Polaris (missile balistique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Polaris A1 sur un pas de tir de Cap Canaveral.
Tir d'un Polaris A2 en surface depuis le USS Henry Clay (SSBN-625) en 1964. Il s'agit du premier des deux seuls lancements de SLBM en surface depuis un sous-marin américain.
Polaris A3

L'UGM-27 Polaris est un missile mer-sol balistique stratégique lancé par sous-marin. Il a été construit par Lockheed pendant la guerre froide pour le compte de la United States Navy et de la Royal Navy.

Le projet débute en 1955 et la mise en service opérationnelle de la première version a lieu le 20 juillet 1960 à bord du premier SNLE américain, le USS George Washington.

Histoire[modifier | modifier le code]

Missile Polaris de la Royal Navy exposé au Imperial War Museum.
Système d'éjection pour les ogives nucléaires britanniques Chevaline A3TK.
Zone de patrouille des SNLE équipés des missiles Polaris A3T américains et Chevaline A3TK britanniques en prenant Moscou pour cible.

Le projet Polaris fait suite à l'abandon du projet Jupiter de l'US Navy. Ce projet comportait la construction de sous-marins emportant jusqu'à quatre missiles Jupiter. Le projet fut annulé car les sous-marins devaient faire surface pour lancer leurs missiles et les missiles Jupiter, à carburant liquide, devaient être remplis avant chaque tir, une opération dangereuse à bord d'un sous-marin.

Lockheed fut donc chargé de développer un missile plus petit et à carburant solide. Lockheed développa une méthode de lancement à froid. Le missile était préalablement éjecté de son tube par du gaz compressé, avant l’allumage de son moteur.

Le premier lancement réussi eu lieu en avril 1959, après 6 autres échecs. Dans le même temps l’US Navy construisit son premier sous-marin lanceur d’engin USS George Washington (SSBN-598), qui effectua le premier tir immergé du Polaris le 20 juin 1960.

En novembre 1960, le Polaris A-1 fut déclaré opérationnel.

Le USS Ethan Allen (SSBN-608), fut le premier sous-marin à lancer un Polaris avec sa charge nucléaire sur une zone de test dans l'océan Pacifique le 6 mai 1962. Ce fut l’unique tir d’un missile mer-sol balistique stratégique avec charge réelle effectué par les États-Unis.

En octobre 1962, durant la crise de Cuba, cinq SNLE emportant chacun 16 Polaris étaient en service.

La fiabilité globale du Polaris A-1 n'était estimée qu'à 25 %, en effet le lanceur lui-même avaient un taux de fiabilité de 50 % ou moins, et l'ogive W47Y1 de 600 kilotonnes l'armant a été estimée à une chance sur deux d'initier une explosion nucléaire en cas de besoin ; mais lors de tests de 1966, il y a eu trois échecs sur quatre ce qui fait tomber le taux réel de fiabilité à 12,5 %[1].

Au total, 1 245 patrouilles de dissuasion stratégique furent effectuées avec des missiles Polaris entre 1960 et 1981 par l'US Navy (Polaris A-1 du 15 novembre 1960 au 14 octobre 1965, Polaris A-2 du 26 juin 1962 au 9 juin 1974, Polaris A-3 du 28 septembre 1964 au 1er octobre 1981)[2].

La Royal Navy de son côté mit en service la version A3 dans l'arsenal nucléaire du Royaume-Uni. Il est le premier missile occidental équipé de véhicules de rentrée multiple, et il est opérationnel à bord des SNLE de la classe Resolution à partir de juin 1968 armé chacun de 2 têtes nucléaires britannique Chevaline A3TK de 200 kT (au lieu de 3 ogives sur les missiles américains) ; la portée de ses missiles était réduites de plus de 500 milles marins par rapport à la version américaine car la charge utile était équipé de leurres et d'aides à la pénétration supplémentaires pour éviter la défense antimissiles. À partir de 1982, des missiles équipés de 6 charges de 40 kT furent opérationnelles. Les Polaris britanniques resteront en service jusqu'en 1996.

Versions[modifier | modifier le code]

  • Polaris A-1 : la version A-1 avait une portée de 1 853 km avec une charge nucléaire de 600 kilotonnes et un écart circulaire probable de 1 800 m pour un poids de 13 090 kg. Construit à 163 unités ainsi que 100 ogives W47 Y1 les armant.
  • Polaris A-2 : la version A-2 avait une portée de 2 779 km. Construit à 346 unités ainsi que 250 ogives W47 Y1 et Y2;
  • Polaris A-3 : la version A-3, à têtes multiples, avait une portée de 4 631 km avec un écart circulaire probable de 600 m. Construit à 644 unités ainsi que 1 450 ogives W58 hors exemplaires pour la Royal Navy[3].
  • Polaris B-3 : devait avoir une portée similaire au A-3, mais a évolué sur le missile UGM-73 Poseidon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Cuban Missile Crisis Order of Battle Version 0.1 », Alternate Wars,‎ 26 août 2010 (consulté en 22 août 2011)
  2. (en) Norman Polmar, The Naval Institute guide to the ships and aircraft of the U.S. fleet, Naval Institute Press,‎ 15 décembre 2004, 18e éd., 661 p. (ISBN 978-1591146858, lire en ligne), Strategic Missile Submarine
  3. (en) Stephen I. Schwartz, Atomic Audit : The Costs and Consequences of U.S. Nuclear Weapons Since 1940, Brookings Institution,‎ mars 1998, 500 p. (lire en ligne), p. 193

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]