Otto Rank

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rank.
Otto Rank

Otto Rank (1884 - 1939) fut un psychologue et psychanalyste juif d'origine autrichienne. Il est un des premiers à avoir pratiqué ce que Freud appellerait l'analyse profane[réf. nécessaire].

Fragments biographiques[modifier | modifier le code]

Otto Rank naît à Vienne, le 22 avril 1884 et meurt en 1939 à New York. Il est issu d'un milieu de la moyenne bourgeoisie juive, son père était artisan. Contrairement à son frère, il ne peut effectuer les études supérieures auxquelles il aspirait et devient serrurier. Contre son père avec qui il était en constante opposition, celui-ci était alcoolique, il change de nom à 19 ans devenant de fait Rank à la place de Rosenfeld en référence au bon Dr Rank de la pièce d'Ibsen la Maison de poupée. Il était un grand lecteur et à vingt ans avait lu l'Interprétation des rêves de Freud et se mit à écrire un essai psychanalytique qu'Alfred Adler transmit à Freud. Il devient dès lors un psychanalyste du premier cercle et en 1906 Secrétaire de la Société psychanalytique de Vienne. Soutenu par Freud, il obtient un doctorat en 1912. Il s'intéressait particulièrement aux mythes, aux religions, à la philosophie. Il est coopté membre du comité secret. Rank étant brillant, particulièrement déterminé malgré sa naissance dans un milieu précaire.

En 1918, il épouse Beata (Tola) Rank-Minzer (Münzer) qui deviendra psychanalyste d'enfants.

En 1924, il publie Le traumatisme de la naissance, s'intéressant à ce qui se trouve avant le complexe d'Œdipe, et proposant une vision différente de celle du freudisme. Sigmund Freud l'analyse brièvement jusqu'à fin décembre 1924[1] puis le rejette (Rank conteste le complexe oedipien) ; Rank se retrouvera banni des cercles psychanalytiques freudiens après une campagne de calomnie[2].

En 1926, Rank s'installe à Paris. Il analyse Henry Miller et Anaïs Nin, dont il est l'amant[réf. nécessaire]. Il voyage en Amérique, où il rencontre un certain succès[réf. nécessaire]. Il est invité notamment à la société de Rochester pour la Protection de l'enfance en danger où travaille alors Carl Rogers[3].

Il est exclu de l'association internationale de psychanalyse le 10 mai 1930 et meurt à 55 ans de septicémie en octobre 1939, à New York[4].

Influence[modifier | modifier le code]

En 1913, il écrit deux textes ("Rêve et création poétique", "Rêve et mythe") que Freud insère après le chapitre VI dans son livre "L'Interprétation du rêve". Ces deux textes doivent être considérés comme le vestige d'un plan de Freud qui consistait à rendre son livre "plus impersonnel". Après la rupture avec Rank, ils furent retirés pour la dernière édition du livre et inconnus en langue française jusqu'à leur republication en 2009.[réf. nécessaire]

Ouvrages de Rank[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Coq Héron n° 187, "Otto Rank, l'Accoucheur", Collectif, Ed: Eres ISBN 2-7492-0619-7
  • E.J. Lieberman, La volonté en acte. La vie et l'œuvre d'Otto Rank, 1985, Paris, Presses universitaires de France, 1991, ISBN 2-13-043306-5
  • Lydia Marinelli et Andreas Mayer : Rêver avec Freud. L'histoire collective de 'L'Interprétation du rêve', Aubier, 2009. ISBN 978-2-7007-0398-6 (contient "Rêve et création poétique" et "Rêve et mythe" d'Otto Rank)
  • Jessie Taft : Otto Rank. A biographical study based on notebooks, letters, collected writing, therapeutic achievements and personnal associations, New York, The Julian Press Inc., 1958.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Mensonges freudiens: histoire d'une désinformation séculaire » par J. Bénesteau p.48
  2. E. Roudinesco et M. Plon, Dictionnaire de la psychanalyse, éd. Fayard, 1987, pp. 875-879.
  3. Il est invité notamment à la société de Rochester pour la Protection de l'Enfance en Danger où travaille alors Carl Rogers. Carl Rogers, Autobiographie, ed. Epi, 1971, p.45.
  4. « Mensonges freudiens: histoire d'une désinformation séculaire. » J.Bénesteau p.49

Lien externe[modifier | modifier le code]