Hatha yoga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Haṭhayoga (devanāgarī: हठयोग)[1], orthographié aussi Haṭha yoga ou Hatha-yoga[2], est une forme particulière de yoga qui a été codifiée en Inde, avant d'atteindre, au XXe siècle, l'Occident.

Nataraja, Shiva et la danse cosmique

En Inde, la plus ancienne pratique du yoga doit ses lettres de noblesse aux yoga sūtra de Patañjali (IIe s. av. J.-C.). C’est le Yoga classique ou Râja-yoga, qui a pour but la libération spirituelle de l’être humain (moksha). Le Hatha-yoga, lui, est une forme plus tardive de Yoga, »Yoga de la force ou de la violence », voie rapide élaborée par les Nâtha ou Siddha-yogis vers le XIIe siècle, et recherchant la perfection corporelle comme moyen d’accès à la libération spirituelle. Cette forme de Yoga est codifiée dans le texte sanskrit intitulé Haṭhayoga-Pradīpikā, « Petite torche du Hatha-yoga », composé par le Yogi Svātmārāma (XVe s.), et commenté par Brâhmânanda, auquel il faut ajouter la Gheranda samhitā et la Shiva samhitā. Par ailleurs, la Centurie de Goraksha (Goraksha-shataka) et le Guide des principes des Siddhas (Siddha-siddhânta-paddhati) sont des textes de la même école.

En Occident, le haṭha yoga s'est popularisé sous la forme d'une recherche du mieux être individuel et du rapport à l'autre[réf. nécessaire]. Ce succès est dû au fait que, contrairement aux yoga sūtra, en « huit degrés » (ashtânga), le texte référent du haṭha yoga (haṭha yoga pradipika) est de nature pratique et fait une large place aux postures (āsana) et au contrôle du souffle (prāṇayāma), qui sont les troisième et quatrième degrés du yoga de Patanjali, mais constituent les premier et deuxième degrés du Hatha-yoga; malheureusement on néglige en Occident les techniques difficiles (bandha, mudrâ, écoute du son intérieur) et les disciplines de concentration qui forment le troisième et le quatrième degré du Hatha-yoga, le faisant déboucher sur le Râja-yoga avec son aspiration à la Délivrance de l’existence conditionnée.

La pratique occidentale du haṭha yoga se veut une recherche de l'unité de toutes les modalités physiques et psychiques qui composent l'être humain[réf. nécessaire]. La pratique met l'accent sur l'expérimentation d'opposés complémentaires, tels : féminin / masculin, mouvement / immobilité, inspiration / expiration, résistance / lâcher-prise. Posture, respiration, méditation, peuvent tour à tour culminer dans la pratique. Avec la maturité et dans une difficulté croissante, elles se combinent par deux : postures/respiration ou postures/méditation, et par trois : postures/respiration/méditation.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du haṭhayoga est antérieure au XVe siècle de notre ère. Celle-ci mêlent des influences tantriques et shivaïtes remontant à l'époque médiévale des siddha yogin[3] voire plus ancienne encore.

Une forme particulière de Hathayoga prit naissance, entre les deux grandes guerres mondiales du XXe siècle, en Occident.[réf. nécessaire]

Indus[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920, une équipe d'archéologues dirigée par John Marshall découvre, sur les bords de l'Indus (Pakistan actuel), les ruines de la cité de Mohenjo-Daro qui aurait été fondée trois mille ans avant notre ère. Parmi les objets mis au jour lors de ces fouilles, des sceaux illustrés de personnages dans des postures (āsana) ressemblant à celles du Haṭha yoga ont provoqué un débat, sans qu'il y ait de certitude à ce sujet, sur la possibilité que les āsana aient existé bien avant qu'ils soient amenés dans le nord de l'Inde par les aryens et avant même les Veda[4],[5],[6],[7],[8]. Selon Mikel Burley, de l'université de Leeds, « Une autre erreur consiste à penser que le Hatha Yoga est relativement récent dans la tradition indienne (…) On trouve en fait des postures au sein de la culture Harappan (…) ceci démontre que les pratiques classiques du Hatha Yoga reposent sur des traditions plus anciennes »[9] .

