Dharana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dhāraṇā (en sanskrit IAST ; devanāgarī : धारणा)[1] correspond dans les Yoga Sūtra de Patañjali au sixième membre (aṅga) du Yoga. Ce terme sanskrit signifie « qui tient, qui porte; qui garde, qui protège ». Dans le yoga, c'est l'étape de la concentration de l'esprit avec arrêt du souffle, ou fixation de la pensée, 6e étape du rājayoga, obtenue par ekāgratā : la fixation de la pensée en un seul point (que ce soit un point du corps, une notion, une image, un son, etc.).

Dans l'Hindouisme[modifier | modifier le code]

Dans les Yoga Sūtra de Patañjali[2], la dhāraṇā représente le sixième membre (anga) juste avant dhyāna et samādhi [3]. Cette concentration (con/centration, être un avec un centre) ou fixation en un point constitue l'étape indispensable pour obtenir une méditation profonde (dhyāna). Dans le chapitre III sūtra 1 des Yogasūtra intitulé Vibhūti pāda, Patañjali défini Dhāraṇā comme « La fixité du cittavṛtti sur un espace ou un objet[4] particulier est dhāraṇā, la concentration »[5].

On trouve également ce terme dans les Upaniṣad comme la Kaṭhopaniṣad et la Maitreyi Upaniṣad[6].

L'usage de dhyāna et de dhāraṇā conduit à la réalisation du samādhi. Le samādhi repose essentiellement sur une modalité de la conscience, capable de s'identifier totalement avec l'objet de la méditation. Il existe plusieurs étapes de concentration où les fluctuations mentales (vṛtti) diminuent, lorsqu'en fait la focalisation des pensées va se porter sur un point très précis. L'écoute d'un morceau de musique peut amener très facilement une modalité de conscience où l'esprit est absorbé simplement par l'écoute, en s'abstrayant de tous les bruits extérieurs.

Dans le Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Ce terme est utilisé dans la méditation bouddhique. On peut remarquer la proximité de dhāraṇā et de dhyāna avec les concepts occidentaux de centration-décentration.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  2. Le Raja Yoga est un rétronyme qui fait référence au Yoga-Sûtra de Patañjali. Ce n'est pas à proprement parler le Yoga de Patañjali qui est plus proche du Jnana Yoga.
  3. Laghu-Prabandhāḥ: Choix d'articles d'Indologie. Jean Filliozat. Éd. Brill Archive, 1974, page 157.(ISBN 9789004039148)
  4. Ici le terme « objet » à le sens de représentation mentale sans la participation des sens (Indriya)
  5. śloka 54: deśabandhaścittasya dhāraṇā (Yogānuśasānam: les yogasātras. Patañjali, Sadānanda Sarasvatī. Éd. Courrier du livre, 1976, page 153. (ISBN 2-7029-0084-4))
  6. Idem, page 159

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]