United States Army Aviation Branch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
United States Army Aviation Branch
Plaque de l'United States Army Aviation Branch
Plaque de l'United States Army Aviation Branch

Période 12 avril 1983
Pays États-Unis
Type Aviation légère
Fait partie de Armée de terre des États-Unis

L’United States Army Aviation Branch rassemble les moyens aériens (hélicoptères et avions) de l'United States Army.

Son siège est l’Army Aviation Center à Fort Rucker, Alabama.

Historique[modifier | modifier le code]

Hélicoptère Bell 47 (H-13G) en Corée du Sud dans les années 1950. Durant la guerre de Corée, on vit la première utilisation intensive de ces ambulances volantes pour les évacuations sanitaire aérienne.
Le AH-1 Cobra apparut durant la guerre du Viêt Nam est le 1er véritable gunship conçu dès l'origine pour le combat.

Lors de la guerre de Sécession, l'US Army créa sa première unité d'aérostation, le Union Army Balloon Corps et renouvela l'expérience lors de la guerre hispano-américaine.

Avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, les artilleurs réclament avec insistance des moyens d'observation aérienne des feux plus adaptés que ceux fournis par l'USAAF.

Ils préconisent l'emploi d'avions légers commerciaux et soutiennent le principe de leur intégration organique dans les unités utilisatrices.

Après une série d'expérimentations réussies, le 6 juin 1942, le département de la Guerre américain autorise la création d'une Aviation d'observation d'artillerie qui participa à l'opération Torch.

Les premiers hélicoptères commencèrent à être en nombre durant la guerre de Corée dans le rôle d'ambulances mais c'est lors de la guerre du Viêt Nam que la polyvalence des hélicoptères est exploitée à plein que cette branche connait ses heures de gloires. En 1960, l'armée de terre américaine comptait, en service actif, 2 895 avions et 2 663 hélicoptères; en 1970, elle disposait de 2 241 avions et 9 903 hélicoptères.

En effet, suite aux essais sur la guerre aéromobile mené par la 11e division aérienne d'assaut (11th Air Assault Division) depuis 1963 suite à la stratégie de guérilla en cours durant la guerre du Viêt Nam, le 1er juillet 1965, cette grande formation est recréer en tant que 1st Cavalry Division (Airmobile).

Elle se déploie rapidement dans la République du Viêt Nam où les unités d'avant-garde arrive le 25 août 1965. La division compte alors un effectif de 15 787 militaires et 1 600 véhicules. Elle dispose alors d'un total de 428 hélicoptères : 93 d'observation (Hugues OH-6 Cayuse, Bell OH-58 Kiowa à partir de 1969), 287 utilitaires ou d'assaut (Bell UH-1 Iroquois, Bell AH-1 Cobra à partir de 1967) et 48 de transport (Boeing CH-47 Chinook), et une escadrille de 6 avions de reconnaissance Grumman OV-1 Mohawk. L'artillerie divisionnaire est constitué de 3 bataillons équipés chacun de 12 obusiers M102 de 105 mm. Elle dispose de ses propres unités de génie militaire et de soutien[1]. Elle subit 5 444 tués et 26 592 blessés au combat dans cette longue guerre. Le 1er juillet 1968, la 101e division aéroportée est rebaptisé 101th Air Cavalry Division et fut déployé au Vietnam pour la guerre héliportée.

Utilisés pour la première fois à une très grande échelle dans un conflit, environ 12 000 engins américains ont été engagés au total durant la durée de cette guerre en Asie du Sud-Est avec un maximum instantané de 2 850 en 1968; le nombre d'engins détruit est de 4 871 dont 2 282 par accidents. Le nombre de pilotes d'hélicoptères tués ou disparus s'élève à 2 181 dont 1 905 pour l'US Army. Si l'on ramène les hélicoptères abattus par l'action ennemie au nombre de sorties, on obtient un ratio de 1 pour 18 000[2]. Parmi les deux grands symboles de la guerre aéromobile, les UH-1 Huey de l'armée de terre américaine ont effectué 9 713 762 heures de vol entre octobre 1966 et 1973 et les AH-1G Cobra 1 110 716 heures de vol[3].

À partir des années 1970, les hélicoptères équipés de missiles antichar sont déployés en nombre en Allemagne de l'Ouest pour la défense de l'OTAN face au Pacte de Varsovie.

L'actuel Army Aviation Branch a été créé le 12 avril 1983[4].

CH-47 déposant des troupes à Tora Bora en mai 2002.