En Inde[modifier | modifier le code]

B.K.S. Iyengar

Le haṭhayoga a été consigné par écrit sous forme d'un système particulier systématisé par Svātmārāma, un sage yogi du XVe siècle en Inde, auteur de Haṭha yoga pradīpikā.

Extrait de la Śvetāśvatara upaniṣad (2.8-15), « Tenant son corps fermement avec les trois parties érigées, et guidant avec son esprit ses sens jusqu'au cœur, un homme sage avec l'équipement du brahman peut dépasser toutes les craintes provenant des flots... Quelqu'un qui pratique les préceptes yogiques aperçoit ici la nature du brahman. »

Shri Mahesh Ghatradyal fut le premier indien à émigrer en France pour y enseigner, dès 1947, le haṭhayoga aux occidentaux[10].

Né en 1918, Bellur Krishnamachar Sundararaja Iyengar est un maître de haṭha yoga qui vit en Inde méridionale, à Pune. Yehudi Menuhin et Jiddu Krishnamurti figurent parmi ses plus célèbres élèves. Son enseignement et celui de Pattabhi Jois se fondent sur leurs expériences à Mysore, dans les années 1930, avec Krishnamacharya dont le fils, T.K.V. Desikachar est aussi professeur de haṭhayoga.

Afin de tenter d'arrêter des tentatives de demandes de droits de copyright sur la pratique de certains asanas de yoga, (comme c'est déjà le cas aux États-Unis pour plus de 200 asanas), de la part de certains enseignants opportunistes, l'Inde a achevé une documentation décrivant 1300 asanas qui sera transférée à la « Bibliothèque numérique des savoirs traditionnels » (TKDL - Traditional Knowledge Digital Library -), qui rendra publiques ces connaissances ancestrales. Cette documentation est fondée sur : Srimad Bhagavat Gita, Vyas Bhashya, Yogasava Vijana, Hatha Praditika, Gheranda Samhita, Shiva Samhita, Yoga Sutras de Patanjali et Sandra Satkarma pour expliquer en détail et en différentes langues tous les asanas connus et les références sur le yoga[11].

En Occident et à travers le monde[modifier | modifier le code]

En Occident, le haṭhayoga est devenu assez populaire en tant que pratique d'exercices purement physiques se détachant de son but originel de libération spirituelle (kaivalya). En 2014, le yoga représente un marché 225 millards de dollars[11].

En France, la première école de haṭhayoga fut fondée en 1945, à Paris, par le professeur de philosophie et journaliste Félix Guyot (1880-1960) qui écrivit, sous le pseudonyme de Constant Kerneïz, de nombreux ouvrages concernant l'hindouisme[12] et le yoga, rassemblés en une somme nommée Collection Hatha-Yoga[10]. Parmi les œuvres de cet érudit peuvent être citées : Le hatha yoga ou l'art de vivre selon l'Inde mystérieuse éditée en 1936, Hatha yoga : culture physique hindoue éditée en 1939, Postures et respirations du hatha yoga éditée en 1951, Le Karma yoga ou l'action dans la vie selon la sagesse hindoue éditée en 1954.

Au Canada, la journaliste Suzanne Piuze (1921-2004) créa en 1972 à Eastman, en Estrie au Québec, un Centre de Haṭha et de Raja yoga qui porte son nom.

En 2005, aux États-Unis, il est estimé que 30 millions d'américains pratiquent aujourd'hui le Haṭhayoga[13]. Les américains dépenseraient environ 3 milliards de dollars par an dans des cours de yoga qui est très populaire parmi les stars d'Hollywood. Oprah l'apprécie beaucoup, tout comme Madonna, Sarah Jessica Parker, Jennifer Aniston, Cameron Diaz, Gwenyeth Paltrow, Jane Fonda, Tina Turner, et Angelina Jolie[11]. En 2013, pour la Maison-Blanche, « Le Yoga est devenu un langage universel de l'exercice spirituel aux États-Unis, franchissant de nombreuses lignes religieuses et culturelles », ... « Chaque jour, des millions de personnes pratiquent le yoga pour améliorer leur santé et leur bien-être général. C'est pourquoi nous encourageons tout le monde à participer à la PALA (Presidential Award Active Lifestyle), et ainsi montrer votre soutien pour le yoga et répondre au défi. », au moment ou certaines écoles en Amérique s'opposent à cette ancienne pratique indienne, disant qu'elle promeut l'hindouisme dans les écoles et qu'un procès est en cours en Californie[14]. Le juge John Meyer a donné son verdict : « Le yoga ne favorise pas l'hindouisme dans les écoles de Californie » ; c'est un « phénomène culturel typiquement américain », dans cette affaire intentée par groupe chrétien[15].

