Astronaute
Pilote John H. Glenn

Paramètres de la mission[modifier | modifier le code]

  • masse : 1 286 kilogrammes (2 835,14 lb) (apogée)
  • altitude maximum : 190,39 kilomètres (118,3 mi)
  • distance : 486,15 kilomètres (302,08 mi)
  • lanceur : Redstone

Liberty Bell 7[modifier | modifier le code]

Grissom montant à bord de Liberty Bell 7.

La capsule Mercury no 11 a été construite pour le second vol suborbital habité en octobre 1960. Elle quitte la chaine de production de McDonnell à St Louis en mai 1960. La capsule no 11 était la première capsule Mercury à avoir une fenêtre centrale. Cette version se rapprochait de la version finale, étant plus avancée que la version d'Alan Shepard, Freedom 7. Surnommée Liberty Bell, on y avait peint un ligne blanche irrégulière à la base et qui s'étendait jusqu'à environ les deux tiers du haut, rappelant la fameuse fissure de la cloche Liberty Bell à Philadelphie en Pennsylvanie.

Écoutille explosive[modifier | modifier le code]

La capsule no 11 avait également une autre nouveauté : une écoutille à dé-ancrage explosive. Ce qui permettait à un astronaute d'évacuer rapidement la capsule en cas d'urgence. Le personnel d'urgence pouvait également actionner l'écoutille explosive de l'extérieur de la capsule en tirant et pivotant une poignée. L'écoutille et ses attaches sont des caractéristiques standard des sièges éjectables des aéronefs militaire mais contrairement au sièges éjectables des avions, l’astronaute, ici devait sortir lui même de la capsule ou encore y être aidé par du personnel d'urgence. La procédure originale de sortie était de monter par le compartiment de l'antenne après y avoir délogé une cloison de pressurisation. Une procédure lente et pénible. La sortie d'un astronaute blessé ou inconscient par l'écoutille du haut était presque impossible. L'écoutille latérale originale était maintenue en place à l'aide de 70 boulons et couverte de plusieurs bardeaux de protections, ce qui rendait le travail d'ouverture de l'écoutille originale très long.

Cette même écoutille posa problème lors de l'amerrissage en s'ouvrant sans que cela ait été prévu. L'eau est rapidement entrée dans la capsule, forçant Grissom à en sortir. La capsule coula[1] mais Grissom fut sauvé de justesse, sa combinaison n'ayant pas été conçue pour la nage, elle prenait l'eau par le col.

Les ingénieurs de la firme McDonnell fournissent deux solutions à la détente rapide des écoutilles de la capsule Mercury : une, utilisant des loquets, utilisée pour la mission MR-2 et pour le vol de Shepard, MR-3, la seconde solution consiste en une écoutille explosive. La première solution, les loquets, ajoute 69 lb (31 kg) au poids de l'ensemble, cet ajout est trop grand pour un vol orbital. Le concept de l'écoutille explosive utilise les 70 boulons de l'ensemble originel mais chacun des boulons de titane de un quart de pouce (6.35mm) est perforé d'un trou de 0,06 pouces (1,5 mm) pour y placer un point de faiblesse. Un fusible détonant léger est installé dans un canal sur tout le pourtour de l'écoutille entre le sceau interne et externe d'étanchéité de l'écoutille. Lorsque le fusible est sous tension, la pression entre les joints d'étanchéité interne et externe occasionne le bris des boulons sous tension.

Diagramme Écoutille explosive de MR-4.(NASA)

Il y a deux façon d'activer l'écoutille explosive. On installe à l'intérieur de l'écoutille un piston de crête. Le pilote peut alors enlever une goupille de sécurité et appliquer une pression de 5 à 6 lb (25 N) sur le piston, ce qui provoque l'explosion de la charge et la cisaille des 70 boulons, propulsant l'écoutille à 25 pieds (7,6 m) de distance en une seconde. Si la goupille est laissée en place, une force de 40 livres (180 N) est nécessaire à la détonation de la charge. De l'extérieur, le système peut être engagé en enlevant un petit panneau et en tirant sur une corde. L'écoutille explosive ne pèse que 23 livres (10,43 kg).

Fenêtre[modifier | modifier le code]

Un nouveau hublot trapézoïdal est installé sur le vaisseau Mercury no  11. Il remplace les deux hublots de 254 mm de côté de Freedom 7. La société Corning Glass à New York conçoit et développe le hublot qui est constitués de plusieurs feuillets de verre. Le feuillet externe en Vycor a une épaisseur de 8,9 mm. Il peut résister à des températures comprises entre 816 à 982 °C. Le feuillet de verre interne est constitué de trois lamelles de verre collées dont une en Vycor de 4,3 mm d'épaisseur et de deux réalisés avec du verre trempé. Ce nouvel assemblage est aussi résistant que la coque pressurisée de la capsule.

Contrôles[modifier | modifier le code]

Les contrôles manuels de Mercury 4 incorporent un nouveau système de contrôle du taux de stabilisation. Celui-ci permet des ajustements fins, des mouvements en attitude en utilisant un contrôleur manuel. L'ancien système nécessite plusieurs manœuvres afin d'arriver à l'attitude souhaité. Ce nouveau système de diminution au d'augmentation de taux de stabilisation permet un approche plus facile et précise des mouvements d'attitude en tangage, roulis et lacets, tout en offrant une redondance, les deux systèmes étant à bord.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Finalement récupérée 38 ans après jour pour jour, le 21 juillet 1999, elle est aujourd'hui exposée à Hutchinson, au Kansas Cosmosphere and Space Center.