Devanagari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Devanāgarī)
Aller à : navigation, rechercher
Example.of.complex.text.rendering.svg Cette page contient des caractères d'alphasyllabaires indiens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode.
Devanagari
Image illustrative de l'article Devanagari
Manuscrit du Rig-Veda en dévanagari (début du XIXe siècle).
Caractéristiques
Type Alphasyllabaire
Langue(s) Plusieurs langues du nord de l'Inde dont le sanskrit, le hindi, le marathi, le sindhi, le bihari, le bhili, le konkani, le bhojpuri, le népalais, le nepalbhasa et parfois le cachemiri
Historique
Époque XIIe siècle[1] jusqu'à nos jours
Système(s) parent(s) Protosinaïtique

 Phénicien
  Araméen
   Brahmi
    Gupta
     Siddham
      Devanagari

Codage
Unicode U+0900 à U+097F
ISO 15924 Deva[2]

La devanagari, du sanskrit देवनागरी (devanāgarī), est une écriture alphasyllabaire utilisée pour le sanskrit, le hindi, le népalais, le marathi et plusieurs autres langues indiennes. C’est une des écritures les plus employées en Inde et au Népal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Comme la quasi-totalité des écritures indiennes, la devanagari descend de l'écriture brahmi [3],[note 1], plus précisément de l'écriture gupta[4].

On retrace les origines de la devanagari autour du XIIe siècle, vraisemblablement comme une modification du siddham. Elle remplaça peu à peu l'écriture sharda[note 2] dans une grande partie du nord de l'Inde.

La devanagari est maintenant l'une des écritures les plus employées de l'Inde, étant majoritairement utilisée pour écrire le hindi, langue de loin la plus parlée en Inde[5]. Le hindi écrit en devanagari est également une langue officielle de l'Inde [6], il en est de même pour le népalais écrit en devanagari, « langue de la nation » du Népal[7]. Cette écriture sert aussi à écrire entre autres le marâthî et le sindhi. Traditionnellement, dans le nord de l'Inde, c'est avec elle qu'on écrivait le sanskrit[3].

Des langues moins parlées utilisent également cette écriture : le bihari, le bhili, le konkani, le bhodjpuri, le nepalbhasa. Il arrive que le cachemiri fasse également usage de la devanagari, bien qu'il utilise principalement l'alphabet arabe sous une forme modifiée.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme devanagari vient du sanskrit. Il se décompose en :

  • देव (deva) : divin[8] ;
  • नागरी (nāgarī) : féminin de नागर (nāgara), citadin[9].

Ce mot qualifie donc cette écriture de « citadine divine ». Le nom peut aussi être abrégé en « nagari » [10].

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Affichage commercial utilisant la devanagari (ici à Varanasi).

La devanagari s’écrit horizontalement, de gauche à droite, ne fait pas de distinction entre majuscules et minuscules[11]. Elle est reconnaissable à la barre horizontale continue sous laquelle sont attachés les caractères[note 3]. Cette barre s'interrompt brièvement pour certains caractères ouverts en haut[12]. Elle est également interrompue entre les mots dans les langues modernes mais peut recouvrir plusieurs mots d'affilée en sanskrit dans le cas des composés et des sandhi[13]. Dans l'écriture manuscrite, la barre est tracée après avoir écrit un mot en entier[14].

Elle utilise maintenant les mêmes signes de ponctuation que l’alphabet latin, sauf parfois pour les fins de vers et de phrases dans l’écriture traditionnelle[15]. Il existe des variantes pour certains caractères.

C'est une écriture quasiment phonétique, où un symbole représente toujours le même phonème, même s'il existe quelques variations d'une langue ou d'un dialecte à l'autre. L'unité de base — appelée akshara (du sanskritअक्षर (akṣara), signifiant « lettre, caractère »[16]) — est constituée soit d'un groupement d'une ou plusieurs consonnes consécutives éventuellement suivies d'une voyelle, soit d'une voyelle seule[17]. Lorsqu'une voyelle suit une consonne, elle est représentée par un signe diacritique attaché à cette consonne. Lorsque plusieurs consonnes se suivent, elles sont représentées par une ligature. L’akshara constitue souvent, mais pas toujours, une syllabe d'un mot[3].

