Louis de La Vallée-Poussin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille de La Vallée Poussin.

Louis de La Vallée Poussin, né le 1er janvier 1869 à Liège et mort le 18 février 1938 à Bruxelles, est un philologue indianiste belge spécialiste du bouddhisme. Il descend d'une famille d'origine française et installée à Liège[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 1er Janvier 1869 d'un père Français et d'une mère Belge, Louis de La Vallée Poussin appartient à la Famille de La Vallée Poussin qui a donné de nombreux scientifiques illustres[2].

Il fait ses humanités dans sa ville natale de Liège, au collège Saint-Gervais[3]. Il poursuit ses études de 1884 à 1888 à l'Université de Liège, où il s'initie à la philologie et où il obtient, à 19 ans, son doctorat de Philosophie et Lettres avec "la plus grande distinction"[2]. Il entre ensuite à l'université de Louvain où il étudie le sanskrit, le pali et l’avestan auprès de Charles de Harlez et Philippe Colinet de 1888 à 1890. Il y reçoit un Doctorat en Philologie Orientale en 1891[3].

Il se spécialise ensuite à Paris, de 1890 à 1893, à la Sorbonne et à l'Ecole des Hautes-Etudes, pendant qu’il occupe la chaire de sanskrit à l’université de Liège (1891-1892)[1]. Il poursuit son étude du sanskrit sous la direction de Sylvain Lévi et de Victor Henry[4]. Il rentre ensuite en Belgique, à l’université de Leyde où il devient l'élève de Hendrik Kern, avec qui il continue son étude de l’avestan et des gāthā zoroastriens[1]. Plus tard, pour se consacrer à l'étude du Bouddhisme, il apprendra aussi le Chinois et le Tibétain[2].

En 1893, il obtient le professorat de grammaire comparative du grec et du latin à l’université de Gand, poste qu’il occupe jusqu’en 1929, date à laquelle il en démissionne[2]. En 1921 il organise la Société Belge d'Etudes Orientales.

Le 18 février 1938, à l'âge de 69 ans, il s'éteint devant son bureau, épuisé par ses travaux[2].

Il aura laissé une production importante, recensée par Marcelle Lalou[5] à 324 publications (une vingtaine de gros ouvrages, une centaine de monographies et d'autres)[3].

Il était membre de l'Académie Royale de Belgique, membre correspondant de l'Institut de France, membre d'honneur de la Royal Asiatic Society et de l'Ecole Française d'Extrême-Orient. Il reçu le titre de Grand officier de l'Ordre de la Couronne et commandeur de l'Ordre de Léopold, et le titre de docteur honoris causa de l'université d'Oxford. Il reçu, en 1935, l'une des huit médailles commémoratives du 2500ème anniversaire de la naissance du Bouddha de la part du gouvernement Japonais[2], la seule à honorer un occidental[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dictionnaire des orientalistes de langue française. François Pouillon. Karthala Editions, 2008, page 571. (ISBN 9782845868021)
  2. a, b, c, d, e et f Etienne Lamotte, "Louis de La Vallée Poussin" (nécrologie), in: Bulletin de l'Ecole française d'Extrême-Orient, Tome 38, 1938, pp. 479-483
  3. a, b, c et d Christophe Vielle, "de La Vallée Poussin, Louis", in: Nouvelle biographie nationale de Belgique, t. 10, Bruxelles : Académie royale de Belgique, 2010, pp. 122-124.
  4. Charles Petit-Dutaillis, "Eloge funèbre de M. Louis de La Vallée Poussin", in: Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 82e année, N. 2, 1938, pp. 107-109
  5. BIBLIOGRAPHIE BOUDDHIQUE. Fascicule annexe, XXIII bis. Rétrospective : l'oeuvre de Louis de La Vallée Poussin par Marcelle Lalou et Index général des tomes VII-XXIII. Paris, 1955, in-4° br., X-166 pages.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis de La Vallée Poussin: memorial volume. Narendra Nath Law, Louis de La Vallée Poussin. Éd. J.C. Sarkhel, 1947.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :