Classe Ohio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Ohio
Image illustrative de l'article Classe Ohio
L'USS Florida (SSGN-728) en avril 2006.
Caractéristiques techniques
Type 14 unités SNLE et 4 unités SSGN[1]
Longueur 560 pieds (170 mètres)
Maître-bau 42 pieds (13 mètres)
Tirant d'eau 35,5 pieds (10,8 mètres) au maximum
Déplacement 16 764 tonnes en surface et 18 750 tonnes en plongée
Propulsion 1 réacteur nucléaire S8G
Puissance 60 000 CV
Vitesse 12 nœuds en surface (22 km/h) ; 20 nœuds en immersion (37 km/h)
Profondeur > 240 m
Caractéristiques militaires
Armement Commun.

4 tubes de 21 pouces (53 cm) de torpilles Mark 48.
SNLE 726 à SNLE 733 avant le rechargement du combustible.
24 missiles UGM-96 Trident I (Trident C4) avec chacun 8 mirvages d'ogives W76 d'une portée de 7400 kilomètres
SNLE 734 à 743 et SNLE 730 à 733 depuis rechargement du combustible.
24 missiles UGM-96 Trident II (D5) avec 12 mirvages d'ogives W76 ou W88 (portée amenée à 12 000 kilomètres) Unités SSGN.
22 tubes avec chacun 7 missiles de croisière Tomahawk (stock total de 154 missiles)[1]

Rayon d’action Essentiellement illimité
Autres caractéristiques
Électronique 1 sonar BQQ-6 à la proue, 1 sonar de navigation BQR-19, 1 sonar actif BQS-13 et 1 sonar déployable par câble TB-16
Équipage 15 officiers et 140 hommes d'équipage
Histoire
A servi dans Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Commanditaire Congrès des États-Unis
Période de
construction
1976-1997
Période de service 1981-présent
Navires construits 18
Navires prévus 24
Navires annulés 6
Navires en activité 18
Précédent Classe Benjamin Franklin

Les sous-marins Ohio sont une classe américaine de sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SSBN : Sub-Surface Ballistic Nuclear) utilisée par l'US Navy.

Depuis l'automne 1981 et la mise en service du premier Ohio, 18 bâtiments ont été construits dont 14 sont en service en 2009 dans leur mission originelle. Le dernier construit, le USS Louisiana (SSBN-743), est entré en fonction le 6 septembre 1997.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Lors du lancement du SNA USS Phoenix (SSN-702) de la classe Los Angeles le 8 décembre 1979, on distingue les trois premiers SNLE de la classe Ohio à divers stades d'achèvement.

Cette classe, la seule de ce type en service aux États-Unis depuis le retrait du dernier des premiers modèles de SNLE le 12 avril 1993, représente 50 % de l'arsenal nucléaire des États-Unis. Le coût unitaire de ces navires a été d'environ 2 milliards de dollars américains à leur construction (soit 2,9 milliards de dollars valeur 2012). Leurs deux ports d’attache sont depuis les années 1980 la base navale de Kings Bay dans le comté de Camden (Géorgie) et la base navale de Kitsap dans la péninsule de Kitsap.

Sa mission, comme pour tous les sous-marins de ce type, est de se cacher au fond des océans, en attendant l'ordre de mise à feu de ses engins nucléaires.

Ces bateaux conçus par General Dynamics sont actuellement la seconde plus grosse classe de sous-marin au monde après le Typhoon russe. Cette classe peut transporter jusqu'à 24 missiles balistiques. À lui seul, un sous-marin de classe Ohio est capable de supprimer toutes les grandes villes d'un continent. En 2008, les Ohios subissent une réduction de 42 % de leur capacité de destruction, du fait de START II (accord de désarmement nucléaire de 1992).

Les sous-marins Ohios emportent des missiles Trident II d'une portée de 11 000 km. Chaque missile, ayant une charge utile de 2 800 kg, porteur d'un maximum de 12 ogives W76 d'une puissance explosive de 100 kilotonnes. Cela donne à chaque sous-marin une puissance de feu de 28 800 kilotonnes (1 900 fois la puissance explosive de Little Boy larguée sur Hiroshima). Le traité START I a réduit la charge à 8 ogives puis le START II à 5 têtes nucléaires pouvant être des W88 de 485 kt.

Depuis ces traités, la moitié des sous-marins en mer sont dans un état de semi-alerte, il faut environ 18 heures à l'équipage pour réaliser les procédures nécessaires à la mise en alerte maximale, comme, enlever les plaques d'immersions des tubes de lancement[2].