Contraintes de présentation[modifier | modifier le code]

La barre horizontale sous laquelle s’inscrivent la plupart des lettres de base est jointive graphiquement avec les barres horizontales des lettres de base précédentes et suivantes, quand elles en ont une. Lors de la justification de texte, il est permis d’allonger l’interlettrage entre les aksharas, en conservant cette jonction graphique qui identifie les mots. Mais la forme graphique de l’akshara reste normalement inchangée (en particulier, le demi-glyphe vertical danda, lié graphiquement à la droite de certaines lettres pleines et qui représente graphiquement la voyelle implicite dans la lettre pleine, ne doit pas s’écarter du demi-glyphe représentant la lettre morte correspondante).

Les aksharas délimitant les syllabes, la césure est permise presque n’importe où dans un mot entre deux aksharas. Toutefois, pour que cette césure respecte les syllabes phonétiques ou sémantiques, la devanagari permet de transcrire un groupe de consonnes en deux parties distinctes en forçant la dernière consonne du premier groupe à adopter une forme pleine explicitement privée de sa voyelle associée, mais malgré tout séparable. Dans ce cas, ce groupe de consonnes est lié logiquement à l’akshara précédente terminé par une voyelle comme si c'était des consonnes finales, et la césure dans ce cas ne sera pas permise avant ce groupe de consonnes.

Exemple[modifier | modifier le code]

Texte en devanagari (langue hindi)
सभी मनुष्यों को गौरव और अधिकारों के मामले में जन्मजात स्वतन्त्रता और समानता प्राप्त है। उन्हें बुद्धि और अन्तरात्मा की देन है और परस्पर उन्हें भाईचारे के भाव से बर्ताव करना चाहिये।[18]
Texte en transcription latine (IAST)
Sabhī manuṣyoṃ ko gaurav aur adhikāroṃ ke māmle meṃ janmajāt svatantratā aur samāntā prāpt hai. Unheṃ buddhi aur antrātmā kī den hai aur parspar unheṃ bhāīcāre ke bhāv se bartāv karnā cāhiye.
Traduction en français
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

L’alphasyllabaire[modifier | modifier le code]

L'écriture devanagari différencie de façon fondamentale les voyelles des consonnes dans le fonctionnement de leur représentation[19].

Voyelles[modifier | modifier le code]

La lettre क accompagnée des matras (en rouge) associées respectivement aux voyelles अ, आ, इ, ई, उ, ऊ, ऋ, ॠ, ए, ऐ, ओ et औ.

Une voyelle peut être rendue par deux signes différents selon qu’elle suit une consonne (forme dépendante) ou non (forme indépendante)[20] :

  • dans le premier cas, la voyelle dépendante est représentée par un signe diacritique — appelé matra[21] (मात्रा) — qui peut être lié à droite, à gauche, en dessous ou au-dessus de la consonne après laquelle elle est prononcée ;
  • dans le second cas, la voyelle indépendante est une akshara à part entière.

(Beaucoup de glyphes ont une prononciation très différente selon les langues. Ils sont présentés avec "/" séparant les variantes.)

Symboles représentant les voyelles
Voyelle indépendante Voyelle dépendante après प Transcription Prononciation (API)[22]
प (seul) a [ɐ] / [ǝ][17] / [ɔ] / [o] / [ɵ]
पा ā [ɑː] / [a]
पि i [i] / [ɪ]
पी ī [] / [i]
पु u [u]/ [ʊ]
पू ū [] / [u]
पृ ɻ / ɾi / ru
पॄ ɹː / ruː
पॢ l̩ / li / lru
पॣ l̩ː / liː / lruː
पॅ ê [ɛ]
पॆ ĕ [ĕ]
पे e / ē [] / [e] / / [ɛ] / [æ] / []
पै ai [ɛ] / [əɪ̆] / [ɑɪ̆] / [] / [æː] / [oɪ̆] / [ɔɪ̆] / [ɵĭ]
पॉ ô [ɔ]
पॊ ŏ [ŏ]
पो o / ō [] / [o] / [ʊ] / []
पौ au [ɔ] / [əŭ] / [] / [] / [ɵŭ] / [] / [ɔŭ]

Les voyelles [u] et [uː] ne s'écrivent pas avec les matras habituelles quand elles suivent un र isolé[21] :

Cas particulier après र
Voyelle indépendante Voyelle dépendante
रु
रू

Nasalisation[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs cas de nasalisation de consonnes ou de voyelles pouvant être rendu :

  • soit par un bindu (बिन्दु), un point suscrit (par exemple avec अ : अं)
  • soit par un candrabindu (चन्द्रबिन्दु) un point surmontant une demi-lune (ici avec अ : अँ)

Lorsque la première consonne d'une combinaison est une nasale et est suivie d'une consonne de la même classe articulatoire, elle peut être représentée par un bindu placé sur l’akshara précédent. Cette nasalisation s'appelle anusvara[23] (अनुस्वार). Devant ह anusvara représente une nasale vélaire[23] (api [ŋ]). Ainsi la labiale म peut être affichée comme un anusvara quand elle précède la labiale ब, la dentale न quand elle précède la dentale त ou स, etc. En sanskrit, la voyelle précédent le bindu est également nasalisée, mais pas en hindi/ourdou.

L'anusvara dans les combinaisons
  Devant l'anusvara signifie Exemple
Vélaire क, ख, ग, घ ou ह पंखा = पङ्खा
Palatales च, छ, ज ou झ शतरंज = शतरञ्ज
Rétroflexes ट, ठ, ड ou ढ गुंडा = गुण्डा
Dentales त, थ, द, ध, ल ou स अंतर = अन्तर
Labiales प, फ, ब ou भ संभव = सम्भव

La nasalisation de voyelle s'appelle anunasika[24] (अनुनासिक). Elle est rendue par un bindu ou un candrabindu[24]. En hindi moderne, le candrabindu est rarement utilisé et le bindu seul presque systématique. Une solution parfois retenue est d'utiliser le candrabindu quand l’akshara n'est surmonté d'aucun signe, le point seul quand le graphe syllabique est accompagné d'un matra[25]. Dans ce cas, le point est à droite de celui-ci[26].

Exemples de voyelles nasalisées
Voyelle indépendante non-nasalisée Voyelle indépendante nasalisée Voyelle dépendante après प
अँ पँ
आँ पाँ
एँ पें
ओं पों

Exemple de distinction anusvara / anunasika

  • Hindi : पंचम [pɐɲc͡çɐm] / पाँचवाँ [pãc͡çβ̞ã]
  • Sanskrit : हंस [hɐ̃ns] / हँस [hɐ̃snɐ̙ː]

Autres signes diacritiques[modifier | modifier le code]

La devanagari dispose d'autres signes diacritiques se plaçant après une voyelle :

Diacritique (ici après ए) Appellation Fonction
एऽ avagraha (अवग्रह)[27] utilisé pour prolonger le son d'une voyelle (en marâthî, le signe marque explicitement la non-élision de la voyelle implicite en fin de mot, cette élision étant généralement implicite et non marquée)
एः visarga (विसर्ग)[28] est un [h] sourd. Il est le plus souvent prononcée comme un [h] coloré de la voyelle précédente assourdit[29].

Consonnes[modifier | modifier le code]

Pancarte dans une école indienne montrant les signes de la devanagari classés selon l'ordre classique (phonétique) généralement utilisé[30].

Lorsqu’une consonne n'est ni directement précédée ni directement suivie d’une autre consonne, elle est représentée par un symbole de base (forme pleine). Dans ce cas elle est prononcée suivie de la voyelle implicite [ə][31], ou parfois prononcée sans voyelle du tout dans certains cas dans des langues comme le hindi[21]. De nombreux glyphes de consonnes comportent une barre verticale appelée danda[32].

Si la consonne est suivie du signe diacritique sanskrit virama (विराम), aucune voyelle n'est prononcée[3]. Ce signe est attaché en dessous du danda final de la consonne pleine, ou centré dessous si le signe de la consonne pleine ne comporte pas de danda : क् (ici accompagnant क). Il est appelé halant (हलन्त) en hindi[33].

La devanagari distingue les consonnes occlusives aspirées de celles qui ne le sont pas, et les dentales des rétroflexes[10].

