Pali

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Pali (Hawaï)
Pāli
Période depuis environ le IIIe siècle av. J.-C.
Parlée dans le monde indien
Typologie flexionnelle
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-1 pi
ISO 639-2 pli
ISO 639-3 pli
IETF pi

Le pali, ou pāli, est une langue indo-européenne de la famille indo-aryenne parlée autrefois en Inde. Les premiers textes bouddhiques, tipitaka, sont conservés dans cette langue, qui est utilisée encore aujourd'hui comme langue liturgique dans le bouddhisme theravada.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les mots pali et pāḷi ne se trouvent pas dans le canon bouddhique mais seulement dans les commentaires de Buddhaghosa, à partir du Ve siècle. L'existence de deux orthographes résulte probablement d'une confusion entre pāli, rangée ou ligne[1], et pāṭha, texte, récitation ou étude[1], le radical pāṭh- en étant venu à se prononcer comme pāḷ-[2]. Pāli et pāḷi ne désignaient pas alors une langue mais le Tipitaka par opposition aux commentaires palis[3]. La langue, elle, était dite mâgadhikâ[4], c'est-à-dire parlée dans le royaume du Magadha. Ce n'est qu'au XIXe siècle que l'on commença à considérer le pali comme une langue.

C'est un prâkrit proche du sanskrit et remontant vraisemblablement au IIIe siècle av. J.-C. D'après la tradition, il était utilisé dans le Magadha à l'époque du Bouddha, dont il aurait été la langue. En fait, celle que parlait le Bouddha était probablement un autre prâkrit, l'ardhamāgadhī (« moyen māgadhī »).

On fait aussi dériver le pāḷi de la paiśācī‍ (« la langue des démons »), prâkrit du Nord-Est indien encore parlé au Cachemire. Il s'avère cependant que le pāḷi est assez éloigné de l'ardhamāgadhī et qu'il est plus proche des dialectes occidentaux. C'est surtout une langue littéraire qui a emprunté à d'autres langues et s'est constituée de manière plus ou moins artificielle au cours du temps, à partir, sans doute, d'une ou plusieurs langues vernaculaires.

On a utilisé le pāḷi, et on l'utilise encore, comme langue culturelle bouddhiste, au Sri Lanka, en Birmanie, au Laos, en Thaïlande et au Cambodge. Son statut de langue liturgique l'a rendu, à l'instar du sanskrit, figé et normalisé. C'est donc un prâkrit moyen indien qui a accédé fortuitement au rang de langue littéraire et culturelle avant les autres, sans pour autant donner naissance à un idiome néo-indien.

Description[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Devanāgarī.

Le pali fut d'abord écrit en brahmi, en particulier sur les piliers d'Aśoka (ou Ashoka) en Inde et dans les premières inscriptions gravées au Sri Lanka. La brahmi fut ensuite remplacée par les écritures cinghalaise, birmane, thaïe, cambodgienne ou laotienne, selon le pays. Au XIXe siècle les Occidentaux commencèrent à transcrire le pâli en lettres latines enrichies de signes diacritiques. Dans la deuxième moitié du XXe siècle des universités indiennes conseillèrent d'utiliser la devanāgarī, qui était déjà employée pour le sanskrit, le hindî, le népalais, etc.

Dans la translittération en caractères latins, certains caractères sont accompagnés de signes diacritiques (par exemple, āīūḍḥḷṃñṇṛṣṭ). Anciennement, sur ordinateur, on utilisait des polices d'écriture spéciales associées à des encodages particuliers, comme celle développée par le Vipassana Research Institute (VRI) [5] ou la police Dhamma utilisée pour le site dhammadana.org[6]. On utilise aujourd'hui les caractères Unicode et il est possible de visualiser et de taper ces caractères sous, par exemple, Windows ou Linux (en utilisant SCIM/M17n[7]).