Avec la fin de la Guerre froide et les traités de réduction des armes nucléaires, les quatre premiers sous-marins de cette classe (USS Ohio, USS Michigan, USS Florida et USS Georgia) ont été transformés en 2007 en SSGN comme les sous-marins de la classe Oscar russes, lanceurs de missiles de croisière, capables d'emporter 154 missiles Tomahawk à charge conventionnelle et 66 membres de commandos des forces spéciales[3]. Leur première utilisation au combat a lieu le 20 mars 2011, lorsque le USS Florida (SSGN-728) participe aux frappes lors de la mise en œuvre de la zone d'exclusion aérienne au-dessus de la Libye.

Une patrouille de dissuasion dure en moyenne 90 jours mais peut aller jusqu'à 105 jours[4].

Il est prévu en 2012 que le plus ancien bâtiment de la classe Ohio, le USS Henry M. Jackson (SSBN-730) sera désarmé en 2027 après 42 ans de service. La marine va ensuite retirer les 13 autres SNLE de la classe Ohio à un rythme d'un par an, le dernier en 2040.

Organisation interne[modifier | modifier le code]

Trident-Ohio class submarine 3D drawing.svg

Coupe d'un SNLE de la classe Ohio.
1. Dôme du sonar
2. Réservoirs des ballasts principaux
3. Salle des ordinateurs
4. Salle radio
5. Salle du sonar
6. Poste de commandement et de contrôle
7. Poste central de navigation
8. Poste de contrôle des missiles
9. Salle des machines
10. Compartiment réacteur
11. Salle des machines auxiliaires n° 1
12. Poste d'équipage
13. Salle des machines auxiliaires n° 2
14. Chambre des torpilles
15. Carré des officiers
16. Quartier du Premier maître
17. Tranche missile

Succession[modifier | modifier le code]

Le 31 août 2012 a été signé au Washington Navy Yard un protocole d'accord traçant les lignes directrices du programme de remplacement de la classe Ohio, le SSBN(X) (en), ainsi que du programme de remplacement des SNLE britanniques de classe Vanguard. La cible pour les États-Unis serait de remplacer les 14 SNLE Ohio par 12 SNLE de la génération suivante, sans pour autant perdre en capacité de dissuasion. La première unité, tête de classe, sera mise sur cale en 2021 pour une livraison à la marine des États-Unis en 2027. La première patrouille devra pouvoir être conduite en 2031. Le programme devra être opérationnel jusqu'aux années 2080[5]. En 2012, on déclare que ce SSBN-X sera dérivé de la conception des sous-marins nucléaires d'attaque de la classe Virginia et reprendra de nombreux composant, pour un coût unitaire les bateaux 2 à 12 de 4,9 milliards de dollars américains[6].

Liste des bâtiments[modifier | modifier le code]

Sous-marin nucléaire lanceur de missiles de croisière[modifier | modifier le code]

Tir de missile Tomahawk depuis le USS Florida (SSGN-728).

Sous-marin nucléaire lanceur d'engins[modifier | modifier le code]

Le premier sous-marin de la classe Ohio avec ses puits de lancement ouverts en 1981.
USS Wyoming (SSBN-742).

60 % de la capacité nucléaire sous-marine américaine est, en 2009, déployée dans l'océan Pacifique (contre 15 % durant les années 1980) avec 6 SNLE stationnés à Kings Bay, sur la côte Atlantique, et 8 à Bangor, sur la côte Pacifique [7] :

Accidents[modifier | modifier le code]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

L'un des sous-marin de classe Ohio, USS Alabama apparaît dans le film du même nom dans lequel les ultranationalistes russes s'emparent d'une base d'ICBM et menacent de les lancer sur les États-Unis, qui répliquent en envoyant l'Alabama détruire le silo.

Dans la serie Last Resort, le sous-marin est aussi de classe Ohio.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ohio-class SSGN-726 , Site de la Federation of American Scientists, consulté le 28 janvier 2014
  2. Pour la science, n° 243, avril 1998, p. 40
  3. (en) [1]
  4. Ed Early, « USS Maine Blue Crew Recognized for Long Patrol », US Navy,‎ 17 décembre 2010 (consulté le 3 mars 2011)
  5. « Navy Signs Specification Document for the Ohio Replacement Submarine Program, Sets forth Critical Design Elements »,‎ 6 septembre 2012 (consulté le 9 septembre 2012)
  6. contre-amiral David C. Johnson, « The Ohio replacement: The future of U.S. nuclear deterrence », sur Association of United States Navy,‎ 1er juin 2012 (consulté le 9 septembre 2012)
  7. (fr) Les États-Unis rééquilibrent leurs forces stratégiques entre Atlantique et Pacifique, Mer et Marine, 6 avril 2009
  8. (en) USS Kentucky (SSBN 737), Navy Site

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]