Alors qu'il était interdit en Union soviétique et qualifié de gadget transcendantal favorisant la pensée individualiste, en 2010, le yoga et la méditation connaissent un véritable boom à Moscou et le Président Medvedev se considérait comme « le premier yogi de l'Etat »[16].

Lexique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hatha.

Haṭha (हठ en écriture devanāgarī) est un mot de la langue sanskrite. Il peut se présenter en composition comme, par exemple, dans l'expression haṭhayoga (हठयोग en devanāgarī). Les ouvrages édités en Occident écrivent souvent simplement hatha pour des raisons typographiques, omettant le point sous le 't', signe diacritique désignant la prépalatale rétroflexe sanskrite [ṭ]. Haṭhayoga peut se traduire en français par « yoga de la ténacité » ou « yoga de la vive force ».

[réf. nécessaire] L'enseignement des āsana fut originalement pratiqué pour améliorer la santé physique et vider l'esprit afin de le préparer à la concentration (dhāraṇā) et parvenir au travers de la méditation (dhyāna) à l'état de samādhi.

Pratique du Yoga en Inde[modifier | modifier le code]

Patañjali, dans ses Yoga Sūtra, énumère huit membres du Yoga (aṣṭāṅga) à savoir : yama, niyama, āsana (les postures), prāṇāyāma (contrôle du souffle vital), pratyāhāra (rétractation intérieure des sens), dhāraṇa (concentration), dhyāna (méditation), Samādhi (contemplation préparant la libération spirituelle).

La pratique indienne du Haṭhayoga s'attache à développer le contrôle du souffle (prāṇāyāma) et la stabilité des postures (āsana) qui peuvent s'enchaîner en séquences quasi chorégraphiques telle la Salutation au Soleil.

Pratique du Haṭha Yoga en Occident[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de postures de Hatha Yoga.

En Occident, la grande majorité des séances de yoga s'articule autour d'un certain nombre de postures organisées selon les niveaux des participants et l'objectif de la séance (Bhavana). La respiration peut être rythmée au sein des postures ou concentrée pendant un temps privilégié. La séance se termine généralement par un moment de relaxation. Ces trois constituants peuvent être disposés de manière très différente selon les écoles, le moment de la journée, l'âge et l'attente des participants. Moins fréquemment, des extraits des Yoga Sūtra peuvent être chantés, ainsi que des Yoga Sūtra ; cette étape est plus fréquente dans son contexte, en Inde.

exemple de pratique collective

Toute posture (āsana) que le corps peut adopter sera du yoga tant que l’intensité respectera le contentement qui ressortira de cette pratique. La non-violence envers son propre corps, l’humilité, sont des principes qui évitent de confondre yoga et acrobatie. Les postures peuvent être statiques. Quand elles sont dynamiques, elles peuvent se pratiquer selon un enchaînement précis, souvent selon un ordre respiratoire particulier.

Il faut une certaine expérience pour prendre une posture dans une détente « structurée », avec une respiration régulière ainsi qu’un bon alignement vertébral coordonné avec les alignements des autres segments corporels.

Les postures ont un impact :

  • En termes d’étirement, ce qui favorise un assouplissement musculaire et soulage les douleurs issues des tensions.
  • En termes de massage des organes internes, par compression et décompression successives
  • En termes de concentration et d’une certaine connaissance de soi, pour pouvoir contracter les muscles nécessaires à l’architecture de la posture ou au contraire détendre ceux qui s’y opposent.