Symboles représentant les consonnes
Plosives Non-plosives
Sourdes Sonores Nasales Sonantes Fricatives Spirante latérale
non-aspirées aspirées non-aspirées aspirées
Vélaires क [k] (k) ख [] (kh) ग [ɡ] (g) घ [ɡʱ] (gh) ङ [ŋ] (ṅ)
Palatales च [c͡ç] (c) छ [c͡çʰ] (ch) ज [ɟ͡ʝ] (j) झ [ɟ͡ʝʱ] (jh) ञ [ɲ] (ñ) य [j] (y) श [ç] (ś)
Rétroflexes ट [ʈ] (ṭ) ठ [ʈʰ] (ṭh) ड [ɖ] (ḍ) ढ [ɖʱ] (ḍh) ण [ɳ] (ṇ) र [r] (r) ष [ʂ] (ṣ) ळ [ɭ] (ḷ)
Dentales त [] (t) थ [t̪ʰ] (th) द [] (d) ध [d̪ʱ] (dh) न [n] (n) ल [l] (l) स [s] (s)
Labiales प [p] (p) फ [] (ph) ब [b] (b) भ [] (bh) म [m] (m) व [β̞] (v)
Glottale ह [ɦ] (h)

Quand un mot est terminé par un akshara surmonté d'un anusvara qui ne sert pas à nasaliser une voyelle, cet anusvara représente म्[34]. Par exemple ग्रामं = ग्रामम्.

Consonnes nouvelles[modifier | modifier le code]

Pour transcrire des sons non-natifs de la dévanagari, et d'autres sons qui n'existait pas en sanskrit, certaines consonnes sont souscrites d'un point[35] appelé nuqtā[36].

Quelques exemples de consonnes souscrites d'un nuqtā
Symbole Transcription Prononciation (API)
क़ q [q]
ख़ x [x]
ग़ ġ [ʀ]
ज़ z [z]
ड़ [ɽ]
ढ़ ṛh [ɽʱ]
फ़ f [f]

Combinaisons[modifier | modifier le code]

Combinaison de consonnes regroupant dans l'ordre न (en gris), द (en bleu) et र (en rouge).

Quand plusieurs consonnes sont prononcées d'affilée (sans voyelle intermédiaire), la davanagari utilise des combinaisons de consonnes qui regroupent plusieurs symboles de consonnes formant une ligature[37]. Elle peut être soit une simple compression graphique des consonnes attachées entre elles, soit un glyphe entièrement nouveau[38]. Elle peut être complétée d'une voyelle sous forme de matra classique qui s'applique à l'ensemble de la combinaison créée[26]. La ligature résultant d'une combinaison et son éventuelle voyelle forment un akshara.

Une combinaison peut aussi être représentée en apposant simplement un virama à la première consonne[33].

Regroupement par la droite[modifier | modifier le code]

Dans le cas général le plus simple, quand la première consonne (en forme pleine) est bordée à droite par un danda, elle est combinée à l’autre en perdant son danda et en se collant à la suivante. De même क et फ voient leur extrémité droite atrophiée[39].

Exemples avec perte de la partie droite
1re consonne 2e consonne Combinaison
स्त
ब्द
ष्य
क्य
फ़ फ़्त

Abréviation de la seconde consonne[modifier | modifier le code]

Dans quelques cas, c'est la deuxième consonne de la combinaison qui est atrophiée, la première gardant sa forme initiale. Ainsi lorsque द est la première consonne d'une combinaison, la deuxième vient en général se coller en bas à sa gauche après avoir perdu son danda. Bien que bordée d'un danda, श peut prendre une forme spéciale — elle-même bordée d'un danda — quand elle est la première d'une combinaison et que la deuxième consonne est व, र, च ou न, la deuxième consonne venant alors se coller en bas à sa gauche. Cependant la forme habituelle avec une simple absence du danda peut se rencontrer également[37]. En première position d'une combinaison ह, elle, reçoit en bas à gauche la consonne suivante, ou bien s'ouvre par la droite[40].

Exemples avec द, श ou ह en 1re consonne
1re consonne 2e consonne Combinaison
द्व
द्ध
श्व
ह्म
ह्व

Le cas de र[modifier | modifier le code]

La consonne र prend des formes très particulières dans les combinaisons.

Si elle suit une consonne munie d'un danda dans sa forme pleine, र est généralement représentée sous la forme d’un segment oblique accroché en bas à gauche du danda. Lorsque cette consonne précédente ne comporte pas de danda, र est représentée sous la forme d'un segment ou de deux segments obliques joints par le haut et attachés sous la consonne précédente en forme pleine[38].

