Nirvana (monde indien)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nirvāna)
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nirvana.

Nirvāṇa[1] est un terme sanskrit (devanāgarī : निर्वाण)[2], calque du pali Nibbāna (निब्बान), qui signifie « extinction » d'une flamme ou d'une fièvre, étymologiquement « ex-spiration[3] » , et par extension « apaisement » puis « libération ». Ce mot est devenu, en chinois 涅槃 nièpán, en japonais 涅槃 nehan, en coréen 열반 yolban, en tibétain myang-ʼdas ou myan-ngan ʼdas-pa (litt.: passer au-delà la souffrance), et en thaï นิพพาน nípphaan.

Acception dans le bouddhisme[modifier | modifier le code]

Dans son acception bouddhique, qui est la plus commune aujourd'hui, ce terme désigne la finalité de la pratique bouddhique, l'Éveil (bodhi). Il est au-delà de toute description et ne peut être défini que négativement comme la fin de l'ignorance, facteur essentiel de la coproduction conditionnée, et des trois soifs : désir des sens (kāma-taṇhā), désir d'existence ou vouloir-vivre (bhava-taṇhā) et désir d'annihilation (vibhava-taṇhā). Le nirvāṇa est une forme d'achèvement qui peut être comparé, selon les textes, à l'extinction d'une flamme (individualité ou sens du soi) : de même qu'on ne peut définir un feu qui ne brûle pas, on ne peut définir une personne qui a « exsufflé » les agrégats d'existence (désirs, volitions, conceptions erronées) qui entraînent une personne non éveillée de renaissance en renaissance.

Une définition moins négative est celle d'une paix intérieure totale et permanente, provenant du détachement. L'acquisition de cet « état » (qui est défini comme un « non-état ») est réputée possible pendant la vie, ou, éventuellement, lors de la mort. L'idée assez vulgarisée dans le public du nirvāṇa comme d'un « paradis » où l'on continuerait à exister après la mort est absurde (et contradictoire avec la thèse bouddhiste du non-soi et de la vacuité des phénomènes et de l'Absolu). On ne peut donc ni y « entrer » ni y « rester ». Le nirvāṇa n'est pas non plus la mort, mais plutôt la fin de la croyance en un ego autonome et permanent.

Des termes proches sont : éveil, extinction, libération, illumination, délivrance, vacuité absolue, paix suprême, réalité ultime.

Pour le bouddhisme hīnayāna, le nirvāṇa est « l'autre rive », qui « existe » par opposition au cycle du devenir, le saṃsāra, alors que pour le bouddhisme mahāyāna nirvāṇa et saṃsāra sont ultimement identiques, de par la non-dualité de la nature des choses.

On distingue au moins deux types de nirvāṇa :

  • nirvāṇa avec reste d’existence (pali : sa-upādisesa-nibbāna, sanskrit : sopadhisesa nirvāṇa) : celui qu'obtient un arhat ou un bouddha au cours de sa vie ;
  • nirvāṇa sans reste d’existence (pali : an-upādisesa-nibbāna, sanskrit : nirupadhisesa nirvāṇa) : appelé aussi parinirvâna (pali : parinibbāna), ou extinction complète, lors de la mort d'un arhat ou d'un bouddha.

L'école Cittamātra du Mahāyāna rajoute deux autres types :

  • prakrti-visuddha-nirvāṇa : tous les êtres sont dans un nirvāṇa originellement pur ;
  • apratisthita-nirvāṇa : nirvāṇa « non fixé », celui des bodhisattvas qui ne demeurent ni dans le samsâra ni dans le nirvāṇa, pour le bien des êtres sensibles.

Voir aussi Parinirvāna, Satori.

Acception dans l'hindouisme[modifier | modifier le code]

Le même concept existe également dans l'hindouisme mais il est de préférence nommé moksha (ou encore mukti, laya), le terme de nirvāṇa y étant moins souvent employé.

Dans le jaïnisme[modifier | modifier le code]

Comme pour l'hindouisme, le terme nirvana est utilisé généralement dans le jaïnisme en synonyme du mot moksa qui peut se traduire par: illumination, éveil, libération. Ce stade, cet état est atteint lorsque l'individu a détruit tout son karma, tout son attachement au monde terrestre et ses conséquences. La libération dans la théorie jaïne ne peut être gagnée que lorsque la mort du corps physique arrive; il est à noter que pour le courant digambara, seuls les hommes peuvent y parvenir. Ces théories ne doivent pas faire oublier que la prière, le jeûne, la méditation sont les voies du salut, qu'il faut suivre en respectant les Mahavratas: les vœux du jaïnisme, et les Trois Joyaux[4].

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Il y a un sans-naissance, sans-devenir, sans-création, sans-condition. S'il n'y avait pas ce sans-naissance, sans-devenir, sans-création, sans-condition, on ne pourrait échapper au né, devenu, créé, conditionné. Mais puisqu'il y a un sans-naissance, sans-devenir, sans-création, sans-condition, on peut échapper au né, devenu, créé, conditionné. » Udana, VIII, 3.
  • « Comme une flamme soufflée par un vent puissant va en repos et ne peut être définie, ainsi le sage qui est libéré du corps et de l'esprit (nāmakāyā) va en repos et ne peut être défini. Pour lui, il n'y a plus de mesure qui permette de le décrire. Quand toute chose (dharma) a disparu, tous les signes de reconnaissance ont aussi disparu. » Sutta Nipāta
  • « Là où il n'y a rien, où rien ne peut être saisi, c'est l'Ile ultime. Je l'appelle nirvāṇa : extinction complète de la vieillesse et de la mort. » (Sutta Nipāta, 1093-1094)
  • « Le nibbana est la cessation du devenir. » (bhava nirodho nibbanam) (Samyutta Nikaya 12, 68)
  • « Le nibbana est le bonheur suprême. » (nibbana paramam sukham) (Dhammapada, 204)
  • « Le nirvāṇa est la quiétude de l'océan lorsque le petit enfant s'y noie. » (Tetsuo)

Sens populaire[modifier | modifier le code]

Dans le langage familier, nirvāṇa désigne un « bonheur suprême », un plaisir des sens atteint notamment par la sexualité, des objets ou des situations hautement agréables. Il s'agit alors d'un sens dévoyé, à peu près synonyme de plaisir intense, assez éloigné de la notion de paix intérieure.

En psychanalyse[modifier | modifier le code]

Le principe de nirvana est un concept psychanalytique de la tendance au néant, ce qui ne correspond pas au terme nirvāṇa bouddhiste, mais plutôt à vibhavatṛṣna qui est la soif de non-existence[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • François Chenet (dir.), Cahier Nirvana, Editions de l'Herne, Cahiers de l'Herne, n° 63, Paris, 1993, 370 p. (ISBN 9782851970749)
  1. Nota bene : Le Rapport de 1990 sur les rectifications orthographiques (voir § IV.7) préconise d'écrire simplement nirvana.
  2. The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  3. De:Nir- Vā-, Vāta.
  4. The A to Z of Jainism de Kristi L. Wiley édité par Vision Books, pages 156 et 146, ISBN 8170946816
  5. Sigmund Freud, Au-delà du principe de plaisir (1920), Paris, Payot, coll. "Petite Bibliothèque Payot", 2010 (ISBN 2-228-90553-4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]