Lieutenant-général

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lieutenant général)
Aller à : navigation, rechercher
Article principal : Général.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lieutenant.

Lieutenant-général est :

Allemagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Generalleutnant.

En Allemagne, le grade de Generalleutnant est un grade d'officier général. Le rang de classement de ce grade dépend de la période concernée. Avant 1955, Generalleutnant correspondait au grade de général de division. Depuis 1955, il correspond au grade de général de corps d'armée dans la hiérarchie militaire française.

Belgique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grades de l'armée belge.

Voir aussi Général-major

En Belgique, le lieutenant-général (Luitenant-generaal en néerlandais) est le troisième grade des officiers généraux dans les trois composantes Terre et Air, pas dans la Médicale dont le plus haut grade est le général-major (Generaal-majoor). Il est donc supérieur au grade de général-major et en dessous du grade de général (Generaal) dans les composantes Terre et Air.

L'insigne du lieutenant-général est constitué d'une épaulette passepoilée d'or contenant trois molettes d'éperons héraldique de teinte dorée (plus grande que celle des officiers supérieurs et subalternes) dans la composante Terre, de deux larges galons accompagnés de trois galons, dans les composantes Air et Médicale.

Dans la composante Marine, le grade correspondant est celui de vice-amiral.

Army-BEL-OF-08.svg BE-Air Force-OF8.svg ---- Generic-Navy-O10.svg
Terre[1] Air [2] Médicale[3] Marine

On s'adresse au lieutenant-général en disant « Général ». On s'adresse au vice-amiral en disant « Amiral ».

Militaire princier[modifier | modifier le code]

Le prince Philippe de Belgique, héritier du trône, est lieutenant-général (3 étoiles) toutes armes (Composantes Terre et Air) et vice-amiral depuis 2010[4],[5]. Depuis son accession au trône le 21 juillet 2013, il est "full" général (4 étoiles).

Canada[modifier | modifier le code]

Un lieutenant-général de l'Aviation royale du Canada
Article détaillé : Grades des Forces canadiennes.

Dans l'Armée canadienne et l'Aviation royale du Canada des Forces canadiennes, lieutenant-général est le deuxième plus haut grade d'officiers généraux. Dans l'Armée canadienne, l'insigne du lieutenant-général est des épées croisées et une couronne et dans l'Aviation royale du Canada, son insigne est représentée par trois feuilles d'érable sur les épaulettes et par un très large galon sur les manches. Son équivalent dans la Marine royale canadienne est le grade de vice-amiral.

Le lieutenant-général est le commandant d'un des commandements des Forces canadiennes. De plus, il fait normalement partie des officiers d'état-major des quartiers généraux de la Défense nationale. Il peut également occuper d'autres positions de commandement.


Précédé par
Major-général
Lieutenant-Général
Cdn-Army-LGen(OF-8)-2014.svgCDN-Air Force-LGen-Shoulder.svg
Suivi par
Général

États-Unis[modifier | modifier le code]

Army-USA-OF-08.svg
Article détaillé : Lieutenant général (États-Unis).

Dans l'US Army, l'US Marine Corps et l'US Air Force, le grade de lieutenant-général est inférieur à celui de général et supérieur à celui de major-général. Un lieutenant-général américain est aussi appelé un général trois étoiles en raison de l'insigne qu'il porte.

Lieutenant-général est l'équivalent de Vice Admiral dans l'US Navy. Dans le Corps des Marines les corps d'armée sont commandés par des lieutenant-généraux, alors que dans l'Air Force ils commandent de grands Numbered Air Forces. Les généraux trois étoiles de toutes les armes servent également comme officiers d'état-major, chefs de département au Pentagone.

France[modifier | modifier le code]

En France, sous l'Ancien Régime, plusieurs officiers portaient le titre de lieutenant-général. D'une manière générale, ce titre désigne un suppléant ou un délégué investi de tous les pouvoirs de la personne qu'il est censé remplacer.