Quand र précède une autre consonne, elle est représentée sous forme d’un arc de cercle courbé vers la droite, placé en haut à droite de l’akshara (c’est-à-dire le groupe de consonnes qui suit et qui peut lui-même former une ligature ou être accompagné d'une voyelle dépendante) à laquelle elle appartient[37].

Exemples avec र
1re partie 2e partie Combinaison
प्र
ग्र
ट्र
र्त
चा र्चा
र्र

Cas particuliers[modifier | modifier le code]

Il existe enfin des combinaisons particulières pour lesquelles les formes initiales sont très modifiées voire inapparentes[33].

Quelques cas particuliers
1re consonne 2e consonne Combinaison
त्त
त्र
क्त
द्द
द्य
द्म
क्र
ज्ञ
क्ष

L’écriture devanagari traditionnelle utilise des centaines de ces ligatures spécifiques, toutefois aucune n'est essentielle à la lecture, tant que le signe virama permettant la distinction des consonnes mortes et vives est bien représenté.

Autres symboles et ponctuation[modifier | modifier le code]

Symbole Appellation Fonction
danda (डण्ड), (khadi[15]) pai[41] (खड़ी पाई) ou purna virama (पूर्ण विराम)[42] marque la fin d’un vers en poésie ou dans un texte religieux, ou bien la fin d'une phrase
double danda marque de fin de paragraphe ou d’une strophe en poésie
  symbole d’abréviation placé après un akshara[15]
Om̐ symbole sacré hindou Om̐
प॑ udatta[36] (उदात्त) accentuation pour la prononciation de certains textes en sanskrit
प॒ anudatta[36] (अनुदात्त) accentuation pour la prononciation de certains textes en sanskrit

Chiffres[modifier | modifier le code]

Bien qu'étant de plus en plus souvent utilisée avec les chiffres arabes[43], la devanagari dispose de ses propres symboles pour ceux-ci :

Chiffre dévanagari
Chiffre arabe 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Ils sont empruntés à la brahmî.

Variantes[modifier | modifier le code]

En plus de légères différences esthétiques dans certains cas, la devanagari connaît d'importantes variations dans la représentation des symboles अ, आ, ओ, औ, ण et झ[44].

Variantes des symboles
Forme courante Forme alternative
Devanagari new a.jpeg
Devanagari new aa.jpeg
Devanagari new o.jpeg
Devanagari new au.jpeg
Devanagari new jh.jpeg Devanagari old jh.jpeg
Devanagari new n.jpeg Devanagari retroflex na alternate.png

Ordre lexicographique[modifier | modifier le code]

De même que l'alphabet latin suit l'ordre alphabétique, la devanagari suit un ordre, notamment utilisé dans les dictionnaires[45].

On a d'abord les voyelles dans l'ordre , , , , , , , , , , , , , , , , puis les signes de nasalisations (anusvara ou candrabindu) suivi de visarga, et enfin les consonnes dans l'ordre , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , [30],[46]. Une consonne marquée d'un nuqta suit immédiatement la consonne non marquée[47].

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sauf indication contraire, lorsqu'une transcription sera utilisée pour rendre compte des lettres de la devanagari avec les lettres de l'alphabet latin, on utilisera recommandation de Wikipédia sur la transcription des langues indiennes.
  2. Cette écriture est toutefois longtemps restée en usage pour noter le cachemiri.
  3. Ce n'est cependant pas la seule écriture indienne à avoir cette caractéristique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Chronologie sur le site de l'Université du Colorado
  2. Consortium Unicode, « Codes pour la représentation des noms d’écritures »,‎ 1er mai 2004 (consulté le 12 octobre 2007)
  3. a, b, c et d Coulmas 2003, p. 136
  4. Coulmas 2003, p. 150
  5. (en) Office of the Registrar General, India, « Census of India » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 1991. Consulté le 12 octobre 2007
  6. Constitution indienne, citée dans (en) Gouvernement indien, « The Union: Official Language » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 12 octobre 2007.
  7. (en) Birendra Bir Bikram Shah Deva, « Constitution népalaise » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), p. 1. Consulté le 12 octobre 2007
  8. deva dans Huet 2007
  9. nāgara dans Huet 2007
  10. a et b Montaut et Joshi 1999, p. 19
  11. Snell 2003, p. 5
  12. Montaut et Joshi 1999, p. 27
  13. Coulmas 2003, p. 140
  14. Montaut et Bakaya 1994, p. XXVIII
  15. a, b et c Snell 2003, p. 16
  16. akṣara dans Huet 2007
  17. a et b Coulmas 2003, p. 134
  18. Version corrigée de celle disponible dans Coulmas 2003, p. 243.
  19. Coulmas 2003, p. 131
  20. Bahri 2004, p. (xi)
  21. a, b et c Montaut et Joshi 1999, p. 22
  22. Federica Boschetti, Dictionaire Français Hindi, Editions du Makar,‎ 1994 (ISBN 2-9506068-2-2), p. 4
  23. a et b Montaut et Joshi 1999, p. 25
  24. a et b Bahri 2004, p. (xii)
  25. Montaut et Joshi 1999, p. 24-25
  26. a et b Montaut et Bakaya 1994, p. XXXI
  27. દવે et al. 2006, p. 61
  28. Montaut et Bakaya 1994, p. XXXVII
  29. Coulmas 2003, p. 138
  30. a et b Montaut et Joshi 1999, p. 19-21
  31. Montaut et Joshi 1999, p. 21-22
  32. (en) K. Machida, « Classification of Conjunct Glyphs of Devanagari Script »,‎ 2006 (consulté le 12 octobre 2007)
  33. a, b et c Bahri 2004, p. (xvi)
  34. દવે et al. 2006, p. 60
  35. Montaut et Joshi 1999, p. 26
  36. a, b et c (en) Consortium Unicode, « Caractères unicode pour la dévanagari »,‎ 2006 (consulté le 12 octobre 2007), p. 3
  37. a, b et c Montaut et Joshi 1999, p. 23
  38. a et b Montaut et Joshi 1999, p. 23-24
  39. Bahri 2004, p. (xv)
  40. Montaut et Bakaya 1994, p. XXXVI
  41. Bahri 2004, p. 385
  42. (hi) પ્રો. શ્રી રામચંદ્ર શર્મા, परफेक्ट हिन्दी-गुजराती टीचर, ગૌરવ, ૩૪
  43. Snell 2003, p. 17
  44. Bahri 2004, p. (xiii)
  45. Snell 2003, p. 18
  46. Constaté dans Huet 2007 pour ॠ et ऌ
  47. Snell 2003, p. 8

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Hardev Bahri, Learners' Hindi-English Dictionary, Rajpal,‎ 2004 (ISBN 81-7028-002-8), « Hints on Hindi Pronunciation and Writing »
  • (en) Florian Coulmas, Writing Systems, Cambridge University Press,‎ 2003 (ISBN 0-521-78737-8), « Vowel incorporation - Devanagari »
  • (en) Girish Dalvi, Anatomy of Devanagari Typefaces, 30-36 p. (lire en ligne)
  • (en) Yashodeep Gholap, Designing a Devanāgarī text font for newspaper use, coll. « Typography Day 2012 »,‎ 2012 (lire en ligne)
  • Gérard Huet, Héritage du Sanskrit Dictionnaire sanskrit-français,‎ 20 mai 2007 (lire en ligne)
  • Annie Montaut et Akshay Bakaya, Le hindi sans peine, Assimil,‎ 1994 (ISBN 2-7005-0172-1), « L'écriture et les sons du hindi »
  • Annie Montaut et Sarasvati Joshi, Parlons hindi, L'Harmattan,‎ 1999 (ISBN 2-7384-8135-3), « Les sons et les lettres »
  • (en) Bapurao S. Naik, Typography of Devanagari, Bombay, Directorate of Languages,‎ 1971
  • (en) Rupert Snell, Teach yourself Hindi, Teach yourself,‎ 2003 (ISBN 0-340-86687-X), « The Hindi script and sound system »
  • (gu) સુરેશચંદ્ર જ. દવે, મનસુખ કે. મોલિયા, મોહિની આચાર્ય et મહારુદ્ર કે. શર્મા, સંસ્કૃત - ધોરણ 10, ગુજરાત રાજ્ય શાળા પાઠ્યપુસ્તક મંડળ,‎ 2006
    Manuel d'apprentissage du sanskrit.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 15 juillet 2007 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.