Varuna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le dieu Varuna. Pour corps céleste, voir (20000) Varuna.

Varuna (devanāgarī वरुण [ʋəruɳə]) est l'une des divinités les plus importantes du panthéon du védisme en tant que dieu du ciel et est dans l'hindouisme le dieu de l'océan[1], le gardien de l'orient (lokapala) de l'ouest.

Varuna sur le Makara (Rajahstan, fin du XVIIe siècle)

Védisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Védisme.

À l'époque pré-védique, il était probablement la divinité suprême, le gardien de l'ordre du monde, dieu des lois et des châtiments, maître du cosmos. Dieu omniscient et omnipotent, il règne sur le panthéon védique, en compagnie des principaux Āditya, Mitra, Indra et les Aṣvins. Ils sont secondés par quatre āditya « mineurs », Aryaman et Bhaga, qui sont plus particulièrement liés à Mitra, Dakṣa et Aṃśa, d'apparution plus tardive, qui sont les auxiliaires de Varuna.

Varuna est à la fois un asura et un deva. Il est le maître du ṛtá, l'énergie qui permet de maintenir l'ordre de l'univers. Dieu « aux mille yeux », il possède un caractère violent, et ses colères sont redoutées des hommes. Divinité lunaire, il est parfois représenté comme un homme à la peau claire portant une armure en or ainsi qu'un « lasso » fait à partir d'un serpent[2]. Il chevauche un makara, monstre marin qui lui sert de Vāhana ou monture.

Varuna est aussi un dieu de la mort et peut accorder l'immortalité. Il est également associé à l'élément liquide, lorsque celui-ci se trouve en masse (cours d'eau, lacs, océans), tandis que la pluie est surtout associée à Mitra. Après qu'Indra lui eut ravi sa place de maître de l'univers, Varuna devint le dieu des océans et des rivières, et le gardien des âmes des noyés. Il est servi par les nâgas, êtres mi-hommes, mi-serpents.

Selon certains auteurs, il était originellement le même dieu indo-européen qu'Ouranos, dieu du ciel dans la mythologie grecque. François Cornillot, spécialiste du Rig-Veda et de l'Avesta, considère qu'il ne formait à l'origine qu'un seul dieu avec Mitra, le dieu des contrats et de l'amitié entre les hommes. Georges Dumézil, en revanche, s'oppose formellement à cette thèse[3]. Pour lui, Varuna représente la souveraineté sur le plan surnaturel et Mitra sur le plan terrestre. Les deux divinités complémentaires sont très souvent citées ensemble, dans le duel (dvandva) Mitravaruna.

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Dans les Purana Varuna est présenté comme le Régent (dikpāla[4] ou lokapāla [5]) du Royaume de l'Eau (Ap) que traverse l'être ayant accomplit le dêva-yâna, c'est-à-dire celui qui est sur la Voie de la Délivrance après sa mort[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Dumézil, Mitra-Varuna - Essai sur deux représentations indo-européennes de la Souveraineté, Paris 1940.
  • Georges Dumézil, Les dieux souverains des Indo-Européens, Paris 1977.
  • F.B.J. Kuiper, Varuna and Vidusaka, Amsterdam 1979.
  • Joel Peter Brereton, The Rgvedic Ädityas, New Haven, Connecticut 1981.
  • Jan Gonda, The dual deities in the religion of the Veda, Amsterdam (le couple Mitra-Varuna pp. 145-208 ; le couple Indra-Varuna pp. 229-270), 1974.
  • Jan Gonda, (2ème éd.), Die Religionen Indiens, 1er tome, pp. 73-84, Stuttgart 1978.
  • Heinrich Lüders, édité par Ludwig Alsdorf, Varuna (1ère partie), Göttingen 1951.
  • Heinrich Lüders, édité par Ludwig Alsdorf, Varuna (2ème partie), Göttingen 1959.
  • A. A. Macdonell, The Vedic Mythology, pp. 22-29, Strassburg 1897.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopedia of Hinduism par C.A. Jones et J.D. Ryan publié par Checkmark Books, page 479, ISBN 0816073368
  2. Varuna est aussi le dieu des liens, des collets… ; tout ce qui est « lié » est réputé lui appartenir.
  3. Les dieux souverains des Indo-Européens , 1977, publié aux éditions Gallimard
  4. http://sanskrit.inria.fr/DICO/32.html#dikpaala
  5. http://sanskrit.inria.fr/DICO/56.html#lokapaala
  6. René Guénon, L'homme et son devenir selon le Vêdanta, Paris 1976.