Écoles de psychanalyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Contemporainement et après Sigmund Freud, la psychanalyse a pris plusieurs directions différentes par l'intermédiaire de théoriciens, donnant lieu à l'apparition de plusieurs associations, mouvements et écoles de psychanalyse. La première association a été la Société psychanalytique de Vienne (W.P.V.).

Premiers schismes[modifier | modifier le code]

Les premières ruptures de l'histoire de la psychanalyse ont souvent conduit à des pratiques éloignées de ce qui est maintenant communément appelé psychanalyse.

La psychanalyse en France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychanalyse en France.

La psychanalyse a eu un succès tardif en France. Néanmoins, son offre aujourd'hui riche est animée de nombreux courants, parfois très opposés.

Voici les principales écoles françaises :

Société psychanalytique de Paris (S.P.P.)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Société psychanalytique de Paris.

Cette association, la première en France (1926), est affiliée à l'Association psychanalytique internationale, réunissant des psychanalystes aux visions très diverses (kleiniens, bioniens, freudiens…). Elle fut fondée par Marie Bonaparte, Rudolph Loewenstein, Raymond de Saussure et Eugénie Sokolnicka.

La Revue française de psychanalyse accueille des travaux de ses membres ou de ceux de l'Association psychanalytique de France (voir ci-après).

Membres célèbres :

Association psychanalytique de France (A.P.F.)[modifier | modifier le code]

Une première rupture au sein de la Société psychanalytique de Paris (S.P.P.) de la Société psychanalytique de France (S.P.F.), qui réunit Jacques Lacan et Daniel Lagache. Du fait de pratiques lacaniennes, la Société psychanalytique de France n'est pas reconnue par l'Association psychanalytique internationale. Il y aura donc une seconde scission dès 1964, conduisant à la création de l'Association psychanalytique de France, qui réintègre l'API dès 1965.

Membres célèbres :

École freudienne de Paris (E.F.P.)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : École freudienne de Paris.

Lacan donnera ses séminaires à l'École freudienne de Paris. L'École freudienne sera dissoute en 1980 ; Lacan meurt l'année suivante. Jacques Lacan est à l'origine de différents groupes. Ses concepts sont nombreux : le « stade du miroir », le « réel symbolique et imaginaire », le « désir besoin et demande », le « schéma L », l'« objet a », etc.

Le mouvement lacanien se voit depuis éclaté en de nombreux groupes, dont l'École lacanienne de psychanalyse, l'École de la cause freudienne, l'Association lacanienne internationale, l'Espace Analytique, Insistance, les Cartels constituants de l'analyse freudienne, etc.

Membres célèbres :

Organisation psychanalytique de langue française (O.P.L.F.) ou Quatrième groupe[modifier | modifier le code]

Le quatrième groupe est ainsi appelé en référence à la SPP, à l'APF et à l'école freudienne. L'organisation est fondée en 1969.

Autres groupes français[modifier | modifier le code]

Fédération européenne de psychanalyse (Fed.E.Psy.)[modifier | modifier le code]

Mouvement de psychanalyse lacanien basé à Strasbourg, il a été fondé par Lucien Israël à la suite de son expérience au sein de l'École freudienne de Paris. Elle est en lien avec la faculté de Médecine-Psychiatrie et la faculté de Psychologie, inspirée de l'enseignement de Daniel Lagache, Lucien Israël et de Moustapha Safouan, proches de Jacques Lacan. Son fondateur souhaitait détacher la psychanalyse strasbourgeoise d'une vision médicale de la clinique psychiatrique. Les éditions Arcanes-Apertura sont liées à ce groupe.

Analyse reichienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Analyse reichienne.

Pour la pratique reichienne (psychanalyse corporelle, végétothérapie et orgonthérapie), citons par exemple la somatothérapie de Richard Meyer, à Strasbourg, l'analyse reichienne développée dans la droite ligne de Reich par Gérard Guasch (Paris, Mexico) et Arlette Gastine qui est enseignée en particulier au Cercle d'études Wilhelm Reich qu'anime en région parisienne Jacques Lesage de La Haye.

La psychanalyse en Suisse[modifier | modifier le code]

En Suisse, c'est par l'intermédiaire de Eugen Bleuler que la psychanalyse s'est introduite en psychiatrie. L'amitié puis les différends entre l'un de ses assistants Carl Gustav Jung et Sigmund Freud sont universellement connus et commentés ; ils ont marqué les débuts de la psychanalyse freudienne qui s'est dès lors beaucoup développée. La Société suisse de psychanalyse est une des premières associations nationales qui a été créée. En Suisse romande, les liens avec la France ont été très forts notamment à travers le travail conjoint avec des membres de la Société psychanalytique de Paris.

Membres célèbres :

En 1924 Charles Baudouin fondait un institut de psychanalyse qui deviendra par la suite « l'institut international de psychanalyse et psychothérapie Charles Baudouin » dont le siège est à Genève. Son comité de patronage comprendra, au fil du temps, Adler, Allendy, Bachelard, Besse, Coué, Driesch, Durand, Eliade, Flournoy, Flugel, Freud, Guitton, Hesnard, Huyghe, Janet, Jung, Laforgue, Maeder et Meng. Les premiers directeurs sont Baudouin, Bovet et Claparède. Il est le plus ancien institut francophone de psychanalyse.

L'institut regroupe aujourd'hui en Europe plus d'une centaine praticiens et se trouve représenté dans 4 pays : Belgique, France, Italie et Suisse. Il poursuit un travail constant de recherche sur les plans théorique, pratique, organise des conférences, des séminaires, des symposiums ouverts au public et n'a jamais cessé de former de nouveaux membres dans l'esprit d'ouverture qui caractérisait sa pratique.

Membres célèbres :

La psychanalyse en Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychanalyse en Grande-Bretagne.

Ernest Jones fonda en Grande-Bretagne la British Psychoanalytical Society, lieu du conflit entre Melanie Klein, Anna Freud avec au milieu les psychanalystes du Middle Group.

Kleiniens et néo-kleiniens[modifier | modifier le code]

Middle Group[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Middle Group.

Ce groupe s'inspire à la fois des théories des kleiniens et des freudiens et des « annafreudiens » :

La psychanalyse aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Psychanalyse aux États-Unis.

Freud est allé aux États-Unis et y a trouvé un écho prometteur. Du fait de la guerre et des persécutions en Europe, on y trouvait une forte émigration de psychanalystes autrichiens, allemands, polonais, etc.

American Psychoanalytic Association (A.Ps.A.A.)[modifier | modifier le code]

Ernest Jones fonde cette association en 1911.

Membres célèbres :

Ego-psychology ou Psychologie du moi[modifier | modifier le code]

La psychologie du moi a été fondée par Heinz Hartmann, s'inspirant plus ou moins des travaux de Anna Freud.

Membres célèbres:

Self-psychology ou Psychologie du soi[modifier | modifier le code]

Heinz Kohut a fondé cette psychologie du soi.

Autres écoles américaines[modifier | modifier le code]

La psychanalyse en Argentine[modifier | modifier le code]

La psychanalyse au Brésil[modifier | modifier le code]

Neuropsychanalyse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Neuropsychanalyse.

Cette nouvelle approche se montre plus populaire dans les pays anglo-saxons.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Écoles[modifier | modifier le code]