Paul Dermée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Paul Dermée, né Camille Janssen le 13 avril 1886 à Liège, mort le 27 décembre 1951 à Paris, est un écrivain, poète belge, critique littéraire et directeur de revues. Le mari de Céline Arnauld.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études scientifiques, il s'essaie à la littérature en tant que directeur d'une revue liégeoise "Mosane".
Il est licencié ès-sciences et ès-lettres. Il s'installe à Paris en 1910 et rencontre, le premier jour de son arrivée, André Colomer, qui lui présente le lendemain Gérard de Lacaze-Duthiers (qui sera son témoin de mariage, avec André Fontainas - poète et critique d'art - et H.-D. Davray - traducteur d'Oscar Wilde -, à la mairie du Ve). Puis il fait connaissance de Gabriel-Tristan Franconi, Roger Dévigne, Lucien Banville d'Hostel, René Dessambre. Élève de l'École des Chartes et de la Sorbonne, il rencontre sa future femme, Céline Arnauld, au Collège de France, au cours de Pierre Janet. Il participe aux "Hurle-aux-Loups" du groupe Les Loups, dont Anatole Belval-Delahaye est l'animateur. Il collabore au journal L'Action d'Art de Lacaze-Duthiers.

Il rencontre ensuite Guillaume Apollinaire. Grâce à ce dernier, il fait la connaissance des peintres Picasso, Juan Gris, Sonia et Robert Delaunay et des poètes Valery Larbaud et Max Jacob. Sa signature autographe figure sur l'un des feuillets signés par les convives du banquet mémorable donné le 31 décembre 1916 en honneur d'Apollinaire à l'Ancien Palais d'Orléans de l'Avenue du Maine, banquet dont il était co-organisateur[1].

En décembre 1916, il collabore à la revue d'avant-garde SIC (Son Idées Couleurs) de Pierre Albert-Birot, puis en mars 1917 à celle de Pierre Reverdy Nord-Sud. Ce même mois, il reçoit une lettre d'Apollinaire dans laquelle ce dernier tentant de nommer le nouveau courant littéraire naissant propose le néologisme "surréalisme" : « Surréalisme n'existe pas encore dans les dictionnaires, et il sera plus commode à manier que surnaturalisme déjà employé par MM. les Philosophes. »[2]

Quand Guillaume Apollinaire en appelle au retour des valeurs classiques françaises, lors de sa conférence sur « L'Esprit nouveau » (26 novembre 1917), Paul Dermée reprend cette idée en expliquant que pour sa part, elle ne rejette pas les avant-gardes mais les inscrits dans la continuité de l'histoire.

Il crée les revues Z, Interventions, et L'Esprit Nouveau. Il est membre de la Société des Gens de Lettres, Président de l'Union d'Art radiophonique, fondateur du syndicat des journalistes de la Radio, Secrétaire du comité de lecture des pièces radiophoniques. Il contribue en effet à l'essor de l'art radiophonique, aussi bien du point de vue technique, que de la qualité des œuvres.

En 1922, pour la Revue « Le disque vert » consacré à la psychanalyse, il écrit un article sur Sigmund Freud qu'il prétend avoir rencontré en 1913 : J'ai vu Freud à Viene en 1913 et dont il affirmait avoir entrepris de traduire son « Evangile » [3].

Découvrant les écrits de Tristan Tzara, il prend le risque (en temps de guerre) de la diffusion de la revue "Dada" en provenance de Zurich. En échange, il reçoit le titre de "Proconsul Dada".

En 1927, il crée avec Michel Seuphor et Prampolini les « Documents internationaux de l’esprit nouveau »

Sa femme, Céline Arnaud, se suicide peu de temps après le décès de son mari.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Beautés de 1918
  • Légende Lyrique
  • Films (conte)
  • Soliloques (duodrame)
  • Lyromancie (poèmes prophétiques)
  • Le Volant d'Artimon
  • Le Cirque du Zodiaque
  • O Solitude, O fontaines, Jours de fêtes (poèmes figurés, sorte de manifeste de la liberté de l'art et d l'homme)
  • 2000 ans au Quartier Latin (pièce radiophonique, diffusée à l'occasion du Bimillénaire)

Source bibliographique[modifier | modifier le code]

  • Laurent Le Bon (sous la direction de) « Dada », catalogue de l'exposition présentée au Centre Pompidou du 5 octobre 2005 au 9 janvier 2006, édition du Centre Pompidou, Paris, 2005
  • Anthologie des Écrivains du Ve, Paris et le Quartier Latin, par Gérard de Lacaze-Duthiers (Pierre Clairac Éditeur, 1953)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Détail de la vente aux enchères d'un lot comportant un carnet avec couverture calligraphié par Apollinaire comportant le menu du banquet donné en son honneur et huit pages remplies de signatures autographes sur le site de la Maison Brissonneau consulté le 30 mai 2014.
  2. Adam Biro & René Passeron « Dictionnaire général du surréalisme et de ses environs », Office du livre et Presses universitaires de France, Fribourg, Suisse, 1982, p. 28
  3. p. 178; cité in Marcel Scheidhauer : Freud et ses visiteurs. Français et Suisses francophones (1920 - 19390), Editions ERES, Arcanes, 2010, ISBN 2749212405