La respiration (prāṇayāma)[modifier | modifier le code]

Les quatre phases de base de la respiration sont explorées : l'inspiration, la rétention poumons pleins, l'expiration et la rétention poumons vides. Dans les niveaux avancés de pratiques, d'autres phases sont explorées.

Différents exercices mettent l’accent sur :[réf. nécessaire]

  • une ou plusieurs de ces quatre phases,
  • la vitesse et le rythme d'exécution lent, soit rapide,
  • une narine seule ou deux narines alternées ou deux narines ensemble,
  • une production ou une absence de son,
  • une durée compatible avec les capacités du pratiquant.

Ces techniques de prāṇayāma permettraient le développement de la concentration en diminuant la dispersion mentale, et lorsqu'une base de recueillement suffisante a été établie, le corps et l'esprit pourraient acquérir une vigueur et une vitalité nouvelle en puisant à même l'énergie du prāṇa.

Elles favoriseraient aussi l'aptitude à supporter les stress par la prise de conscience du rythme irrégulier de la respiration, pour la ramener vers un rythme plus lent.

André Van Lysebeth, dans son ouvrage : Prāṇayāma,la dynamique du souffle Paris, Flammarion, 1981, émet l'hypothèse que le prāṇa correspond aux ions négatifs (électrons) de l'air environnant. Cependant, la théorie pranique préscientifique y voit une force vitale possiblement plus fondamentale, à la base de toute vie et toute conscience.

La relaxation[modifier | modifier le code]

Shavasana
Shavasana genoux pliés

On pourrait dire de la relaxation que c'est un Samādhi mineur ou un entraînement à la méditation. Cette phase, qui conclut généralement la séance, s’accomplit en position assise ou allongée, et vise l’éclosion d’un sentiment de paix. Elle s’accompagne d’une respiration lente et profonde, de suggestions, ou de sons très doux.

La relaxation prépare à la méditation. La méditation selon qu'elle est objective ou non, et/ou volitive[17] ou non, accède à des niveaux différents[18].

La méditation[modifier | modifier le code]

La concentration posturale ou respiratoire va inclure des aspects divers comme la vitesse, l'adresse et la coordination. Du point de vue du yoga, persévérer dans la stabilité posturale, favorise la concentration et à la longue favorise une stabilité psychologique. La pratique régulière des āsana et du prānāyāma déployée dans une ambiance tranquille et sans compétition, conduit à un moment de silence, d'arrêt des perturbations du mental[19]. En cela, le haṭha yoga est considéré comme une phase préparatoire à la méditation profonde.

Physio-anatomie du Haṭha Yoga[modifier | modifier le code]

Posture de la table à deux pieds.
Posture du cobra.

À un niveau intermédiaire, le pratiquant persévérant commence une connaissance de soi où progressivement vont apparaître les habitudes qui entretenaient des pensées ou des attitudes négatives. Lorsque les pratiques (posturale, respiratoire ou autre) deviennent à leur tour objet de méditation, concentration et stabilité mentale ont atteint un niveau certain de qualité. La méditation occupe une place plus importante que les autres pratiques, le corps étant libéré de ses tensions. À un niveau de pratique très poussé, l'illusion des projections et identifications personnelles (Māyā) disparait, permettant au Soi de se révéler dans sa véritable nature[20].

Au fil des années de pratique, les différences entre les techniques de yoga s'amenuisent[réf. nécessaire], puisque toutes convergent vers le même but ; la concentration perd de son caractère volontariste pour devenir attention sans intention[21]. Progressivement cette attention s'intègre à tous les instants de la vie, même dans les plus petits événements. Le devoir quotidien perd de sa pesanteur, en permettant l'ouverture au discernement et à l'humilité[22].

Principes[modifier | modifier le code]

Les divers mouvements et positions sont appelées āsana (devanāgarī : आसन) et leur exécution nécessite une complète présence au geste ainsi qu'un patient engagement afin de coordonner tous les éléments qui y sont mis en jeu. Dans le Haṭha yoga il est dit que le corps est un laboratoire où peuvent être vécus en direct les réussites comme les échecs. Cette recherche pragmatique se doit de rester constamment avertie des abîmes d'orgueil que représentent les prouesses corporelles. L'orgueil est effectivement en totale contradiction avec les objectifs d'humilité et d'harmonie que la tradition du yoga a tracés depuis des millénaires.

