BGM-109G Gryphon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gryphon.
BGM-109G Gryphon
Image illustrative de l'article BGM-109G Gryphon
Un BGM-109G au musée de l'Air Force
Présentation
Fonction missile de croisière subsonique longue distance tout-temps
Constructeur General Dynamics
Coût à l'unité 1,3 million USD
Caractéristiques
Moteur turbofan Williams International F107-WR-400
utilisant du carburant TH-dimer
et un booster à poudre
Masse au lancement 1 200 kg
Longueur sans booster : 5,56 m
Diamètre 0,52 m
Envergure  2.67
Vitesse subsonique : 880 km/h
Portée 2 500 km
Charge W84
Guidage inertiel, TERCOM
Plateforme de lancement rampe de lancement mobile

Le BGM-109G Gryphon, aussi connu sous le nom plus générique de « Ground Launched Cruise Missile » (GLCM[note 1]), était un missile de croisière nucléaire lancé depuis le sol. Il a été développé par General Dynamics pour le compte de l'United States Air Force pendant la dernière décennie de la guerre froide dans le but de s'opposer aux missiles nucléaires balistiques soviétiques déployés dans les pays membres du Pacte de Varsovie.

Le Gryphon ainsi que le missile Pershing II sont les éléments côté occidental de la crise des euromissiles qui ont incité les autorités soviétiques à signer le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire, ce qui a mené à une réduction du nombre d'ogives nucléaires déployées en Europe.

Historique[modifier | modifier le code]

Dès 1971, l'US Air Force avait des plans provisoires pour remplacer les missiles MGM-13 Mace avec un missile de croisière moderne avec guidage TERCOM de précision et un petit turboréacteur à double flux à haut rendement énergétique. Les plans sont devenus plus élaborés en 1976 et en janvier 1977, l'US Air Force reçoit la permission de développer et d'aligner un dérivé terrestre du BGM-109 Tomahawk développé pour l'US Navy. Un total d'environ 500 BGM-109G Gryphon seront construits avant leur retrait du service commencé en 1988 et terminé en 1991[1].

Description[modifier | modifier le code]

Ce schéma, produit par le Laboratoire national de Lawrence Livermore, du missile GLCM montre l'emplacement de l'ogive W84.
Tir en 1982 depuis un camion MAN avec un tracteur-érecteur-lanceur pouvant transporter 4 BGM-109G Gryphon.

Missile de croisière classique, le BGM-109 Gryphon volait à une vitesse subsonique et était propulsé par un turbofan après que son décollage fut assuré par un booster. Au contraire des missiles balistiques qui approchent de leur cible le long d'une trajectoire gravitationnelle, un missile de croisière manœuvre selon la configuration du terrain et peut suivre un plan de vol complexe. En contrepartie, il vole moins rapidement qu'un missile balistique.

Le premier lancement d'un BGM-109G Gryphon (parfois orthographié Griffin) depuis un tracteur-érecteur-lanceur a lieu en mars 1980, le premier essai opérationnel en mai 1982 et le premier lancement guidé depuis un centre de commandement mobile en février 1982[2].

Au contraire des autres variantes du Tomahawk, le Gryphon transportait une seule ogive nucléaire, la W84. La puissance explosive de cette ogive peut aller de 0,2 à 150 kilotonnes ; dans les années 1980, elle aurait été réglée entre 10 et 50 kT sur les missiles. Elle contrastait avec la W80 transportée par les autres missiles dérivés du Tomahawk[3]. Le Département de la Défense des États-Unis déclare que le missile Gryphon pouvait voyager entre 2 000 et 2 500 km. Comme les missiles de croisière américains de cette époque, la précision après 2 000 km de vol était d'environ 30 mètres[4].

Il était transporté en lot de quatre par un camion lance-missiles.

Déploiement[modifier | modifier le code]

Dépôts des missiles BGM-109G sur la base de Molesworth au Royaume-Uni le 25 janvier 1989.

Le 14 décembre 1979, l'OTAN a décidé de déployé en Europe de l'Ouest 464 Gryphon de l'USAF et 108 Pershing II de l’US Army.

Sept unités du Tactical Air Command furent créées pour mettre en opération les missiles de croisière avant leur retrait du service : une unité d'entraînement aux États-Unis et six dans des pays européens de l'OTAN[5].

Notons que la mise en œuvre effective des missiles à lieu plusieurs mois après leur création. Ainsi les premiers missiles sont opérationnels à partir de novembre 1983 :

Pays Nombre de missiles prévus Nombre de missiles stationnés Lieu de stationnement Unité de missiles, casernement Date de création et de dissolution Quartier-général de l'unité de missiles
Drapeau des États-Unis États-Unis nc nc Arizona Entrainement : 868th Tactical Missile Training Squadron, Davis-Monthan Air Force Base 1er juillet 1981 - 31 mai 1990
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 96 64
en mars 1986
Rhénanie-Palatinat : près de Hunsrück Wing 4: 38th Tactical Missile Wing, Wueschheim Air Station 1er avril 1985 - 2 aout 1990 17th Air Force.png 17th Air Force
Quartier général à Sembach Air Base
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 96 96
en décembre 1983
Berkshire : Greenham Common Wing 1: 501st Tactical Missile Wing, RAF Greenham Common Juin 1982 - 1er mai 1991 3d Air Force.png Third Air Force
Quartier général à RAF Mildenhall
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 64 16
en décembre 1987
Cambridgeshire : Molesworth Wing 5: 303rd (ex-550th) Tactical Missile Wing, RAF Molesworth 12 décembre 1986 - 30 janvier 1989 3d Air Force.png Third Air Force
Quartier général à RAF Mildenhall
Drapeau de l'Italie Italie 112 112
en mars 1984
Sicile : Comiso Wing 2: 487th Tactical Missile Wing, Comiso Air Station Juin 1983 - mai 1991 16th Air Force.png 16th Air Force
Quartier général à Torrejon Air Base en Espagne
Drapeau de la Belgique Belgique 48 16
en mars 1985
Province de Namur : Florennes Wing 3: 485th Tactical Missile Wing, base aérienne de Florennes 1er aout 1984 - 30 septembre 1989 17th Air Force.png 17th Air Force
Quartier général à Sembach Air Base, Allemagne de l'Ouest
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 48 Aucun Brabant-Septentrional : Woensdrecht Wing 6: 486th Tactical Missile Wing, Woensdrecht Air Station 27 aout 1987 - 20 septembre 1988 17th Air Force.png 17th Air Force
Quartier général à Sembach Air Base, Allemagne de l'Ouest
Total 464 304

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. GLCM est un terme générique pour désigner tout missile de croisière lancé depuis le sol. Puisque l'armée américaine a déployé un seul missile de ce type, ce sigle sert également pour désigner le Gryphon.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en)« Raytheon (General Dynamics) AGM/BGM/RGM/UGM-109 Tomahaw », sur Designation Systems,‎ 29 septembre 2004 (consulté le 3 mai 2013)
  2. (en) « Fact Sheets > BGM-109G "Gryphon" Ground-launched Cruise Missile », sur Hills Air Force Base,‎ 15 octobre 2008 (consulté le 1er juin 2013)
  3. Cochran, 1984, p. 79–80
  4. Cochran, 1984, p. 179–184
  5. (en) Peter Grier, « The Short, Happy Life of the Glick-Em », sur Air Force Magazine,‎ juillet 2002 (consulté le 1er juin 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Thomas Cochran et al., Nuclear Weapons Databook Volume I: U.S. Nuclear Forces and Capabilities, Cambridge, Natural Resources Defense Council,‎ 1984, poche (ISBN 978-0-88410-173-4, LCCN 82024376)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]