Mudrā

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'école de danse fondée par Maurice Béjart, voir École Mudra.
Position codifiée et symbolique des mains du Bharata natyam.

La Mudrā (devanāgarī : मुद्रा, qui signifie « signe » ou « sceau »[1], en Pali: muddā) est un terme sanskrit qui désigne une position codifiée et symbolique des mains d'une personne (danseur, yogi) ou de la représentation artistique (peinture, sculpture) d'un personnage ou d'une divinité[2]. L'origine des mudrās est très ancienne et se rattache à la culture védique.

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Mudrās de Vairocana

Dans l'art bouddhique, les représentations de Bouddhas, Bodhisattvas et Yidams utilisent un nombre restreint de mudrās, associés à une posture du corps (asana).

Canons de la sculpture bouddhique[modifier | modifier le code]

L'enseignement originel du Bouddha excluait formellement une idolâtrie qui serait advenue par la dévotion à des images le représentant. Cette exigence fut peu à peu contournée par l'école du Mahayana (le Grand Véhicule) avec comme excuse que les représentations proposées aux fidèles ne devaient être qu'une image symbolique, impersonnelle et propice à la méditation. Comme aucun portrait depuis nature n'existait de Bouddha, les artistes furent donc obligés de déterminer une représentation idéalisée en suivant des indications données par des textes anciens. Un ensemble de caractéristiques fixes sont alors imposées et ne varieront plus au cours des siècles.

Trois postures principales du corps sont représentées en statuaire :

  • Assis dans la position du lotus, jambes repliées et croisées. Quelques plus rares statues en position assise à l'européenne, ou en demi-lotus existent.
  • Debout, les pieds joints, ou marchant (création de l'art de l'école de Sukhothaï Thaïlande) .
  • Couché sur le côté, une main sous la tête, position dans l'attente de l'accès au parinirvana.

Les mudrās dans la sculpture bouddhique[modifier | modifier le code]

Afin d'illustrer différents enseignements et épisodes de la vie de Bouddha, certaines mudrâs récurrentes sont représentées dans la statuaire, en nombre limité et plus ou moins fréquemment :

  • La Dhyāni-Mudrā, ou mudrā de la méditation. En position assise, la main droite repose dans la main gauche posée dans le giron, paume en l'air et les deux pouces s'effleurant. C'est une des représentations les plus courantes.
  • La Bhûmisparsha-Mudrā, ou mudrā de la prise de la terre à témoin. Même position que la Dhyâni-Mudrâ, mais la main droite est posée sur le genou, les doigts effleurant la terre. Dans sa dernière méditation avant l'éveil, Bouddha subit les attaques de Māra, personnification du mal, qui tenta divers stratagèmes pour interrompre sa méditation. Finalement, Māra nia la réalité de l'éveil du Bouddha, arguant qu'il n'y avait pas de témoin ; celui-ci toucha alors la terre (Bhūmi ou Prithvi), qui était son témoin. Cette représentation est également très courante ; c'est par exemple celle du grand Bouddha d'or de Bangkok.
  • La Vitarka-Mudrā, ou mudrā de l'enseignement et de l'argumentation. En position debout ou assise, la main droite est relevée au niveau de l'épaule et le pouce forme avec l'index un cercle, les autres doigts étant relevés. Le bras gauche est au niveau de la taille, la main effectuant le même geste ou parfois la paume tournée vers le haut. Cette mudrâ est particulièrement important dans la statuaire de Dvaravati.
  • La Dharmachakra-Mudrā, ou mudrā de la mise en marche de la roue de la loi du dharma. En position assise ou debout, les deux mains sont devant le corps au niveau de la taille, la paume droite tournée vers l'extérieur, la gauche vers l'intérieur, pouce et index joints formant deux cercles tangents, la main droite à la verticale, la gauche à l'horizontale.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • L'Abhaya-Mudrā, ou mudrā de l'absence de crainte et de la protection. En position assise ou debout, avec une seule main en avant, doigts joints vers le haut, paume vers l'extérieur. En Asie du Sud-est (mais pas en Inde[3]), les deux mains sont parfois utilisées, cette attitude étant alors appelée « calmant l’océan ».
  • La Mettakaruna-Mudrā, ou mudrā de la bienveillance et de la compassion. En position debout, les deux bras le long du corps, les mains dans le prolongement, légèrement détachées du corps, paume vers l'intérieur.
  • L'Añjali-Mudrā, aussi appelée Pūjā-Mudrā, ou mudrā du salut et de la considération. Les deux mains sont paumes jointes, doigts tendus, au niveau de la poitrine, les doigts sous le menton. C'est le geste traditionnel du salut en Asie (Namasté, Wai).
  • Position de la contemplation de l'arbre de la Bodhi : les deux bras descendent le long du corps et les mains sont croisées au niveau du poignet, paumes reposant sur les cuisses.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Jnana mudra.

