Heinz Kohut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Heinz Kohut (3 mai 19138 octobre 1981) est un psychanalyste américain né à Vienne (Autriche) qui a contribué massivement à la psychologie du Self. Il s'est dissocié de la position analytique freudienne en affirmant que la psychopathologie n'émerge pas seulement des conflits entre les pulsions et le surmoi, mais surtout d'échecs récurrents dans les relations objectales précoces. Pour Kohut, ces échecs répétés fragilisent le Self et stoppent son développement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Heinz Kohut est né de parents Juifs en 1913, à Vienne. Il complète ses études médicales dans l'université de sa ville natale et gradue en neurologie. En 1939, devant l'occupation nazie, il fuit l'Autriche et s'établit aux États-Unis, dans la ville de Chicago. Il y joint le Chicago Institute of Psychoanalysis, dont il deviendra un membre influent. Ses travaux l'amènent à s'intéresser de près au narcissisme.

Il a été président de l'Association américaine de psychanalyse ce qui ne l'a pas empêché de développer à Chicago sa ville, des idées originales, notamment sur la formation (non-réservées aux médecins). Il a introduit le terme d'empathie et la notion d'angoisse de fragmentation qui devient un concept classique de la psychopathologie psychanalytique des psychotiques.[réf. nécessaire]

Ses théories et sa pratique ont été très reprises, discutées et controversées. Ses apports sur le narcissisme et sur les modalités du transfert narcissique ; que l'on partage ou pas ses points de vue, sont incontournables pour la psychanalyse contemporaine.[réf. nécessaire]

Il est mort en 1981.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Le Soi : la psychanalyse des transferts narcissiques », éd. Presses universitaires de France, coll. « Le fil rouge », 2004 ISBN 2-13-054520-3
  • « Analyse et guérison », éd. Presses universitaires de France, coll. « Le fil rouge », 1991 ISBN 2-13-043359-6
  • « Les deux analyses de M. Z », éd. Navarrin, coll. « Bibliothèque des Analytica », 1985
  • « Formes et transformations du narcissisme » dans « Dix ans de psychanalyse en Amérique », H. P. Blum (éd.), éd. Presses universitaires de France, coll. « Le fil rouge », 1981
  • « Réflexions sur le narcissisme et la rage narcissique », Revue française de psychanalyse, Vol. 42, n° 4, 1978
  • « L'introspection, l'empathie et le détour de la santé », Revue française de psychanalyse, Vol. 49, n° 5, 1985

Liens externes[modifier | modifier le code]

Textes en lignes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Agnès Oppenheimer : « Kohut et la psychologie du self », éd. Presses universitaires de France, coll. « Bibliothèque de psychanalyse », 1996 ISBN 2-13-047550-7
  •  Agnès Oppenheimer : « Heinz Kohut », éd. Presses universitaires de France, coll. « Psychanalystes d'aujourd'hui », 1998, ISBN 2-13-049381-5 Présentation
  • Jacques Palaci : « Réflexions sur le transfert et la théorie du narcissime de Heinz Kohut », Revue française de psychanalyse, Vol. 39, n° 1-2, 1975
  • John Gordon Maguire : « Au-delà de la métaphore : remarques complémentaires sur l'"expérience vécue" et la psychologie du soi de Kohut », Revue française de psychanalyse, Vol. 55, n° 1, 1991