LIM-49A Spartan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spartan.
LIM-49A Spartan
Image illustrative de l'article LIM-49A Spartan
Présentation
Fonction Anti-missile balistique
Constructeur Western Electric & McDonnell Douglas
Déploiement 1975 (30 unités)
Caractéristiques
Moteur 1e étage: Thiokol TX-500 (2200 kN);
2e étage: Thiokol TX-454;
3e étage: Thiokol TX-239
Masse au lancement 29,000 lbs (13100 kg)
Longueur 55 ft 2 in (16.8 m)
Diamètre 3 ft 7 in (1.08 m)
Envergure 9 ft 9.6 in (2.98 m)
Portée 460 mi (740 km)
Altitude de croisière 350 mi (560 km)
Charge W71 nucleaire; 5 Mt
Guidage Radio commandé
Précision (inconnue)
Plateforme de lancement Silo

Le LIM-49A Spartan était un missile antimissile balistique de l’armée de terre des États-Unis.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

C’était un missile sol-air de trois étages à carburant solide emportant une ogive thermonucléaire pour intercepter des vecteurs à haute altitude. Il a été construit à 72 exemplaires ainsi que 45 ogives W71[1].

Le missile était lancé à partir d'un silo souterrain, et commandé par radioguidage. L'ogive a été conçue pour détruire les armes nucléaires par des flux de neutrons plutôt que par explosion.

Ce mécanisme tueur a été, cependant, l'une des principales causes contribuant à l'élimination des ogives nucléaires des missiles antiaériens et antimissiles balistiques - une explosion nucléaire à haute altitude produit une forte impulsion électromagnétique (EMP) qui a pour effet de détruire les dispositifs électroniques non durcis (c'est-à-dire non blindés), en particulier les composants de base tels que les transistors et les circuits intégrés.

Plus l’intégration des circuits est élevée, plus les dommages causés par les courants induits par l'EMP sont importants, endommageant ordinateurs, réseaux de données et de communication, centrales électriques et relais de distribution, systèmes de contrôle aérien etc.

Le missile Spartan a été en service opérationnel pendant seulement quelques mois, d’octobre 1975 à début 1976. La combinaison de son coût élevé et le traité SALT 1 a fait de ce missile une mauvaise affaire.

Depuis les années 2000, d'autres missiles dans le cadre de la Missile Defense ont pris la relève.

Photos[modifier | modifier le code]


Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen I. Schwartz, Atomic Audit : The Costs and Consequences of U.S. Nuclear Weapons Since 1940, Brookings Institution,‎ mars 1998, 500 p. (lire en ligne), p. 193

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]