La guerre du golfe de 1991, la guerre en Afghanistan depuis 2001 et guerres d'Irak de 2003 ont vu se déployer plusieurs centaines d'hélicoptères. En Irak, entre 2003 et 2010, on compte environ 110 hélicoptères de l'Army Aviation perdus dont une quarantaine au combat et en Afghanistan, entre 2001 et 2010, le bilan est d'environ 70 hélicoptères perdus dont 13 dû au feu ennemi.

Les hélicoptères américains ont volé 240 000 heures en 2005, 334 000 heures en 2006 et, selon les prévisions, devraient compter 400 000 heures de vol en 2007.

En 2009, le général Martin Dempsey, commandant le Training and Doctrine Command, indique que l'on entraîne 1 200 pilotes d'hélicoptères par an mais la demande de l'armée est de 1 500 pilotes[5].

Cette branche représente, en 2011, 7 % des effectifs de l'armée de terre des États-Unis et 22 % du budget R&D-acquisition lui est dédié[6]. Le budget total en 2011 de cette arme à cette date est de 7 milliards de dollars américains mais avec seulement 107 millions pour la recherche et développement, ce qui largement insuffisant, même si de nouveaux fonds ont été dégagés pour l'étude et le développement de drones (programmes MRMUAS, JMR et JFTL), les militaires se posent des questions sur le renouvellement de leur parc aérien, les 3 principaux modèles (AH-64, UH-60 et CH-47) devant voir leur production s'arrêter d'ici au maximum 2025[7].

L'un des programmes les plus importants en cours est celui sur des turbines d'hélicoptères plus puissantes et moins cher à l'entretien, le Advanced Affordable Turbine Engine. Le futur moteur, soit le Honeywell/Pratt & Whitney HPW3000, soit le General Electric GE3000, devra avoir une puissance de 3 000 cv, soit une augmentation de 50% de puissance par rapport à l’actuelle turbine General Electric T700, avoir une réduction de consommation de carburant de 25%, permettre une diminution de 35% des frais de maintenance et une durée de vie plus longue de 20%. Une production initiale à faible taux est prévue à partir de 2022/2023[8].

Au niveau des appareils, la Army National Guard dispose d'un total de 1 500 hélicoptères début 2014 mais des propositions de l'US Army suite aux réductions du budget de la défense veulent effectuer des transferts de types d'appareils aux unités d'active baissant le parc à 1 200 hélicoptères soit le tiers du total de la flotte aérienne de l'Army[9]. Au total, la flotte d'hélicoptères de l'US Army d'active sera réduite de 25%, celle de la Garde nationale de 8%[10].

Moyens aériens[modifier | modifier le code]

Un Beechcraft RC-12P de renseignement, surveillance et reconnaissance.

Voici un résumé des moyens aériens de l'U.S. Army en 2003 :

  • 380 Boeing (Hugues/McDD) AH-64 A Apache dont 147 en écoles, réserve, centre d'entraînement - hélicoptère d'assaut
  • 346 AH-64 D dont 126 en écoles, réserve, centre d'entraînement - hélicoptère d'assaut
  • 458 Bell OH-58 A/C Kiowa - hélicoptère léger d'assaut/reconnaissance
  • 372 Bell OH-58 D (aurait dû être remplacé par 368 Bell ARH-70 dérivé du Bell 407 dans les années 2010 mais le programme a été abandonné en 2008[11]; en février 2014, on propose qu'il soit retiré d'ici 2017[12])
  • 1 569 Sikorsky UH-60 Black Hawk - hélicoptère polyvalent
  • 422 Bell UH-1 Iroquois - hélicoptère utilitaire (est remplacé depuis 2008 ainsi que les OH-58 A/C par 345 UH-72A Lakota)
  • 461 Boeing CH-47 Chinook - hélicoptère de transport lourd
  • 169 Bell TH-67 Creek - hélicoptère école (en février 2014, on propose qu'il soit retiré d'ici 2017 remplacé dans son rôle par les Lakota)
  • 299 avions de transport, de liaison dont une cinquantaine d'écoute électronique dont plusieurs versions du Beech C-12 Huron

Soit un total de 4 476 appareils.

Il faut noter la présence de plusieurs dizaines de MH-6 Little Bird utilisés par les forces spéciales de l'USSOCOM.

En 2004, les divisions blindée et d'infanterie de l'US Army disposent chacune de :

  • 18 à 24 AH-64 Apache
  • 16 à 38 OH-58 Kiowa
  • 15 à 30 UH-60 Black Hawk

Organigramme actuel[modifier | modifier le code]

Organigramme de la 12e brigade d'aviation de combat en 2008.

