Upādāna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Upādāna (sanskrit, pâli ; japonais : shu), signifie attachement. Il s'agit de la tendance à vouloir se compléter afin de durer (de se prolonger) ; cette tendance assume l’objet et s'y attache.

Selon la doctrine de la coproduction conditionnée, l'attachement est conditionné par la soif, ou désir, taṇhā, et conditionne à son tour le devenir, bhava.

Les constituants d'une personne sont nommés upādāna-kkhandha, « agrégats d'attachement », ou selon le Visuddhimagga, « les cinq groupes d'existence qui constituent les objets de l'attachement[1] »

Analyse[modifier | modifier le code]

Selon Buddhaghosa, upādāna est une intensification de taṇhā[1]. Mais l'analyse de ces deux maillons (nidāna) de l'interdépendance semble les distinguer.

Quatre attachements sont distingués par le Dhammasangani :

  • Attachement sensuel, kāmaupādāna
  • Attachement aux conceptions erronées, ditthiupādāna
  • Attachement aux rituels, silabbataupādāna
  • La croyance en la personnalité, attavadaupādāna

L'attachement sensuel semble recouvrir le concept de soif sensorielle, kāmatṛṣna ; les trois autres attachement correspondent quant à eux à trois des dix liens, samyojana.

Les êtres durent grâce aux aliments psychiques et aux tendances[2]. Le Canon pâli décrit l'attachement comme une manière d'"absorption" [3] de ces "aliments" que sont le domaine du sensoriel et du spéculatif, c'est-à-dire la croyance en la vertu des pratiques ascétiques, en l'existence d'un moi et en la possibilité d'une délivrance grâce à un système philosophique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nyanatiloka, Vocabulaire pali-français des termes bouddhiques, Adyar,‎ 1995.
  2. M.N.I. p. 48, D.N. III.211
  3. M.N. 1.511-512