Bad Ischl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec la station de sports d'hiver d'Ischgl.
Bad Ischl
Blason de Bad Ischl
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Autriche Autriche
Land Drapeau de la Haute-Autriche Haute-Autriche
District
(Bezirk)
Gmunden (Bezirk)
Conseillers municipaux (de) 37 conseillers
17 SPÖ, 13 ÖVP, 3 Grüne, 3 FPÖ, 1 ISCHL
Maire Hannes Heide (SPÖ)
Code postal A-4820
Immatriculation GM
Indicatif +43 (0) 61 32
Code Commune 4 07 03
Démographie
Population 13 910 hab. (2012)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 13″ N 13° 38′ 00″ E / 47.720277777778, 13.63333333333347° 43′ 13″ Nord 13° 38′ 00″ Est / 47.720277777778, 13.633333333333  
Altitude 468 m
Superficie 16 285 ha = 162,85 km2
Localisation
Localisation en Autriche
Localisation en Autriche

Géolocalisation sur la carte : Haute-Autriche

Voir sur la carte administrative de la zone Haute-Autriche
City locator 14.svg
Bad Ischl

Géolocalisation sur la carte : Autriche

Voir la carte administrative d'Autriche
City locator 14.svg
Bad Ischl

Géolocalisation sur la carte : Autriche

Voir la carte topographique d'Autriche
City locator 14.svg
Bad Ischl
Liens
Site web http://www.bad-ischl.ooe.gv.at

La ville de Bad Ischl est une station thermale du Sud de la Haute-Autriche, au centre du Salzkammergut.

Géographie[modifier | modifier le code]

Bad Ischl se situe dans le Salzkammergut, à 468 m d'altitude. La largeur maximale de la commune est de 19,6 km du nord au sud et de 17,8 km d'ouest en est. La superficie totale est de 162,85 km2, dont 71,9 % est boisée et 7,9 % cultivée.
La commune regroupe les localités suivantes : Ahorn, Bad Ischl, Eck, Haiden, Hinterstein, Jainzen, Kaltenbach, Kößlbach, Kreutern, Lauffen, Lindau, Mitterweißenbach, Perneck, Pfandl, Ramsau, Reiterndorf, Rettenbach, Roith, Steinbruch, Steinfeld et Sulzbach.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles ont attesté de l'occupation du site dès l'âge de La Tène. De 15 à 10 a.C.n., des légions romaines, attirées par les salines, luttèrent pour s'emparer de la région. C'est à cette époque qu'une colonie fut fondé sur le site actuel de la ville de Bad Ischl. Sous la domination romaine, Bad Ischl, Salzbourg et Hallstatt prospérèrent grâce à l'extraction et au commerce du sel. Cette prospérité prit fin avec les invasions germaniques.
Vers l'an mil, la contrée, qui faisait alors partie de la Bavière, se releva enfin de ses ruines. La population augmenta rapidement, et l'exploitation des mines de sel fut relancée. Au douzième siècle, la région fut incorporée au domaine des ducs de Babenberg, fondateurs du duché d'Autriche. La ville de Bad Ischl est mentionnée pour la première fois en 1262 sous le nom de Iselen.

Quelques décennies plus tard, quand une nouvelle mine de sel fut découverte à Bad Goisern, la question de son exploitation provoqua un conflit ouvert avec l'archevêque Konrad IV de Salzbourg au sujet du monopole du sel. La colère de l'archevêque augmenta encore lorsque l'abbé Heinrich von Admont, un favori des Habsbourg, vint lui aussi ouvrir une mine de sel à Gosau. Renoncer au monopole du sel semblant inimaginable à Konrad IV, il se proclama seul habilité à faire commerce de sel, ce que Albert Ier, duc d'Autriche, refusa de reconnaître. Ce dernier ordonna d'ailleurs la construction d'ouvrages défensifs dans la région. C'est ainsi que fut par exemple construite la Rudolfsturm de Hallstatt, depuis laquelle on pouvait contrôler de vastes étendues du Salzkammergut.
Quand se répandit la nouvelle selon laquelle le duc Albert serait mort empoisonné, l'archevêque de Salzbourg s'arma en vue d'une campagne de destruction des salines abhorrées. Il fit détruire les salines et réduire en cendres les bourgs avoisinant. Mais sa victoire fut de courte durée : le duc Albert était en réalité toujours vivant, et il lava l'affront de Salzbourg dans le sang.

La paix fut enfin conclue en 1297, et l'exploitation des salines reprit de plus belle, profitant de cette nouvelle ère de paix et de prospérité. L'empereur Frédéric III éleva Bad Ischl (à l'époque simplement nommée Ischl) au rang de marché en 1466. Le nom de Salzkammergut, qui désigne la contrée de Bad Ischl (Salzkammer signifiant « chambre à sel » en allemand), apparaît pour la première fois dans un document officiel en 1656.

