Les Deux Vérités

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Deux Vérités ou Les Deux Réalités, l'une relative et l'autre ultime, est une notion fondamentale du bouddhisme.

Dans le bouddhisme la réalité est interprétée sous deux perspectives appelées Les Deux Vérités ou Les Deux Réalités.

I. La réalité relative.

Philippe Cornu déclare :

« La réalité relative ou réalité d'enveloppement, réalité de surface, ou réalité conventionnelle se rapporte au mode d'apparence des phénomènes et de l'existence. Elle décrit non seulement comment apparaissent les choses aux yeux des êtres, mais aussi les mécanismes de la causalité, les interactions entre les phénomènes (interdépendance), bref l'efficience de l'existence phénoménale[1]. »

II. La réalité absolue ou ultime.

Philippe Cornu déclare :

« La réalité absolue désigne le mode réel des choses, leur nature essentielle et ultime[1]. »

Georges B.J. Dreyfus ajoute :

« L'importance de l'enseignement des deux vérités est bien révélé par Nagarjuna lorsqu'il dit que l'enseignement du Bouddha est entièrement basé sur les deux vérités, la vérité conventionnelle et la vérité ultime [...] La vérité ultime est ce qui amène à la libération et la vérité conventionnelle est ce qui aide à comprendre la vérité ultime. C'est pour cela que les enseignements du Bouddha sont dits être basés sur les deux vérités[2]. »

Guy Bugault dit que « la distinction de deux vérités n'est pas une invention de Nagarjuna. On la trouve déjà dans les textes anciens sous les termes de sammuti-sacca ou vohāra-desanā » d'une part, paramattha-sacca d'autre part. Le Bouddha lui-même ne cesse de répéter, à propos de sa doctrine et discipline [...] : « Je l'enseigne comme double » (dvayam vadāmi, Majjhima-nikāya, III)»[3].

Au niveau absolu, les deux vérités sont identiques. Au niveau relatif, les deux vérités sont distinctes. L'esprit illusionné ne fait pas la distinction entre réalité relative et réalité absolue[4]. La vérité absolue est celle que réalisent les Êtres éveillés, la vérité relative est le fait des êtres qui restent plongés dans l'illusion et l'ignorance.

Georges B.J. Dreyfus explique :

« L'enseignement du Bouddha a deux aspects : un aspect de sagesse (Prajna) et un aspect de méthode (Upaya). [...] La sagesse comprend les choses dans leur aspect relatif, conventionnel, mais surtout, elle est destinée à comprendre la vérité ultime, la nature ultime des phénomènes. La méthode est développée en relation avec la vérité conventionnelle. [...] Tous les enseignements du Bouddha se basent au moins sur une des deux vérités et, en fin de parcours sur les deux vérités alliées[2]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire Encyclopédique du Bouddhisme par Philippe Cornu, Seuil, nouvelle éd. 2006, p. 157.
  2. a et b Georges Dreyfus, Les deux vérités selon les quatre écoles, , éd. VajraYogini, Marzens, 2000, p.5.
  3. Nagarjuna, Stances du milieu par excellence, traduit par Guy Bugault, Gallimard/Connaissance de l'Orient, Paris, 2002, p. 306.
  4. Dictionnaire Encyclopédique du Bouddhisme par Philippe Cornu, Seuil, nouvelle éd. 2006.