Vritti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vṛtti (devanāgarī: वृत्ति)[1] est un terme sanskrit qui signifie « fluctuation » ou « mouvement de la pensée ». Dans les Yoga Sūtra de Patañjali, ce vocable désigne aussi toute modification à l'état subtil dans le mental (manas) ou la conscience[2] (citta) dans les trois états de veille (jāgrat), rêve (svapna) et sommeil (suṣupti)[3].

Vṛtti et Sāṃkhya Yoga[modifier | modifier le code]

Dans la philosophie du Sāṃkhya Yoga, les Vṛtti sont des tourbillons mentaux constitués de pensées[4] provenant des saṃskāra et des vāsanā liés au mental de la créature (jīva). Ceux-ci surviennent sans que le sujet ait un quelconque pouvoir de les arrêter.

La pratique du yoga favorisent une forme de concentration (dhāraṇā), permettant l'émergence de l'état méditatif ou contemplatif (dhyāna), qui donnerait accès au samādhi, c'est-à-dire à la pacification du corps et de l'esprit. Cet état de pacification du corps-esprit permettrait la libération des associations mécaniques des pensées ou "vrtti", et de manière plus profonde la cessation de l'activité incessante du mental (ici citta)[5]. Cette inactivité du mental révèlerait ainsi la véritable nature du jiva[6].

Le verset d'introduction des Yoga Sūtra de Patañjali dit : "Yogaś citta-vritti-nirodhaḥ" ("Yoga est la cessation des fluctuations du mental")[7]. Le terme Yoga, dans ce contexte, étant entendu dans son sens littéral (« unification ou retour à l'unité ») et non dans le sens commun occidental qui désigne le Haṭha Yoga.

Les cinq sortes de Vṛtti[modifier | modifier le code]

Le texte des Yoga Sūtra de Patanjali mentionne cinq sortes de vrittis qui sont classées en:

  • pramāṇa: jugement valide ou connaissance objective basée sur l'expérience ou l'expérimentation;
  • viparyaya: jugement erroné ou connaissance non objective qui ne repose pas sur l'expérience ou l'expérimentation;
  • vikalpa: conceptualisation ou connaissance indirecte basée sur la parole, les mots ou encore l'imagination qui ne s'appuient pas sur la réalité;
  • nidrā: sommeil, somnolence mais aussi perte de l'attention;
  • smṛti: impressions accumulées dans le citta mais aussi appel à la mémoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  2. Mémoire (réceptacle des impressions) ou conscience non purifiée selon les Yoga-Sūtra de Patanjali. Citta engloble aussi ce que l'on désigne en Occident par « inconscient » et « subconscient ».
  3. Ces trois états sont décrits dans la māṇḍūkyopaniṣad.
  4. il faut comprendre ici le terme « pensée » au sens de désir, émotion, image mentale, impression..., et non pensée associée à la logique ou la rationalité (qui est quand même un Vṛtti dans les Yoga-Sutra de Patanjali).
  5. Ancient Indian Education: Brahmanical and Buddhist. Radhakumud Mookerji. Motilal Banarsidass Publ., 1990. (ISBN 9788120804234)
  6. Individualité humaine associé à la conscience individualisée et l'insconcient.
  7. Yoga-Sūtra: Samādhi Pāda, sutra 2 (I-2)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yoganusasanam: Les Yagasutras de Patanjali commentés par Sadananda Sarasvati. Le courrier du Livre, 1979. (ISBN 2-7029-0084-4)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]