Bodhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bodhi est un terme pāli et sanskrit (devanāgarī : बोधि) signifiant « intelligence », « connaissance parfaite », « révélation »[1]. Dans le bouddhisme ce terme désigne la délivrance, l'illumination, ou l'état d'éveil d'une personne libérée du saṃsāra, le cycle des renaissances et le tourbillon des passions[2].

Le Bouddha « prend la terre à témoin » (bhûmisparshamudra) juste avant son éveil, manuscrit d'époque Pâla.

Dans le bouddhisme Theravada[modifier | modifier le code]

Bodhi est l’expérience d’éveil spirituel vécue par Gautama Bouddha et ses disciples. Un tel état, dans la conception de cette école, est réalisé quand les dix empêchements (ou actes non vertueux : tuer, voler, l'inconduite sexuelle, tromper, mentir, les paroles dures, les paroles futiles, l'envie, la malveillance, les vues erronées) qui lient un être humain à la roue du samsara ont été dissout, quand les quatre nobles vérités ont été profondément comprises et quand les conditionnements psychologiques ont été détruits.

Bodhi est l’objectif ultime de la vie d’un bouddhiste. L'Eveil implique la pratique du noble sentier octuple, menée à bien jusqu'à ce que le pratiquant devienne un des quatre êtres nobles.

Dans les sutras du Mahāyāna[modifier | modifier le code]

Certains aphorismes (sūtra) du Mahāyāna proclament que Bodhi est un état toujours présent et qu’il suffit simplement de le dévoiler, comme s'il avait été masqué à la conscience.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  2. (en) Charles S. Prebish, The A to Z of Buddhism, New Delhi, Vision Books,‎ 2003, 280 p. (ISBN 978-81-7094-522-2), p. 68 et 69.

Voir aussi[modifier | modifier le code]