Suite à l'annulation du programme Boeing/Sikorsky RAH-66 « Comanche », il était prévu en 2008/2009 que d'ici les années 2010, 501 « Apache » seront portés au standard AH-64E (anciennement AH-64D Block III[13]) qui sera au même niveau que le Comanche Block I moins la furtivité[14]; les 213 AH-64 A qui seront encore en service partiront à la Garde nationale et à la Réserve. L'objectif en 2022 est alors de 634 AH-6 E remplaçant toutes les autres versions précédentes[15].

À la livraison du premier exemplaire à l'US Army le 2 novembre 2011, il est prévu un total de 690 exemplaires ayant ce standard[16] et en début 2014, on prévoit le transfert de l'ensemble des Apaches aux unités d'actives.

Les 20 brigades d'aviation sont en théorie parfaitement identiques dans leur organisation avec l'équivalent d'une mini force aérienne pour chacune des dix division d'active de l'US Army, des huit de la garde nationale des États-Unis, du United States Army Europe et du United States Army Alaska. Elles ont été baptisées Combat Aviation Brigade et comptent 2 600 militaires[17], les annonces de 2014 devant changer le format ci dessous :

Pour les 8 brigades lourdes :

  • 2 bataillons d'attaque (2 x 24 AH-64)
  • 1 bat. de manœuvre (30 Black Hawk : pouvant transporter en une seule rotation un bat. d'infanterie)
  • 1 bat. de soutien (12 Chinook, 8 hélicoptères de commandement, 12 hélicoptères ambulance)
  • 1 bat. de drones
  • 1 unité de maintenance
  • 1 brigade Aviation Element (chargée de la coordination 3D des opérations, des transmissions, de la coordination avec les brigades terrestres…)

Soit entre 100 et 120 voilures tournantes par division, sous le contrôle direct du commandant de cette division, ce qui évite de passer par le corps d'armée pour avoir des moyens aériens significatifs comme auparavant.

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de la guerre terrestre, Elsevier Séquoia, Bruxelles,‎ 1977, 248 p. (ISBN 2-8003-0227-5), p. 194
  2. Général Andrè Martini, L'histoire de l'aviation légère de l'armée de terre 1794-2004, Paris, Lavauzelle,‎ 2005, 214, 215 p. (ISBN 2-7025-1277-1)
  3. Statistics about the Vietnam War, 2 juin 2008
  4. (en) Aviation, U. S. Army Institute of Heraldry
  5. (en) Gates: Splitting Tanker Would Add $14 Billion More, Defense News, 14 avril 2009
  6. Philippe Chapleau, « L'aéromobilité au menu des Rencontres parlementaires Terre-Défense », Ouest-France,‎ 24 janvier 2012 (consulté le 26 janvier 2012)
  7. (en) Stephen Trimble, « US army aviators raise concerns about uncertain outlook », Flight International,‎ 14 janvier 2011 (consulté le 15 février 2011)
  8. Pascal, « Apache & Black-Hawk bientôt remotorisés ! », sur avia news,‎ 24 novembre 2013 (consulté le 10 janvier 2014)
  9. (en) David Axe, « The Army National Guard Is About to Lose a LOT of Helicopters », sur War is Boring,‎ janvier 2014
  10. AFP, « Orientations budgétaires du Pentagone : les principales mesures », sur Boursorma,‎ 24 février 2014 (consulté le 25 février 2014)
  11. Army Press Service. "Armed Reconnaissance Helicopter program halted, need for capability remains". Army News. 17 octobre 2008. Accédé le 2 mars 2009.
  12. (en) Chuck Hagel, « FY15 Budget Preview », sur Département de la Défense,‎ 24 février 2014 (consulté le 26 février 2014)
  13. (en)Richard Whittle, « Army Loves AH-64D Block III Enough To Call It Echo; Will Taliban Call It The Echo Monster? »,‎ 22 octobre 2012 (consulté le 25 octobre 2012)
  14. (en) Apache blocl III : program kicks off as contract signed, 31 juillet 2008, Defense Industry Daily
  15. Air et Cosmos n° 2163, 13 mars 2009
  16. (en) Carole Thompson, « Boeing, US Army Mark Delevery of 1st AH-64D Apache Block III », sur Boeing,‎ 2 novembre 2011 (consulté le 24 novembre 2011)
  17. (en) US Army Combat Aviation Brigade To Deploy Early To Iraq, Staff Writers, Agence France-Presse, 16 mars 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :