Didier Anzieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Didier Anzieu, né le à Melun et mort le à Paris 5e, est un psychanalyste et Universitaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Didier Anzieu étudie la philosophie et sera l'élève de Daniel Lagache.

Il commence une première cure psychanalytique avec Jacques Lacan, ignorant qu'il avait été l'analyste de sa mère (le cas "Aimée"), puis, suite à violent désaccord à ce sujet[1], il quitte et poursuit avec Georges Favez. Il a été l'un des fondateurs du Syndicat des psychologues psychanalystes créé en 1953 et qui avait pour membres notamment : Eliane Amado-Valensi, Maud Mannoni, Joyce McDougall avec des correspondants comme Lechat en Belgique, Marguerite Sechehaye en Suisse et Moustafa Safouan en Égypte.

Il a laissé une œuvre importante en psychanalyse, développant le concept de Moi-Peau[2], et ayant beaucoup travaillé sur les groupes, s'appuyant notamment sur les travaux de Wilfred Ruprecht Bion, et introduisant la notion d'enveloppe sonore[3].

À partir de l'influence d'autres psychanalystes comme Mélanie Klein et Heinz Kohut, il a tenté avec beaucoup de finesse, d'analyser non pas les œuvres d'art mais « le processus créatif », la création. Sa réflexion sur l'œuvre de Samuel Beckett[4] montre à la fois la particularité de l'auteur dans les liens avec la création mais aussi une tentative de modélisation d'une topologie propre aux créateurs[5].

Il s'est aussi intéressé au psychodrame, à la dynamique des groupes, à la pédagogie. À l'Université, lors de la création d'une antenne de la Sorbonne à Nanterre en 1964, il est le fondateur du Département de Psychologie de cette nouvelle Faculté de Lettres, préfiguration de la future Université de Paris 10 Nanterre (1971).

Sa fille Christine Anzieu-Premmereur est aussi psychanalyste et pédopsychiatre ; elle a beaucoup de succès en France et aux États-Unis où elle habite actuellement à New York et où elle dirige le programme parents-bébé au Columbia University Psychoanalytic Center (en). Elle a écrit plusieurs articles[6],[7] ainsi que des livres connus : l'un écrit en collaboration avec sa mère Annie Anzieu – également connue en tant que psychanalyste en France – Le jeu en psychothérapie de l'enfant et, avec sa collègue Michèle Pollak-Cornillot et autres, Les pratiques psychanalytiques auprès des bébés, tous les deux chez Dunod.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.larousse.fr/encyclopedie/ehm/Anzieu/182012
  2. Anzieu D (1985). Le Moi-Peau, Paris: Dunod
  3. http://www.idixa.net/Pixa/pagixa-0810131808.html
  4. Samuel Beckett, Didier Anzieu, 1999, Paris, Gallimard
  5. Le Corps de l'œuvre : Essais Psychanalytiques sur le Travail Créateur, Didier Anzieu, 1981, Paris, Gallimard
  6. « Ariane ou les fils complexes de l’attachement », Journal de la Psychanalyse d’Enfant, C. Anzieu-Premmereur, 2003, Paris.
  7. « Réflexions sur l’intervention de crise auprès des enfants de New York après l’explosion du World Trade Center » in Revue Psychothérapies, 22, 3, 143-152. Anzieu-Premmereur C., Coates S.W., Schechter D.S., First E., Steinberg Z., Hamilton V., 2002, Paris

Liens externes[modifier | modifier le code]