Céline Arnauld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnauld.

Céline Arnauld

Activités Écrivain, poète
Naissance 20 septembre 1885
Décès 23 décembre 1952 (à 67 ans)
Mouvement Dadaïsme
Genres poèmes

Céline Arnauld, née Carolina Goldstein le 20 septembre 1885 à Călărași (Roumanie), morte le 23 décembre 1952 à Paris, est un poète et écrivain dada.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivée à Paris en 1914 pour y suivre des études de lettres à la Sorbonne, Céline Arnauld rencontre l'écrivain belge Paul Dermée qui devient son époux. En 1919, paraît son premier roman « Tournevire », illustré par le sculpteur cubiste Henri Laurens. La même année, ce dernier réalise son buste en pierre polychrome.

De 1920 à 1924, Céline Arnauld prend part aux activités dadaïstes. On signale sa participation (« Jeu d'échecs ») à la manifestation Dada du 26 mai 1920 à la Salle Gaveau, sa collaboration aux revues Dadaphone, 391 et Littérature et sa signature sur le tableau de Francis Picabia L'Œil cacodylate. Avec ce dernier, elle écrit le texte Pilhaou-Thibaou polémique contre André Breton et contre Dada dont Picabia s'éloigne.

Le 21 mai 1920, les éditions du Sans Pareil que dirige René Hilsum, publient le premier (et unique) numéro de sa revue Projecteur au format original de 23 cm × 10 cm qui ne comporte aucun dessin ni reproduction d'œuvre plastique. Dadaïste dans l'esprit, la dérision et l'autodérision profusent. Après les trois premières pages correctement présentées, surgit une feuille rose sur laquelle Céline Arnauld a écrit de sa main un texte intitulé Ombrelle Dada : « Vous n'aimez pas mon manifeste. Vous êtes venus ici pleins d'hostilité et vous allez me siffler avant même de m'entendre. […] Avez-vous déjà vu au bord des routes entre les orties et les pneus crevés, un poteau télégraphique pousser péniblement ? Mais dès qu'il a dépassé ses voisins, il monte si vite que vous ne pourriez plus l'arrêter... jamais. » Elle traite Breton de moraliste, Louis Aragon se moque du commerce, Picabia s'en prend aux valeurs de l'époque, et Tristan Tzara explore le pouvoir sonore des mots avec Le Cierge et la vierge.

Par sa volonté d'indépendance, elle poursuit sa carrière littéraire aux marges de Dada, avec le soutien de Hilsum qui publie ses ouvrages.

En 1936, Céline Arnauld signe le manifeste de l'Association des écrivains pour la défense et la culture contre le fascisme.

Elle se suicide deux mois après la mort de son mari.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • La Lanterne magique, poèmes
  • Tournevire, roman, 1919
  • Poèmes à claires-voies, 1920
  • Images dans le dos du cocher, 1920
  • Point de mire, 1921
  • Jeux d'Echecs, dialogue lyrique
  • Guêpier de diamant, poèmes, 1923
  • L'Apaisement de l'éclipse : "une passion en deux actes", 1925
  • Diorama, confession lyrique, 1925
  • La Nuit rêve tout haut, 1934 : "poème à deux voix et accompagnement secret ou imaginaire au piano".
  • Le Clavier Secret
  • Heures Intactes
  • Anthologie Céline Arnauld, morceaux choisis de 1919-1935, 1936
  • Les Réseaux du réveil, 1937
  • La Nuit pleure
  • Rien qu'une étoile

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

  • Œuvres complètes, t. I, édition de Victor Martin-Schmets, Classiques Garnier, 2013 (ISBN 978-2812410604)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Laurent Le Bon (sous la direction de) « Dada », catalogue de l'exposition présentée au Centre Pompidou du 5 octobre 2005 au 9 janvier 2006, Éditions du Centre Pompidou, 2005Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Giovanni Lista, Dada libertin & libertaire, l'insolite, Paris, 2005Document utilisé pour la rédaction de l’article