Phonologie[modifier | modifier le code]

La phonologie du pāḷi est assez proche de celle du sanskrit. Les différences les plus notables sont :

  1. l'abrègement des voyelles longues devant une consonne double, y compris /e/ et /o/ qui n'ont pas de contre-partie brève en sanskrit.
    Note : en sanskrit, les voyelles /e/ et /o/ étant toujours longues, on n'indique pas leur quantité (par ex. bodhi) ; en pāḷi, au contraire, il est d'usage d'indiquer leur quantité quand celles-ci sont longues (bōdhi).
    • sutta < sūtra (voir aussi 3.)
    • atman < ātman sanskrit
    • mĕtta < maitra (voir aussi 3.)
  2. monophtongaison des diphtongues /ai/ et /au/ à /e/ et /o/ :
    • Metteya < Maitreya (voir aussi 3)
  3. de nombreuses assimilations dans les groupes de consonnes
    • sutta < tra (voir aussi 1.)
    • dhamma < dharma
    • bodhisatta < bodhisattva
  4. passage de /ś/ à /s/
    • sāvaka < śrāvaka
  5. amuïssement de /s/ en position appuyante et aspiration de la consonne suivante si possible
    • theravāda < sthaviravāda (voir aussi 6.)
    • thūpa < stūpa
    • khandha < skandha
  6. amuïssement fréquent de /v/ en position intervocalique, remplacement par /b/ devant consonne :
    • theravāda < sthaviravāda (/e/ < /ai/ < /avi/, cf. 2)
    • nibbāna < nirvāṇa (voir aussi 3.)
  7. remplacement du /ṛ/ voyelle par une autre voyelle
    • taṇhā < tṣṇā
    • sati < smti
  8. développement des semi-voyelles
    • ariya < ārya (voir aussi 1)
  9. palatalisation des consonnes dentales devant /y/
    • jhāna < dhyāna
    • sanskrit sacca < satya
  10. rétroflexion des consonnes dentales
    • viññāa < vijñāna
  11. fermeture obligatoire des syllabes finales par une voyelle
    • kamma < karman (voir aussi 3.)

Exemple[modifier | modifier le code]

Dhammapada, « Yamakavaggo patṭhamo » (« Versets conjugués »), verset 1 :
devanāgarī

मनोपुब्बङ्गमा धम्मा मनोसेत्था मनोमया ।
मनसा चे पदुत्थेन भासति वा करोति वा ।
ततो नं दुक्खमन्वेति चक्कमं ऽव वहतो पदं ॥

transcription ISO 15919

Manopubbaṅgamā dhammā, manosetthā manomayā,
Manasā ce padutthena, bhāsati vā karoti vā,
Tato naṁ dukkhamanveti, cakkaṁ’ va vahato padaṁ.

transcription traditionnelle

Manopubbaṅgamā dhammā, manosetthā manomayā,
Manasā ce padutthena, bhāsati vā karoti vā,
Tato naṃ dukkhamanveti, cakkaṃ’ va vahato padaṃ.

traduction Le mental est l'avant-coureur des conditions, le mental en est le chef, et les conditions sont façonnées par le mental. Si, avec un mental impur, quelqu'un parle ou agit, alors la douleur le suit comme la roue suit le sabot du bœuf (traduction du Centre d'études dharmiques Gretz)

Principaux textes palis[modifier | modifier le code]

  • le Tipitaka (canon pali)
  • les commentaires palis et leurs sous-commentaires
  • le Nettipakaraṇa, attribué à Mahâkaccâna, disciple du Bouddha
  • le Peṭakopadesa, aussi attribué à Mahâkaccâna
  • le Milinda Pañha, ou Questions de Milinda au vénérable Nâgasena
  • des chroniques : Dîpavaṁsa, Mahâvaṁsa, Cûḷavaṁsa, etc.
  • le Visuddhimagga et son commentaire, la Paramatthamañjûsâ

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b The Pali Text Society's Pali-English Dictionary
  2. Pāli Language and Literature, tome I page 9. ISBN 81-246-0020-1
  3. Visuddhimagga chapitre III § 96
  4. ibid. XIV 25
  5. (en) « Pali font », Vipassana Research Institute (consulté le 2 octobre 2008)
  6. « La police "Dhamma" », site dhammadana.org (consulté le 2 octobre 2008)
  7. (en) « (Ubuntu/Linux) Sanskrit input (Devanagari and transliteration) »,‎ 20 décembre 2007 (consulté le 2 octobre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]