Le grade contemporain dans la hiérarchie militaire française est le général de corps d'armée.

Lieutenant-général de province[modifier | modifier le code]

Le lieutenant-général de province était un personnage, issu souvent de la haute aristocratie, qui représentait le roi dans les provinces du royaume. Son rôle était théoriquement d'assurer la suppléance du gouverneur. En fait, les rois espéraient ainsi que leurs influences se neutraliseraient mutuellement, empêchant ainsi toute tentative de révolte. La charge de lieutenant-général devint au XVIIe siècle et surtout au XVIIIe siècle purement honorifique : le titulaire résidait à la Cour et se contentait de toucher les revenus sans effectuer de réel travail. De plus, les rois avaient tendance à nommer les fils successeurs de leur père, ce qui fit que les offices de lieutenant-général firent quasiment partie du patrimoine de ces familles aristocratiques.

Il ne faut pas confondre l'office de lieutenant-général avec celui de « lieutenant de roi ». Le lieutenant de roi était subordonné au lieutenant-général et son rôle (par essence le même : représenter le roi dans les provinces) n'était tenu que dans des ressorts beaucoup plus réduits.

Lieutenant-général de bailliage[modifier | modifier le code]

Le lieutenant-général de bailliage ou de sénéchaussée était le nom donné au juge-mage, chargé de suppléer au bailli ou au sénéchal dans les questions juridiques.

Lieutenant-général de police[modifier | modifier le code]

Le titre de lieutenant-général de police fut établi en 1667, à Paris, pour y assurer le maintien de l'ordre. À partir de 1699, d'autres lieutenants généraux de police furent établis dans les grandes villes de France.

Lieutenant-général du royaume[modifier | modifier le code]

Le titre de lieutenant-général du royaume a désigné une fonction temporaire dont les rois, dans des circonstances de crise, investissaient un personnage éminent pour exercer en leur nom tout ou partie de l'autorité royale. Ont été chargés de cette fonction :

Lieutenant-général des armées[modifier | modifier le code]

Le grade de lieutenant-général des armées ou de lieutenant-général des armées navales pour la Marine, était le grade le plus élevé de la hiérarchie militaire d’Ancien Régime, inaccessible à un roturier. Il n'était surpassé que par les maréchaux et les colonels généraux, pour l'armée, et les amiraux et vice-amiraux de France, pour la marine, titulaires non d'un grade militaire mais d'un grand office de la couronne de France, dignité à la fois honorifique et lucrative. Le grade de lieutenant-général était l'équivalent du grade actuel de général de division et celui de lieutenant-général des armées navales du vice-amiral.

Les grades de lieutenant-général des armées furent renommés général de division et vice-amiral en 1791. En 1814 le grade de général de division reprit le nom de lieutenant-général des armées, avant de reprendre définitivement l'intitulé de général en 1848.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Patte d’épaule de lieutenant-général dans l’armée impériale russe.

En Russie le rang de lieutenant-général (en russe : генерал-лейтенант, guénéral-leïtenant) a été introduit par Pierre le grand, remplaçant définitivement en 1798 celui de général-poroutchik existant dans les régiments étrangers au service de la Russie. Jusqu’à la révolution de 1917 un général-lieutenant commandait normalement une division ou un corps d’armée.

Après la révolution d’octobre les rangs de l’armée impériale disparaissent dans l’armée rouge et ne sont réintroduits qu’en 1940. Dans l’armée de la Fédération de Russie un lieutenant-général commande habituellement un corps d’armée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. composante Terre, Officier
  2. composante Air, Officier
  3. composante médicale, Officier
  4. Site officiel du Palais, Fiche du Prince Philippe
  5. Noblesse et Royautes, Défilé du 21 juillet 2012, Photos 1 & 2 montrant la manchette avec insigne de lieutenant-général de la composante Air