Carte de Bad Ischl (1888)

Le dix-septième siècle fut avant tout celui de la lutte contre le protestantisme. Les luthériens qui avaient fui Salzbourg et s'étaient installés dans la région furent contraints d'abjurer leur foi lors de la Contre-Réforme. Ceux qui s'y opposaient furent enfermés ou même exécutés. De nombreux protestants, dont les seigneurs de Racknitz qui gouvernaient depuis toujours le domaine de Perneck, fuirent l'Autriche à cette époque. Quand, cent ans plus tard, ils réclamèrent ouvertement la liberté du culte, les « révoltés » furent confrontés à une alternative : la conversion au catholicisme ou l'exil en Hongrie et en Transylvanie. La plupart d'entre eux, vivant depuis des générations dans le Salzkammergut, décida alors de rester et d'abjurer (du moins en apparence). Il ne s'agissait plus à l'époque que d'une formalité, car le culte interdit fut célébré en secret jusqu'à ce que l'empereur Joseph II accorde à tous la liberté du culte par l'édit de tolérance de 1781.

La villa Léhar

La station thermale[modifier | modifier le code]

L'âge d'or de Bad Ischl ne commença pourtant qu'en 1823, quand fut ouvert le premier établissement de cures. La ville se hissa rapidement au rang des plus importantes stations thermales d'Europe et accueillit de plus en plus de visiteurs.

La période qui s'étend de 1849 à 1914 constitue le sommet de cette époque de gloire, quand Bad Ischl fut élevée au rang de résidence d'été impériale (Kaiserliche Sommerresidenz) de l'empereur François-Joseph. Malgré tout, Bad Ischl ne se vit reconnaître le statut de ville qu'en 1940.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un camp de déplacés fut installé à Bad Ischl, qui se trouvait alors dans la zone américaine d'occupation. Cette occupation prit fin en 1955 avec la signature du traité d'État.

Politique[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal (Stadtrat) est composé de neuf membres et est présidé par le bourgmestre. Les deux adjoints au bourgmestre et les membres du conseil municipal sont élus par le conseil communal (Gemeinderat), tandis que le bourgmestre et les membres du conseil communal sont directement élus par la population. La distribution des sièges est actuellement la suivante :

  • bourgmestre : Hannes Heide
  • conseil municipal : 5 SPÖ, 4 ÖVP
  • conseil communal : 17 SPÖ, 13 ÖVP, 3 Verts, 3 FPÖ et 1 ISCHL

Économie[modifier | modifier le code]

Bad Ischl est avant tout une station thermale et une ville touristique. On recense environ 385 000 nuitées par an. La ville fait également partie du complexe touristique du Salzkammergut. Elle est enfin une ville d'achats, avec près de 850 petites et moyennes entreprises et commerces.

La villa de l'empereur à Bad Ischl

Culture[modifier | modifier le code]

«Le Salzkammergut» est le nom de la prochaine exposition régionale (se tenant tous les deux ans en Haute-Autriche) qui aura lieu à Bad Ischl en 2008, et à laquelle treize communes prennent part. Cette exposition présentera tous les atouts du Salzkammergut, que ce soit du point de vue culturel ou économique. Chaque commune mettra l'accent sur un point différent de cette exposition (qui, soit dit en passant, coûtera 12.3 millions d'euros).
D'autres événements folkloriques (permanents) proposés à Bad Ischl sont le Festival Lehar de l'opérette, le festival international du boogie et du blues Shake the Lake, le All American Music Festival et la Fête de l'Empereur organisée chaque année par la Bürgerkapelle en l'honneur de François-Joseph.

Curiosités[modifier | modifier le code]

Dans la Dorfstraße se trouvent de chaque côté d'une auberge un panneau triangulaire bordé de rouge et représentant une serveuse. Sur l'écriteau en dessous, on peut lire «Achtung Maria» (Attention à Marie). Et de fait : la terrasse de l'auberge se trouvant de l'autre côté de la rue, la serveuse (qui se nomme bien Maria) est contrainte à traverser régulièrement la Dorfstraße.

Au cimetière de Bad Ischl se trouvent les tombes de l'écrivain Leo Perutz, des compositeurs Franz Lehár et Oscar Straus, ainsi que du ministre-président d'Autriche Leopold Hasner von Artha.

Attractions[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

  • la Kaiservilla, résidence d'été de François-Joseph
  • le musée de la Ville de Bad Ischl
  • la villa Lehár, ancienne résidence du compositeur
  • le musée des Transports
  • le musée de la Photographie, installé dans l'ancien salon de thé de l'impératrice Elisabeth
  • le musée Haenel-Pancera

Édifices sacrés[modifier | modifier le code]

  • l'église Saint-Nicolas
  • l'église évangélique
  • l'église Kalvarienberg
  • l'église Maria an der Straße

Châteaux[modifier | modifier le code]

La Maison des Congrès

Autres[modifier | modifier le code]

  • la Maison des Congrès
  • la Sophiens Esplanade, qui date de 1830
  • l'ancien Hotel Post, le plus vieux du Salzkammergut
  • la pâtisserie Zauner, ouverte en 1832