Nord SS.10

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SS 10
Image illustrative de l'article Nord SS.10
Présentation
Fonction missile antichar
Constructeur Nord-Aviation
Coût à l'unité 755 $
Déploiement 1955
Caractéristiques
Moteur 2 étages à poudre
Masse au lancement 15 kg
Longueur 860 mm
Diamètre 165 mm
Envergure 750 mm
Vitesse 80 m/s
Portée 500 à 1 600 m
Charge Charge creuse de 5 kg
pouvant perforer 500 mm de blindage
Guidage Filoguidé
Plateforme de lancement fantassin ou véhicule

Le SS 10, missile pour « Sol-Sol 10 », est le premier missile antichar, de fabrication française, développé et produit par les sociétés Nord-Aviation et aérospatiale. Adopté par l'armée française mais également par celle des États-Unis, il fut produit à environ 30 000 exemplaires.

Entré en service en 1955, il fut le premier missile antichar opérationnel du monde.

Historique[modifier | modifier le code]

Le SS 10 est le premier missile antichar français. Très largement inspiré d'un projet allemand de la Seconde Guerre mondiale, le X7[1],[2], l'étude du SS 10 débute en 1948 à l'Arsenal de l'aéronautique à Châtillon. Sa production commence dans cette même ville à partir de 1952 mais est reprise par les établissements de Bourges dès 1958.

Description[modifier | modifier le code]

Le missile SS 10 est un engin doté d'une charge creuse capable de percer 500 mm d'acier, c'est-à-dire l'ensemble des blindages de l'époque[3]. Propulsé par deux étages à poudre, il est piloté aérodynamiquement au moyen de volets, des spoilers, situés à la base des bords de fuite des ailes qui sont mus par des électroaimants[4]. La puissance électrique et les ordres de pilotages sont transmis aux missile via deux fils de guidage tandis qu'un gyroscope embarqué détermine le spoiler à actionner du fait du vol en autorotation du missile.

Le missile, qui peut être tiré soit du sol soit d'un véhicule, doit être téléguidé vers sa cible jusqu'à l'impact au moyen d'un boîtier muni d'une manette mise en œuvre par un opérateur.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Le SS 10 a été produit à environ 30 000[5] exemplaires, dont 500 vendus en 1952 aux États-Unis.

Le missile équipa notamment la 10e division parachutiste lors de l'opération Mousquetaire, qui se déroula en novembre et décembre 1956 en Égypte, dans le cadre de la crise du canal de Suez.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Mémoire d'usine : 1924-1985 - 60 ans à la production d'avions et d'engins tactiques, Société Européenne des Arts Graphiques,‎ 1985 (ISBN 2 86738 086 3)
  • Roland Narboux, De Hanriot à l'aerospatiale - L'histoire des avions et des missiles à Bourges et dans le Cher 1910 - 1990, Imprimerie Tardy Quercy SA, 1990.
  • Ouvrage collectif, L'épopée aérospatiale à Bourges - L'album photographique 1928 - 1996, Imprimerie Color 36, 2007, ISBN 978-2-9529002-0-1

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. In De Hanriot à l'aerospatiale, page 163
  2. Le X-7 était lui même un dérivé du missile air-air allemand X-4
  3. In De Hanriot à l'aerospatiale, page 163.
  4. In L'épopée aérospatiale à Bourges, page 183.
  5. 29 849 d'après l'ouvrage Mémoires d'usine page 233

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]