Satipatthana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Satipaṭṭhāna (pali ; smṛti-upasthāna en sanskrit), signifie « établissement de l'attention » ou « application de la présence d'esprit[1] ».

Il s'agit d'un membre essentiel de la pratique bouddhique : l'attention doit être établie, maintenue à chaque instant. Cette attention (sati) n'est pas, dans le cadre bouddhique, une attention froide, une observation extérieure ; c'est au contraire une présence claire, une conscience claire des choses et des événements mentaux.

Le Satipatthana sutta est présent dans deux corbeilles du Canon pali, donc en deux versions : il y a le Satipatthana sutta (dans le Majjhima Nikaya), et le Mahasatipatthana sutta (dans le Dīgha Nikāya 22).

Traduction[modifier | modifier le code]

Le mot pali satipaṭṭhāna, « présence ou établissement de l'attention » est composé de[2] :

  • sati (smṛti en sanskrit) : signifie « mémoire, souvenir » mais dans les écritures en pali de la tradition bouddhique, il n'a que rarement ce sens. Il signifie dans la plupart des cas « attention ». Le mot composé sammā-sati correspond à l'attention juste, un des membres de l'octuple noble sentier.
  • upaṭṭhāna : signifie « placer près de, garder présent, établir ».

Satipatthana sutta[modifier | modifier le code]

Le Satipatthana sutta est un discours de Gautama Bouddha décrivant l'établissement de l'attention : « Les quatre applications de la présence d'esprit sont la seule Voie conduisant à l'atteinte de la purification, à la maîtrise de la douleur et des lamentations, à la cessation de la peine et du chagrin, à l'entrée à la Voie parfaite et à la réalisation du Nibbāna[1]. »

Il y a quatre types d'attention[1] :

  • l'attention au corps (kāya) ;
  • l'attention aux sensations (vedanā) ;
  • l'attention à l'esprit (citta : un esprit impliquant non seulement la partie rationnelle mais aussi la partie émotionnelle de nous-mêmes) ;
  • l'attention aux formations mentales (dhamma : le mot ne voulant pas ici dire enseignement du Bouddha, mais phénomène de base de notre expérience), celles-ci étant ici de cinq sortes : obstacles (saṃyojana), agrégats (khandha), expérience des sens (āyatana), facteurs d'éveil (bojjhaṅga) et nobles vérités.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nyanaponika, Satipatthana. Le coeur de la méditation bouddhiste, Librairie d'Amérique et d'Orient Adrien Maisonneuve,‎ 2003 (ISBN 9782720009990)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Nyanatiloka, Vocabulaire pali-français des termes bouddhiques, Adyar,‎ 1995.
  2. Nyanaponika 2003, p. 9-10.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]