Lois de Manu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Manusmṛti (sanskrit : मनुस्मृति), aussi appelée Mānava-Dharmaśāstra (sanskrit : मानवधर्मशास्त्र) traduit par: Lois de Manu est un dharmaśāstra, un traité de loi qui est daté environ du IIe siècle de notre ère[1]. Il s'agit d'un texte en vers le plus important et le plus ancien de la tradition hindoue du dharma[2]. Il a été traduit en anglais en 1794 par le philologue orientaliste Sir William Jones, qui était juge à la cour suprême britannique de Calcutta[3]. Le texte se présente sous la forme d'un discours prononcé par la sage Manu à un groupe de voyants, ou rishis, qui le prient de leur dire « l'Ordre de toutes les Couleurs [hiérarchie sociocosmique] » (1.2). Ainsi il parle des devoirs des brahmanes et des autres castes. L'inégalité entre les castes y est dictée. Les nourritures comestibles sont aussi données dans ce livre. Les devoirs d'un roi, les punitions pour les crimes y sont également prescrits[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mânava dharma çâstra - Lois de Manou. Traduites du sanskrit par G. Strehly, 1893
  • Manava-dharma-sastra. Lois de Manou, comprenant les institutions religieuses et civiles des Indiens ; tr. du sanscrit et accompagnées de notes explicatives. Traduites par Loiseleur-Deslongchamps, Auguste Louis Armand, 1833

Références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopedia of Hinduism par C.A. Jones et J.D. Ryan publié par Checkmark Books, page 259, ISBN 0816073368
  2. Patrick Olivelle, Manu's Code of Law: A Critical Edition and Translation of the Mānava-Dharmaśāstra, Oxford, Oxford University Press (2005).
  3. The Institutes of Hindu Law: Or, The Ordinances of Manu
  4. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 128, ISBN 8170945216

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Lois de Manou, traduites par G. Strehly [1] et [2]
  • Lois de Manou, traduites par Loiseleur-Deslongchamps[3]