Forces armées norvégiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forces armées norvégiennes
Forsvaret
Canon de campagne de l'armée norvégienne en batterie pendant la bataille de Narvik en mai 1940.
Canon de campagne de l'armée norvégienne en batterie pendant la bataille de Narvik en mai 1940.
Fondation 1905
Branches Norwegian army coat of arms.svg Armée Hæren
Marine Sjøforsvaret
Garde côtière Kystvakten
Luftforsvaret-emblem.gif Force aérienne Luftforsvaret
Garde nationale Heimeværnet (à vérifier)
Quartier-général Oslo
Commandement
Commandant en chef Harald V, roi de Norvège
Ministre de la Défense Anne-Grete Strøm-Erichsen
Chef d'état-major General Harald Sunde
Main-d'œuvre
Âges militaires 19-44
Disponibles au service militaire 1 079 043 (estimation 2010) [1] hommes
Aptes au service militaire 888 761 (estimation 2010) [1] hommes
Atteignant l'âge militaire chaque année 32 290 (estimation 2010) [1]  hommes
30 777 (estimation 2010) [1] femmes
Troupes régulières 16 500 (11 500 militaires et 5 000 civils)[2]
Déployés hors du pays 460 (le 21/10/2011[3]
Réservistes 50 000
Budgets
Budget 6 200 000 000 US
Pourcentage du PNB 1,6 % (estimation 2009) [4]
Industrie
Fournisseurs nationaux Kongsberg Gruppen
Nammo

Les forces armées norvégiennes (en norvégien : Forsvaret) sont chargées de la défense du territoire national de la Norvège.

Les forces armées norvégiennes en 1940[modifier | modifier le code]

Soldats norvégiens armés du Krag-Jørgensen en 1905
Casque bleu norvégien lors du siège de Sarajevo en 1992-1993.
Soldat norvégien au cours d'un exercice en 2008.

En 1940, l'armée norvégienne comptait après mobilisation 100 000 hommes répartis en six divisions territoriales, dont l'une commandée par le général Carl Fleischer (1883-1942) à Harstad. Ces troupes étaient équipées d'uniformes verts datant de 1912 et modernisé en 1934 et armées de fusils Krag-Jørgensen de 1894. L'armée de terre ne disposait pas de chars : elle n'avait qu'une poignée de véhicules blindés, quelques mitrailleuses lourdes et aucun véritable encadrement professionnel.

La minuscule armée de l'air norvégienne se composait de 76 avions (des Gloster Gladiator pour la plupart) et comptait 940 hommes ; elle fut éliminée le 9 avril 1940.

La Marine royale norvégienne était formée de 113 navires, dont 2 cuirassés côtiers : l’Eidsvold et le Norge, le reste étant composé dans la majorité de petits patrouilleurs et avait un effectif de 5 200 personnes.

Engagements internationaux[modifier | modifier le code]

La Norvège est depuis son indépendance un pays pleinement engagé dans la coopération internationale et sa petite taille lui conduit à promouvoir un ordre international fondé sur le droit plutôt que sur sa puissance. Du fait de son peu d'ambitions en matière diplomatique (à l'exception de son environnement régional), la Norvège apparaît dès la fondation de l'ONU comme dotée d'une grande crédibilité pour les missions de maintien de la paix. Elle participe d'ailleurs à la première opération de l'ONU au Proche-Orient en 1948 au sein de l'ONUST. Tout au long de la guerre froide, l'armée norvégienne intervient dans plusieurs missions d'interposition avant d'être partie prenante aux opérations plus « musclées » des Nations unies dans les années 1990 (Somalie et Balkans notamment). Toutefois, à l'image de nombreux pays occidentaux, la Norvège privilégie actuellement ses engagements au sein d'organisations plus régionales comme l'OTAN ou l'Union européenne ainsi qu'en témoignent sa participation à la guerre d'Irak et à la guerre d'Afghanistan. En effet, à l'heure actuelle, seuls 77 soldats norvégiens sont déployés en tant que Casques Bleus alors qu'ils étaient plus de 1 500 vers 1995. En tout, 120 000 soldats norvégiens ont participé à des opérations de maintien de la paix depuis 1948.

L'armée norvégienne est actuellement déployée dans plusieurs opérations dirigées par l'OTAN et l'ONU (chiffres en date du 21 octobre 2011[3]) :

Nombre de chars de combats[modifier | modifier le code]

Léopard 2A4 : 54
Léopard 1A5NO : 111
Léopard 1A1NO : 59
Léopard 1ARV : 6
Léopard 1 lanceurs de pont : 9

Nombre de véhicules blindés légers[modifier | modifier le code]

NM135 M113 with 20 mm guns : 53
CV9030 : 100
M113 :194
BV202 : 28
BV206 : ?
M577 : 12
M88A1 : 3
M578 : ?
BV206 with Ericson Giraffe : ?

Nombre de véhicules et blindés à roues[modifier | modifier le code]

Sisu XA-186 : 22
P113 HK 6 x 6 : ?
Leguan 8x8 : 26

Nombre de véhicules lance-missiles[modifier | modifier le code]

NM142 M113 with TOW : 97
MRLS : 12

Nombre de véhicules d'artillerie[modifier | modifier le code]

M109A3GN 155 mm : 126
M114 155 mm Towed : 48
M101 105 mm Towed :36
M40A1 recoilles rifle 106 mm : ?
M18A1 recoilless rifle 57 mm : ?
L/60 40 mm anti-aircraft : 132
FK 20-2 anti-aircraft 20 mm :216
Rh-202 anti-aircraft 20 mm : 278
M-55 quad tower 12,7 mm : ?

Nombre d'hélicoptères[modifier | modifier le code]

Bell 412SP Grifon : 18
Sea King Mk 43B SAR : 4
Sea King Mk 43: 4
Lynx Mk 86 coastal patrol : 6

Budgets et effectifs[modifier | modifier le code]

L'armée norvégienne est actuellement composée de 16 500 personnes auxquelles s'ajoutent 9 000 conscrits (10 151 en 2008)[5]. En juin 2013, le parlement norvégien vote l'extension du service militaire obligatoire aux femmes en temps de paix, premier pays d'Europe à adopter cette mesure[6].

Voici l'évolution des effectifs des forces armées norvégiennes entre 1990 et 2011[4] :

  • 51 000 personnes en 1990 ;
  • 38 000 personnes en 1995 ;
  • 32 000 personnes en 2000 ;
  • 18 000 personnes en 2005 ;
  • 18 000 personnes en 2006 ;
  • 19 000 personnes en 2007 ;
  • 19 000 personnes en 2008 ;
  • 18 000 personnes en 2009 ;
  • 19 000 personnes en 2010 ;
  • 21 000 personnes en 2011.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d CIA World FactBook
  2. Site de l'armée norvégienne
  3. a et b [1]
  4. a et b Document de l'OTAN sur les dépenses de défense de ses États membres
  5. Chiffres de l'armée norvégienne
  6. « La Norvège étend le service militaire obligatoire aux femmes », sur Le Point,‎ 14 juin 2013 (consulté le 10 juillet 2013)

Sur les autres projets Wikimedia :