Il existe un nombre important de mudrās, exécutés avec une seule main ou les deux, leur utilisation correspondant à l'expression d'un sentiment ou d'une situation déterminée. Une combinaison de différents mudrās permettant une infinité d'expressions qui sont principalement utilisées pour la danse. Dans l'hindouisme, la mudrā est une position codifiée et symbolique des mains d'une personne :

  • danse : Bharata natyam, Odissi, Mohiniattam, Kuchipudi, Kathak
  • yoga : posture statique visant à favoriser une stabilité mentale : Maha mudra (tout le corps est fixe) ou une partie seulement classiquement les mains : Jnana mudra.
  • rituel : Dans les rituels védiques, plus fréquemment encore dans les rituels tantriques, des mudra sont employées dans les actes rituels
  • art : dans l'iconographie hindoue, les divinités et personnages présentent souvent des gestes de la main qui les caractérisent.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Pour les divinités, les gestes les plus fréquent sont l'abhaya-mudra (décrit plus haut dans l'art bouddhique) et la varada-mudra (la paume en haut et les doigts pointant vers le bas, le bras étant baissé). Dans la dénomination d’une mudra, le terme ‘hasta’ est parfois ajouté voir substitué au terme mudra. On peut aussi bien dire abhayamudra ou abhayahasta, que abhayahastamudra. Les explications à ce sujet divergent fortement et ne sont jamais suivies[5].

  • La manière dont une main tient un attribut est aussi souvent une mudra, comme la kartari-mudrā ou kartari-hasta, où l’index et le majeur forment un V vers le haut pour tenir un attribut.
  • Souvent aussi, comme dans les gestes de la main de la danse, l’objet tenu n’est pas représenté, ce qui peut mener à diverses interprétations de l’objet tenu et de l’intention iconographique , comme pour le kaṭaka-hasta, le geste du ‘bracelet’, où le majeur et l’annulaire forment un cercle avec le pouce, les deux autres doigts légèrement relevés, formant comme des oreilles d’une tête de lion formée par le poing, d’où l’autre nom de cette mudra : siṃhakarṇa (oreilles de lion). Parfois même un objet, comme une fleur fraîche pour une représentation de Lakshmi ou Parvati[6], ou une représentation de l’attribut en métal précieux est déposé au creux des doigts formant un bracelet, comme l’arc de Rama.
  • Certaines mudra sont typiques de certaines représentations iconographiques. Par exemple, dans les représentations de Shiva dansant (Nataraja), l’un de ses bras est placé en diagonale devant sa poitrine, les doigts de la main réunis pointant vers son pied. Cette mudra est nommée gaja-hasta « main de l’éléphant », le bras et la main formant comme une trompe d’éléphant (parfois nommée aussi daṇḍa-hasta, dola-hasta ou kari-hasta) « qui indique que le dévot doit chercher refuge et protection dans son pied levé »[7]. Une autre mudrā de cette représentation est appelée ardha-chandra (demi-lune), le bras levé, la paume vers le haut, formant avec les doigts un croissant de lune et recueillant un feu.
  • Souvent, la main gauche est représentée comme reposant sur la hanche (kaṭyavalaṃbita-hasta)[6].
  • Tarjanī-hasta (ou tarjanī-mudrā)

Ce geste de la main montre l’index pointé vers le haut de manière menaçante. Certains le nomment aussi sūci-mudrā, la mudrā de l’aiguille, bien que celle-ci pointe selon Rao plutôt vers le bas[6]

  • Vismaya-hasta

Ce geste dénotant l’étonnement ou l’admiration est montré par la main levée, les doigts écartés, la paume vers l’intérieur. Ce geste est fréquent dans l’art Pallava.

  • La dhyana-mudra, décrite plus haut pour le bouddhisme est souvent nommée yoga-mudra dans les représentations hindouistes.
  • Souvent, les déesses laissent leur bras balancer gracieusement le long du corps, c’est le lola-hasta
  • La vyākhyāna-mudrā est aussi appelée vitarkamudrā (voir plus haut dans la section bouddhisme)[8], jñānamudrā ou cinmudrā. Selon certaines sources[9], ces deux dernières dénominations désignent ce geste avec la paume vers le cœur, tandis que pour les premières elle fait face à l’observateur.Mais il n’y a pas de consensus.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • Dans le manga Naruto, les ninjas utilisent 12 mudrā liés aux signes astrologiques chinois pour effectuer des techniques de ninjutsu

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  2. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, pages 137 et 138, ISBN 8170945216
  3. Louis Frédéric, Les Dieux du Bouddhisme. Guide iconographique, p. 36-37
  4. Ho Phra Keo, Laos
  5. Gösta Liebert, Iconographic Dictionary of the Indian Religions, Hinduism-Buddhism-Jainism, 1976, p. 182
  6. a, b et c (en)Elements of Hindu Iconography par T.A. Gopinatha Rao, volume I, page 15.
  7. C. Sivaramamurti, L'art en Inde, Citadelle et Mazenod, Paris 1999, p. 111
  8. Aussi bodhyaṅgī-, sandarśaṇa- et upadeśa-mudrā selon Liebert
  9. Stutley, Margaret (2003), The Illustrated Dictionary of Hindu Iconography (First Indian Edition ed.), New Delhi: Munshiram Manoharlal Publishers Pvt. Ltd., ISBN 81-215-1087-2 Originally published 1985, Routledge & Kegan Paul plc, London, p. 60

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]