Dans son aspect purement physique, le Haṭha yoga ne diffère que peu d'un entraînement physique ou sportif.[réf. nécessaire]

La coordination avec la respiration.
Respecter l’ordre d’un enchaînement de postures nécessite d'entraîner sa concentration, et incite le pratiquant à s’interroger sur la logique du fonctionnement de la mécanique corporelle. Coordonner l’inspiration avec les mouvements demande plusieurs mois. Classiquement la coordination de la respiration avec les mouvements et positions reste dans la logique de la plupart des sports : l'inspiration accompagne les mouvements et positions en ouvertures, et l'expiration les mouvements ou position en fermeture
L'assouplissement.
Comme d'autres formes d'entraînements physique, la pratique régulière du Haṭha yoga permet de conserver ou de récupérer une capacité d'amplitude dans les mouvements. La souplesse est très différente d'une personne à l'autre, selon, par exemple : l'âge, le mode de vie, et d'éventuelles pathologies (traumatismes ou rhumatismes), etc. Elle peut varier sur une même personne, d'un jour à l'autre, d'une articulation à l'autre, ou selon la latéralité.
Le renforcement musculaire.
Une fois passée la période de la petite enfance (4-5 ans), le mode de vie actuel n'entretient plus suffisamment la musculature, qui tend à s'affaiblir. Il y a donc un entretien à mettre en place favorisé par le travail postural.
Deux sortes de contractions peuvent être mises en jeu :
  • Les contractions dynamiques :
Elles se rencontrent pendant les mouvements. Des contractions musculaires entraînent ou freinent les mouvements. Ainsi dans une flexion en avant de type uttanāsana[23], la contraction des extenseurs de hanche provoquera la remontée du buste. L'attention permet de relâcher ces mêmes extenseurs pour permettre la descente en douceur.
  • Les contractions statiques :
Une fois qu'une position a été prise il n'y a plus de mouvement et son maintien demande une contraction musculaire sélective. Si des muscles non indispensables au maintien de la position ont été sollicités, la posture manque de grâce et devient épuisante. Maintenir la posture tout en prêtant attention à ce qui se passe dans le corps va permettre d'affiner et d'ajuster le geste en libérant des tensions inutiles. En bout de ligne, le terme āsana devient synonyme d'aisance, comme se plaisait à le souligner Alain Daniélou[24].

Territoire d'élection des postures[modifier | modifier le code]

Olécrâne
Limitation ostéo articulaire.
Par sa propre forme et celle de ses surfaces articulaires, l’os permet ou limite les mouvements. Par exemple, en extension, le bec de l'olécrane se loge dans la fossette olécranienne et fait butée ; en fin d'extension, les deux os arrivent dans le prolongement l’un de l’autre. L’extension du coude est donc très limitée.
Le muscle
Il est à la fois contractile et élastique. Si dans une posture un muscle est étiré, un certain allongement se produit, qui peut être durable. La plupart des muscles du corps peuvent devenir des entraves au mouvement, soit parce que leur enveloppe aponévrose est rétrécie, soit parce que leurs fibres sont dans un état de contraction musculaire (tonus) trop important et s'opposent aux étirements ; le stress entraîne souvent une contraction rémanente qui devient inconsciente et permanente (épaules hautes, mâchoires serrées).
L'articulation
Capsule scapulohumérale
Le cartilage est un tissu destiné à protéger l'os qu'il recouvre. Il permet ou limite la mobilité de l'articulation. Sa surface lisse permet le glissement d'autres surfaces équivalentes. Si les contraintes qu'il reçoit dépassent son seuil de résistance, il peut être lésé : aminci ou fissuré.[réf. nécessaire]
Les tissus qui entourent directement l'articulation : les capsules et les ligaments, assurent passivement le maintien des articulations tout en permettant les mouvements propres à chacune.
Ces tissus sont, pour la plupart, peu élastiques[réf. nécessaire] (c'est-à-dire que si on les déforme en les distendant, ils ne reprennent pas ensuite leur longueur initiale). Ils doivent être respectés comme tels. En effet, ils sont riches en nerfs sensitifs. Ce sont eux qui informent le cerveau de leurs éventuels étirements lors des mouvements.[réf. nécessaire]

