Bouddhisme en Indonésie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Sous le régime de Soeharto, le bouddhisme faisait partie des cinq religions officiellement reconnues parmi lesquelles les Indonésiens devaient choisir pour remplir l'obligation de faire mentionner leur religion sur leur carte d'identité.

Les chiffres officiels de 1998 indiquent que 88 % des Indonésiens sont musulmans, 5 % protestants, 3 % catholiques, 2 % hindous, 1 % bouddhiste, et 1 % d'"autres" religions[1].

L'Indonésie maintient son passé hindou-bouddhique. Une illustration en sont les armoiries de la république, Garuda, l'oiseau de la mythologie hindoue qui sert de vahana (véhicule) à Vishnu pour descendre sur terre, et le nom de la compagnie aérienne nationale, Garuda Indonesia.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence du bouddhisme est ancienne en Indonésie, comme en témoigne l'existence de monuments religieux bouddhiques, dont le plus célèbre est le temple de Borobudur. Au VIIe siècle, en route pour l'Inde, le moine bouddhiste chinois Yi Jing (I-tsing) s'arrête à Sriwijaya (aujourd'hui Palembang) dans le sud de Sumatra.

En 1934, Narada Thera, un missionnaire du Sri Lanka, se rend dans ce qui étaient alors les Indes néerlandaises dans le cadre d'un voyage pour diffuser le dharma (enseignement) bouddhique en Asie du Sud-Est. C'est l'occasion pour les bouddhistes locaux de faire revivre leur religion. Une cérémonie d'implantation d'un arbre bodhi a lieu à Borobudur en 1934 sous la bénédiction de Narada Thera, et des upasakas sont ordonnés moines.

En 1955, un moine du nom d'Ashin Jinarakkhita entreprend un tour de l'Indonésie pour diffuser le dharma. Depuis, il y a une renaissance du bouddhisme theravāda en Indonésie sous la direction de moines formés en Thaïlande, aux côtés du bouddhisme mahāyāna.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]