MA-31

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MA-31
Image illustrative de l'article MA-31
Un QF-4 tirant un drone-cible MA-31.
Présentation
Fonction drone-cible supersonique
Constructeur Drapeau de l’URSS Zvezda-Strela
Drapeau des États-Unis Boeing
Déploiement 1996 - 2007
Caractéristiques
Moteur moteur fusée
(accélération)
+ statoréacteur
(vol de croisière)
Masse au lancement 590 kg (1 300 lbs)
Longueur 4,7 m
Diamètre 36 cm
Envergure 91 cm
Vitesse Mach 2.7 ~ 3.5
Portée 50 km
Charge aucune
(appareillages de mesure)
Guidage inertiel
Plateforme de lancement QF-4 Phantom II

Le MA-31 était la conversion en drone d'un missile anti-navire Kh-31 soviétique, afin d'être utilisé comme cible volante par l'US Navy.

Même s'il fut prouvé qu'il remplissait parfaitement son rôle, des complications politiques le reléguèrent au rang de solution provisoire, et seul un faible nombre d'exemplaires fut obtenu.

Le missile Kh-31[modifier | modifier le code]

Le missile Kh-31 fut développé par la firme soviétique Zvezda-Strela, commençant sa carrière en 1977 en-tant qu'arme anti-navire et anti-radar à longue portée. Il sera vu en vol pour la première fois en 1982[1].

Dérivé du P-270 Moskit[1], le Kh-31 est de conception conventionnelle classique, comprenant des plans fixes et mobiles en titane disposés en cruciforme[2], et doté d'une propulsion de sustentation à statoréacteur[1].

Historique et carrière du MA-31[modifier | modifier le code]

Suite à l'annulation du programme de cible volante AQM-127 SLAT, la nécessité d'obtenir une cible à haute-vitesse devant remplacer le MQM-8 Vandal demeurait toujours[3]. Dans un concours de circonstances inhabituel, l'US Navy décida d'acquérir des exemplaires du missile soviétique Kh-31. En-fait, ces missiles étaient la vraie menace que le drone était censé simuler[3]. Ils devaient constituer une solution provisoire, en attendant le développement d'un tout nouveau concept. En 1995, un contra fut attribué à la firme McDonnell Douglas, pour l'évaluation des capacités opérationnelles du Kh-31[1] dans son rôle de cible volante supersonique à vol rasant[Note 1].

Un premier lot de missiles fut livré aux États-Unis[4], en tant que « munitions vertes »[5],[Note 2], où ils furent pris-en-compte par Boeing, alors nouveau propriétaire de McDonnell Douglas, qui se chargea de leur modification et leur adaptation aux standards de l'US Navy. Ces modifications portaient sur l'installation de systèmes de poursuite, de télémétrie et de sécurité sur le champ de tir[6]. Le MA-31 fut équipé pour être lancé depuis le chasseur d'expérimentations QF-4 Phantom II, et un autre système fut proposé pour le rendre compatible avec le F-16N[2].

Désigné MA-31 en service aux États-Unis, le premier lancement du missile fut effectué en août 1996[6]. Mis en compétition avec un MQM-8 amélioré, il se montra supérieur et un contrat fut passé en 1999, portant sur la fabrication de 34 missiles[7].

A ce stade des faits, les politiques intervinrent, la Douma d'État russe réfusant d'accorder l'autorisation d'export aux missiles[4]. Boeing proposa en échange une version encore améliorée du missile, dotée d'un guidage évolué et d'une portée supérieure[6], mais l'aventure du MA-31 s'arrêta là et les derniers missiles restants dans l'inventaire américain furent tirés en 2007[8]. La marine américaine lui préféra le GQM-163 Coyote, qui remplaça les MA-31 et MQM-8 et entra en service au-cours de l'année 2007[9].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le missile vole au-ras de la surface de l'eau, afin de rester en dessous de l'enveloppe de détection radar du navire ennemi visé. Le drone-cible issu de ce missile est censé recréer le même comportement, afin de donner une dimension réaliste aux essais de tir effectués.
  2. Une « munition verte » est une munition d'exercice, ne contenant pas de charge militaire, par opposition à une « munition jaune », étant déclarée comme « bonne de guerre » (fonctionnelle et explosive).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Norman Friedman, « The Naval Institute's guide to World naval weapon systems, n°5 », Naval Institute press,‎ 2006 (ISBN 978-1-55750-262-9), p. 534
  2. a et b (en) Ken Braucksick, « MA-31 target-vehicle overview », NDIA,‎ 17 novembre 2004
  3. a et b (en) Andreas Parsch & Craig Caston, « Martin Marietta AQM-127 SLAT », Directory of U.S. Military Rockets and Missiles, sur designation-systems.net,‎ 18 octobre 2006 (consulté le 18 septembre 2013)
  4. a et b (en) William P. Delaney & Michael Williams, « Report of the Defense Science Board Task Force on aerial targets », Office of the Under Secretary of Defense for Acquisition, Technology, and Logistics, sur DTiC Online,‎ octobre 2005 (consulté le 18 septembre 2013), p. 10, 56
  5. (en) Charles Robinson Smith, Deception : How Clinton sold America out to the Chinese military, Pine Lake Media (Columbus, OH),‎ 2004 (ISBN 0-9761168-0-4), p. 61
  6. a, b et c (en) Andreas Parsch, « Boeing/Zvezda-Strela MA-31 », Directory of U.S. Military Rockets and Missiles, sur designation-systems.net,‎ 4 décembre 2008 (consulté le 19 septembre 2013)
  7. (en) Office of the Assistant Secretary of Defense (Public Affairs), « Contracts for Thursday, December 16, 1999 », US Department of Defense,‎ 16 décembre 1999 (consulté le 18 septembre 2013)
  8. (en) Capt. Pat Buckley, « U.S. Navy aerial target systems (Presented to San Diego's 45th annual NDIA symposium) [PDF] », sur le site web de la National Defence Industrial Association (NDIA),‎ 31 octobre 2007 (consulté le 19 septembre 2013)
  9. (en) Andreas Parsch, « Orbital Sciences GQM-163 Coyote », Directory of U.S. Military Rockets and Missiles, sur designation-systems.net,‎ 30 mars 2007 (consulté le 19 septembre 2013)

Articles connexes[modifier | modifier le code]