États du muscle dans la posture[modifier | modifier le code]

Dans une posture, le muscle peut se trouver dans trois états :

Agoniste et antagoniste
La détente
Pour un relâchement optimal du muscle, il faut que l'articulation mobilisée ne soit ni en besoin de maintien, ni en risque de luxation. La posture classique de relaxation est śavāsana.
L'étirement
Quand il est actif, l'étirement éloigne les points d'insertion du muscle dans la limite d'une impression bénéfique, sans rapport avec la sensation de déchirement ou de brûlure. Cette situation amènera un assouplissement, si le rythme de l'exercice est lent.
La contraction
Lorsque le muscle se contracte, il tente de rapprocher ses points d'insertion. En fait, bien souvent lors de sa contraction le muscle subit un étirement latent, soit par son antagoniste, soit par la gravitation. Quand le muscle agoniste se contracte, automatiquement son antagoniste (qui produit le mouvement contraire) se détend.

Autres conséquences des postures[modifier | modifier le code]

le diaphragme
Le yoga pose deux règles simples pour la synchronisation respiratoire lors des enchaînements dynamiques :
  • de préférence inspirer dans une posture d'ouverture et éviter d'inspirer dans un mouvement qui comprime la cage thoracique.
  • l'expiration devrait logiquement avoir lieu sur une flexion, tout en sachant qu'expirer dans une extension ne constitue pas une erreur physiologique.
L'allongement de l'expiration prépare une meilleure inspiration. Elle favorise un meilleur fonctionnement du diaphragme. Cet approfondissement du souffle aide à diminuer le flux des pensées.
La concentration va inclure des aspects divers comme la vitesse, l'adresse et la coordination. Du point de vue du yoga, persévérer dans la stabilité posturale, favorise la concentration et à la longue, la stabilité psychologique. Tout en favorisant un meilleur fonctionnement du diaphragme, l'attention portée au souffle aide à diminuer le flux des pensées. Ces apprentissages de base nécessitent plusieurs mois de pratique.
La pratique régulière des āsana et du prāṇayāma déployée dans une ambiance tranquille et sans compétition, conduit à un moment de silence, d'arrêt des perturbations du mental[19].
Au fil des années de pratique, la concentration perd de son caractère volontariste pour devenir attention sans intention. Progressivement cette attention s'intègre à tous les instants de la vie, même dans les plus petits événements. Le devoir quotidien perd de sa pesanteur, en permettant l'ouverture au discernement et à l'humilité[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  2. Cette orthographe n'est pas correcte. Celle-ci est seulement popularisée par un effet démultiplicateur et mécanique propre au Web. Le TSHD donne plusieurs variantes avec leur définition propre à la requête « hatha »
  3. Haṭha-Yoga: its context, theory, and practice. Mikel Burley. Éd. Motilal Banarsidass Publ., 2000, pages 15 à 18.(ISBN 9788120817067)
  4. Anne-Marie Loth, Védisme et hindouisme: du divin et des dieux, Chapitre douze,‎ 2003 (présentation en ligne), p. 12
  5. Kriyananda Swami, The yoga book: a practical guide to self-realization, Watkins,‎ 2000 (présentation en ligne), p. 112
  6. Donald Moyer, Yoga Journal,‎ 1987 (présentation en ligne), p. 22 « We can trace the beginnings of Hatha Yoga back to the Indus Valley »
  7. Stella Kramrisch, The Presence of Siva, Princeton University,‎ 1981 (présentation en ligne), p. 10 « La posture yogique ou asana dans chacun des cas (sceaux) est indiscutable »
  8. Matthew Clark, The Origins and Practices of Yoga: A Weeny Introduction, Lulu,‎ 2010 (présentation en ligne), p. 4 « concernant les origines du Yoga, une des découvertes les plus commentées est celle des sceaux montrant des personnes assises dans ce qui semble être des postures de yoga (…) certains érudits ont supposé qu’un ancien courant du yoga a existé bien avant toute trace écrite »
  9. voir Haṭha-Yoga: its context, theory, and practice Par Mikel Burley
  10. a et b Philippe de Méric de Bellefon, Yoga pour chacun, page 9.
  11. a, b et c http://articles.timesofindia.indiatimes.com/2011-02-06/india/28355602_1_hot-yoga-patanjali-tkdl
  12. http://www.europsy.org/marc-alain/histyog.html
  13. http://www.namasta.com/pressresources.php
  14. (en) Chidanand Rajghatta, « US President Barack Obama throws weight behind yoga », Times of India (consulté le 1 avril 2013)
  15. http://www.theguardian.com/world/2013/jul/02/judge-yoga-promote-hinduism-californian-schools
  16. « La quête du sens aujourd’hui - Boum du Yoga à Moscou » (consulté le 21 novembre 2010)
  17. Terme utilisé par Jean Klein pour résumer l'intervention de la volonté et en cela celle de l'égo également.
  18. Il existe quatre niveaux correspondants de samādhi décrits dans les Y.S. : savitarka Samādhi, nirvitarkā Samādhi, savichāra Samādhi et nirvichāra Samādhi
  19. a et b Y.S. I-2 : Le yoga est la cessation des activités (tourbillonnantes) automatiques du mental.
  20. 157. Le Soi - cette Réalité permanente - est distinct du corps grossier, distinct de ses caractéristiques (la faiblesse, la vigueur, etc.), de ses modes d'activité et de ses états (l'enfance, l'adolescence, etc.). Et c'est Lui - l'âtman - qui en est le Spectateur permanent. page 46, Camkaracarya, Viveka-Cuda-Mani, cf biblio. infra.
  21. Expression fréquemment utilisée par Jean Klein.
  22. a et b Y.S. II-47 : Grâce à la méditation sur l'infini et au renoncement à l'effort-volonté.
  23. Posture du grand étirement
  24. Alain Daniélou, Yoga, Méthode de réintégration, Ed. L'Arche, Paris, 1997.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Textes fondateurs[modifier | modifier le code]

