René Schickele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

René Schickele

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de René Schickele

Naissance
Obernai, Empire allemand Empire allemand
Décès (à 56 ans)
Vence, Alpes-Maritimes
Langue d'écriture Allemand, français
Mouvement Romancier
Essayiste
Poète

René Schickele est un romancier, essayiste et poète alsacien, né à Obernai (Bas-Rhin) le dans l'Alsace annexée par le Reich allemand après la guerre franco-allemande de 1870-1871 et mort le (à 56 ans) à Vence (Alpes-Maritimes). Il est membre de l'Académie de Berlin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père est issu d'une famille de viticulteurs de Mutzig (Bas-Rhin). Sa mère, francophone, est originaire du Territoire de Belfort. En même temps qu'il poursuit des études d'histoire de la littérature, de sciences et de philosophie, à Strasbourg, Munich, Paris et Berlin, avec quelques amis, il fonde dès 1901 à Strasbourg la revue d'avant-garde Der Stürmer.

Premiers engagements politiques[modifier | modifier le code]

Avec ses amis Ernst Stadler et Otto Flake, il s'efforce de promouvoir une « alsacianité de l'esprit » qui met en valeur, dans une perspective européenne, la vocation médiatrice de l'Alsace entre la France et l’Allemagne. En 1909, Schickele, journaliste à Paris, est fortement impressionné par la personnalité de Jaurès et par son socialisme pacifiste. En dépit des contresens et des procès d'intention, c'est la ligne qu'il s'efforcera de défendre année après année malgré la montée des tensions diplomatiques entre la France et l'Allemagne et le déchaînement, des deux côtés du Rhin, des propagandes nationalistes et bellicistes. En 1911, il devient rédacteur en chef du journal libéral Neue Straßburger Zeitung, fondé par Gustave Stoskopf en 1908. Il mène la lutte pour développer parallèlement les libertés locales et le processus de démocratisation.

Rupture la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Lorsqu'éclate la Première Guerre mondiale, il se retire en Suisse. Directeur de la revue expressionniste Die weißen Blätter, il transforme peu à peu la revue en un organe de l'internationale pacifiste.

En novembre 1918, il est à Berlin où il s'efforce de contribuer à la réalisation de son idéal socialiste et pacifiste. Fidèle à ses principes, il refuse l'idée d’une dictature du prolétariat comme moyen d'instaurer la société nouvelle. L'échec de la Révolution allemande brise en lui le ressort de l'action et l'éloigne de l'engagement politique.

Œuvres en allemand[modifier | modifier le code]

Après la Première Guerre mondiale, il quitte l'Alsace pour s’établir de l'autre côté du Rhin, à Badenweiler, continuant de se revendiquer pourtant plus que jamais comme « citoyen français und deutscher Dichter » (en français, « et poète allemand »). C'est durant cette période qu'il écrit sa grande trilogie romanesque, Das Erbe am Rhein : Maria Capponi (1926), Blick auf die Vogesen (1927) et Der Wolf in der Hürde (1931).

Malgré sa nationalité française, il est élu à l'Académie de Berlin, en compagnie de Thomas Mann et Heinrich Mann et d’autres grandes figures de la littérature germanophone de l’époque.

Retour en France et au français[modifier | modifier le code]

Pressentant l'avènement du nazisme, il quitte Badenweiler en 1932 pour s'installer en Provence.

Pour son dernier roman, Le retour (1938), il revient à la langue maternelle, le français. Il le traduit en allemand l'année suivante sous le titre Heimkehr par ses soins.

Héritage[modifier | modifier le code]

Dans l'esprit de René Schickele, le Cercle René-Schickele, fondé en 1968 par la société Culture et bilinguisme d'Alsace et de Moselle, voudrait devenir une sorte de pont entre les cultures française et allemande. En son honneur a été fondé un prix René-Schickele et son nom a été donné à un collège de Saint-Louis (Haut-Rhin). À l'occasion du soixante-dixième anniversaire de la mort de René Schickele, le Prix du Patrimoine Nathan Katz 2009 a été attribué à Irène Kuhn et Maryse Staiber pour la première traduction française de son livre Himmlische Landschaft sous le titre Paysages du ciel.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Sommernächte, Strasbourg, 1902.
  • Pan, Sonnenopfer der Jugend, Strasbourg, 1902.
  • Mon Repos, Berlin et Leipzig, 1905.
  • Der Ritt ins Leben, Stuttgart et Berlin, 1906.
  • Weiß und Rot, Berlin, 1910 (2e édition augmentée en 1920).
  • Die Leibwache, Leipzig, 1914.
  • Mein Herz, mein Land, Leipzig, 1915.

Romans[modifier | modifier le code]

  • Der Fremde, Berlin, 1909.
  • Meine Freundin Lo, Berlin, 1911.
  • Das Glück, Berlin, 1913.
  • Benkal, der Frauentröster, Leipzig, 1914.
  • Trimpopp und Manasse, Leipzig, 1914.
  • Aïssé, Leipzig, 1916.
  • Die Mädchen, Berlin, 1920.
  • Das Erbe am Rhein : Maria Capponi (Berlin, 1926), Blick auf die Vogesen (1927), Der Wolf in der Hürde (1931).
  • Symphonie für Jazz, Berlin, 1929.
  • Die Witwe Bosca, Berlin, 1933.
  • Die Flaschenpost, Amsterdam, 1937.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Schreie auf dem Boulevard, Berlin, 1913.
  • Die Genfer Reise, Berlin, 1918.
  • Der neunte November, Berlin, 1919.
  • Wir wollen nicht sterben, Munich, 1922.
  • Die Grenze, Berlin, 1932.
  • Himmlische Landschaft, Berlin, 1933.
  • Liebe und Ärgernis des D.H. Lawrence, Amsterdam, 1935.
  • Le Retour, in Les Œuvres libres, Paris, 1938. Réédition 2010 aux Editions bf, Strasbourg.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Hans im Schnakenloch, Leipzig, 1915 (nouvelle version en 1927).
  • Am Glockenturm, Berlin, 1920.
  • Die neuen Kerle, Berlin, 1920.

Traductions françaises d'ouvrages de René Schickele[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Études sur René Schickele[modifier | modifier le code]

  • Charles Fichter, René Schickele et l’Alsace jusqu’en 1914, Salde, Strasbourg, 1980.
  • Adrien Finck, Introduction à l'œuvre de René Schickele, Salde, Strasbourg, 1982.
  • Adrien Finck, « René Schickele », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 33, p. 3431
  • Adrien Finck, René Schickele, Salde, Strasbourg, 1999.
  • Adrien Finck et Maryse Staiber (éd.), Elsässer, Europäer, Pazifist. Studien zu René Schickele, Kehl, 1984.
  • Adrien Finck et Maryse Staiber (éd.), René Schickele aus neuer Sicht. Beiträge zur deutsch-französischen Kultur, Hildesheim, 1991.
  • Jean-Marie Gall, René Schickele. Environnement familial, social et culturel (1883-1904), thèse, Strasbourg, 1996.
  • Julie Meyer, Vom elsässischen Kunstfrühling zur utopischen Civitas hominum. Jugendstil und Expressionismus bei René Schickele (1932-1940), München, 1981.
  • Annemarie Post-Martens, PAN-Logismus : René Schickeles Poetik im Jahre der « Wende » 1933, Frankfurt am Main, 2002.
  • Maryse Staiber, L’Exil de René Schickele (1932-1940), Strasbourg, 1989.
  • Maryse Staiber, L’Œuvre poétique de René Schickele. Contribution à l’étude du lyrisme à l’époque du « Jugendstil » et de l’expressionnisme, Strasbourg, 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :