Joseph Stilwell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Stilwell
Joseph Stilwell en 1943.
Joseph Stilwell en 1943.

Surnom Vinegar Joe
Naissance 19 mars 1883
Palatka, Floride
Décès 12 octobre 1946 (à 63 ans)
San Francisco, Californie
Origine Américain
Allégeance Drapeau des États-Unis États-Unis
Arme United States Department of the Army Seal.svg United States Army
Grade US-O10 insignia.svg Général
Années de service 1904 – 1946
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Commandement 7e division d'infanterie légère
3e corps d'armée
Force X
10e armée
6e armée
Western Defense Command
Faits d'armes Campagne de Birmanie
Distinctions Army Distinguished Service Medal
Legion of Merit
Distinguished Service Cross

Joseph Stilwell, né le 19 mars 1883 à Palatka (Floride) et mort le 12 octobre 1946 à San Francisco (Californie), est un général de l’armée des États-Unis connu pour ses services en Chine, particulièrement en tant que chef d'état-major de Tchang Kaï-chek.

Parlant couramment le chinois et le japonais, il avait la réputation d'être acariâtre et peu diplomate, ce qui lui valut le surnom de Vinegar Joe (« Joe le Vinaigre »). Même s’il a rarement commandé de troupes, il a gravi les échelons dans les salons et les états-majors jusqu’au rang de général quatre étoiles.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Joseph Stilwell naît en 1883 à Palatka en Floride. Il est diplômé de l’Académie militaire de West Point en 1904. Durant la Première Guerre mondiale, il est officier de renseignement du deuxième bureau attaché au IVe Corps d’armée et reçoit la Distinguished Service Medal. Entre les deux guerres mondiales, il fait deux missions en Chine où il apprend le chinois. Il devient attaché militaire auprès de l’ambassade des États-Unis à Nankin de 1935 à 1939, capitale de la République de Chine alors en guerre avec le Japon.

En Chine avec Tchang Kaï-chek[modifier | modifier le code]

Song Meiling entre son mari Tchang Kaï-chek et le général Joseph Stilwell durant la guerre sino-japonaise, le 19 avril 1942.

Il a essayé de convaincre le « généralissime » Tchang Kaï-chek de confier le commandement militaire de son armée à un général américain. Il haïssait Tchang Kaï-chek, qui le lui rendait bien. Ils n'arrivaient à travailler ensemble que grâce à la diplomatie de l’épouse de Tchang, Soong Mei-ling, issue de la richissime famille des Soong. Parmi les sujets litigieux ressortait la répartition de l’aide militaire américaine pour la lutte antijaponaise. Stilwell voulait une répartition égale entre les communistes de Mao Zedong et les nationalistes de Tchang Kaï-chek, mais Tchang croyait que les armes américaines remises aux communistes serviraient à le combattre, plutôt qu’à lutter contre les Japonais.

De plus, Stilwell voulait des actions plus agressives des forces nationalistes, alors que Tchang se réservait pour la lutte anti-communiste inévitable après la guerre du Pacifique. Dans ce contexte où la guerre civile chinoise se superposait à la menace japonaise, Tchang considérait les communistes comme une menace plus grande que les Japonais. Stilwell, par contre, souhaitait un front uni et demandait à Tchang de laisser de côté ses craintes et d'inviter les communistes à se joindre à lui plutôt que de laisser les nationalistes se battre seuls contre les Japonais. Mais Tchang Kaï-chek ne voulut pas se laisser convaincre et malgré tous ses efforts, Stilwell a surtout été le « porte-monnaie » de l’aide américaine à la Chine nationaliste.

Outre son rôle de chef d’état-major de Tchang et de commandant en chef de la Force X, Stilwell a eu un rôle administratif dans les forces américaines dans le théâtre d’opérations CBI (Chine, Birmanie, Inde). Il a souvent bafoué la chaîne de commandement militaire en s’adressant directement au commandement opérationnel, alors que cette communication était supposée passer par Lord Moutbatten, le commandant suprême des forces alliées dans le Sud-Est asiatique. Stilwell, dans cette tourmente, a eu différents rôles réclamant sa présence à plusieurs endroits à la fois.

La personnalité de Stilwell était aussi pour quelque chose dans ses disputes avec le commandant du 11e groupe d'armées, le général britannique George Giffard, qu'il méprisait profondément et qui était à la fois son supérieur hiérarchique et son subordonné en raison de l'organigramme de commandement allié. Il en était de même avec Claire Lee Chennault, qui était son subordonné hiérarchique en tant que commandant de l'aviation. Leurs disputes concernaient la guerre aérienne, qui donnait le même résultat que la guerre terrestre, mais au moindre coût. À son tour, Chennault s’adressait directement à Tchang Kaï-chek et au président américain Franklin Delano Roosevelt, qui lui accordait sa confiance plutôt qu’à Stilwell.

Fin de carrière[modifier | modifier le code]

En octobre 1944, après une demande de limogeage de Tchang Kaï-chek à Roosevelt et la perte de bases lors de l'Opération Ichi-Go, Stilwell a été rappelé aux États-Unis par Roosevelt, et son poste a été supprimé suivant le démantèlement du CBI. À l'origine de cette décision, outre son caractère acariâtre, il y a la constatation que la concentration des rôles était source de conflits et de confusion.

Stilwell était unanimement détesté par ses soldats des unités spéciales, en raison de son intransigeance et de son apparent manque de considération à leur égard. Il fut réaffecté au commandement de la Xe armée à la fin de la bataille d'Okinawa, quand son commandant fut tué au combat. En 1946, il prit le commandement de la VIe armée chargée de la défense de la côte Ouest. Il mourut peu après à San Francisco.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Histoire de la République de Chine | Guerre sino-japonaise | Campagne de Birmanie | Claire Lee Chennault | Tchang Kaï-chek

Lien externe[modifier | modifier le code]