  • Svâtmârâma, Hathayoga-Pradîpikâ (XVe s. avec le commentaire de Brahmânanda, trad.et présentation par Tara Michaël, Paris, Fayard, 2007.
  • Gheranda samhitâ, traité classique de hatha-yoga, trad. par Jean Papin, Paris, Almora 2005.
  • Shiva samhitâ, traité classique de Hatha-yoga, trad. par Jean Papin, Paris Almora 2013.
  • La Centurie de Goraksa et le Guide des Principes des Siddhas, édition critique et trad. par Tara Michaël, PARIS, Almora 2005
  • Upanishads du Yoga, traduites et présentées par Jean Varenne, Unesco Gallimard 1971.

Études sur le Haṭha Yoga[modifier | modifier le code]

  • Swami Sivananda Radha, Hatha Yoga: The Hidden Language, Secrets and Metaphors, Éditions Timeless Books (May 1, 2006), ISBN 1-932018-13-1.

Manuels contemporains[modifier | modifier le code]

  • Lionel Coudron Mieux vivre par le yoga, Paris, J'ai lu, 1997
  • André van Lysebeth Pranayama, la dynamique du souffle, Paris, Flammarion, 1971
  • Eva Ruchpaul Hatha-Yoga, Paris, éditions Denoël, 1965
  • Clara Truchot Hatha-Yoga : Les Torsions vertébrales, santé et souplesse du dos, Paris, Courrier du Livre 1998
  • Yvonne Millerand Guide pratique de Hatha-Yoga, Paris, Calmann-Lévy, 2° éd., 1988
  • André van Lysebeth J'apprends le Yoga, Ed. Flammarion
  • André van Lysebeth Ma séance de Yoga, Ed. Flammarion
  • André van Lysebeth Je perfectionne mon Yoga, Ed. Flammarion

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes