Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Amélie Poulain)
Aller à : navigation, rechercher

Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain

Description de l'image  Amélie, titre (recolorisé).png.
Réalisation Jean-Pierre Jeunet
Scénario Jean-Pierre Jeunet
Guillaume Laurant
Acteurs principaux
Sociétés de production Jean-Marc Deschamps,
Helmut Breuer
et Claudie Ossard[1].
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Sortie 2001
Durée 129 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Café des 2 Moulins à Paris.

Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain est un film français réalisé par Jean-Pierre Jeunet et sorti en 2001. Il s’agit d’une comédie romantique écrite par Jean-Pierre Jeunet et Guillaume Laurant avec Audrey Tautou dans le rôle titre.
Le film est une représentation originale et parfois idéalisée de la vie contemporaine à Paris dans le quartier de Montmartre. Il s'agit d'un des plus gros succès mondiaux pour un film français.

Résumé[modifier | modifier le code]

Conçue le 3 septembre 1973, à 18 h 28 min 32 s, de la fécondation d'un ovocyte de Mme Amandine Poulain, née Fouet, par un spermatozoïde de M. Raphaël Poulain, Amélie Poulain est une petite fille qui passe son enfance à Enghien-les-Bains. Elle grandit isolée des autres enfants car son taciturne docteur de père lui diagnostique à tort une maladie cardiaque : son père ne la touchait jamais en dehors des examens médicaux, d’où l’emballement de son pouls lorsqu’il le mesurait. Sa mère, tout aussi névrosée que son père est inhibé, meurt alors qu’Amélie est encore jeune, heurtée accidentellement par une touriste québécoise qui avait résolu de se suicider en se jetant du haut de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Son père se renferme alors davantage et dévoue sa vie à la construction maniaque d’un mausolée consacré à sa défunte épouse. Livrée à elle-même, Amélie développe une imagination étonnamment riche.

Devenue une jeune femme, Amélie est serveuse dans un petit café de Montmartre, le Café des 2 Moulins, tenu par une ancienne artiste de cirque et occupé par des employés et des clients hauts en couleurs. À 23 ans, Amélie mène une vie simple ; ayant abandonné toute relation sentimentale après des tentatives ratées, elle prend goût à des plaisirs simples comme faire craquer la crème brûlée avec une cuillère, faire des ricochets sur le canal Saint-Martin, mettre sa main dans un sac de grains, essayer de deviner combien de couples parisiens ont un orgasme à chaque instant (« Quinze ! », chuchote-t-elle à la caméra) et laisse libre cours à son imagination.

Sa vie bascule la nuit de la mort de la princesse Diana, le 31 août 1997. Dans un enchaînement de circonstances suivant le choc de l’annonce, elle découvre derrière une plinthe descellée de sa salle de bain une vieille boîte métallique de bergamotes de Nancy remplie de souvenirs cachés par un garçon qui vivait dans son appartement 40 ans avant elle. Fascinée par sa découverte, elle se met à la recherche de la personne maintenant adulte qui avait placé la boîte afin de la lui rendre, tout en établissant un marché avec elle-même : si elle le retrouve et le rend heureux, elle consacrera sa vie à aider les autres, sinon, tant pis.

Après quelques erreurs et un minutieux travail de détective (aidée par le reclus Raymond Dufayel, un peintre surnommé l’« homme de verre » à cause d’une ostéogenèse imparfaite), elle met la main sur l’identité de l’ancien occupant des lieux, place la boîte dans une cabine téléphonique et fait sonner le téléphone pour attirer cet homme alors qu’il passe à proximité. Lorsqu’il ouvre la boîte, il subit une révélation. Tous ses souvenirs oubliés d’enfance lui reviennent soudain à la mémoire. Elle le suit de loin jusque dans un bar et l’observe sans se découvrir. En voyant les effets positifs sur lui, elle décide de répandre le bien dans la vie des autres. Amélie devient alors une sorte d’entremetteuse secrète ange gardienne. Elle persuade son père de poursuivre son rêve de faire le tour du monde (avec l’aide d’un nain de jardin et d’une amie hôtesse de l’air). Elle met également son grain de sel dans la vie des gens qu’elle côtoie au travail, d'ailleurs elle s’arrange pour que deux d’entre eux tombent amoureux : Georgette, l'hypocondriaque, et Joseph, un homme particulièrement jaloux. Elle rédige aussi un faux courrier à l'intention de sa concierge terriblement dépressive depuis la mort de son mari, courrier prétendument écrit par le mari, et qui aurait été égaré il y a trente ans par la Poste ; tandis qu'elle venge Lucien des vexations continuelles que lui fait subir son patron M. Colignon.

Mais alors qu’elle s’occupe des autres, personne ne s’occupe d’elle. En aidant les autres à obtenir leur bonheur, elle se met face à sa propre vie solitaire, s'identifiant à mère Teresa, et ses relations chaotiques avec Nino Quincampoix, un jeune employé de sex-shop décalé qui collectionne les photos d’identité jetées sous les cabines Photomaton et dont elle est tombée amoureuse, ne sont pas pour arranger les choses. Bien qu’elle l’intrigue avec diverses méthodes détournées pour le séduire (dont notamment une sorte de chasse au trésor pour récupérer un de ses albums photos perdu), elle reste terriblement timide et se sent systématiquement incapable de l’approcher. Elle doit recevoir les conseils de Raymond pour comprendre que l’on peut poursuivre son bonheur tout en s’assurant de celui de ses amis et voisins.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

L’épicerie de monsieur Collignon, rue des Trois-Frères, à Paris.

Distribution complète[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Avec 23 115 858 entrées, Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain est, au 21 janvier 2013, le 2e plus gros succès international (hors de France) d'un film français en langue française depuis qu'Unifrance collecte les données (1994), derrière Intouchables et ses près de 31 000 000 d'entrées monde (hors France) au 21 janvier 2013 (film toujours en exploitation à travers le monde à cette date)[3]. En y ajoutant les 9 290 000 entrées réalisées en France, le film totalise 32 405 858 entrées dans le monde entier, soit le cinquième plus grand succès en nombre d’entrées (France + Monde), d'un film français quelle que soit sa langue de tournage, depuis qu'Unifrance collecte les données (1994) après Intouchables (1er avec plus de 51 millions d'entrées - près de 19,5 millions en France et 31 millions dans le monde en mars 2013 alors que le film était toujours exploité en salles dans certains pays à cette date[4] ), Taken 2 (2e avec près de 51 millions d’entrées), Le Cinquième Élément (3e avec plus de 43 millions d’entrées) et Taken (4e avec 33 millions d'entrées). Lorsqu'on exclut les entrées en France, le film Taken 2, suivi du Cinquième Élément et de Taken composent le tiercé de tête d'une production française toutes langues de tournage confondues, alors qu'Intouchables, quatrième, reste le plus grand succès en langue française devant Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain.

Le film a rapporté au box-office 173 921 954 $ dans le monde entier[5].

Nombre d’entrées (liste non exhaustive ; pays à plus de 100 000 entrées ; par ordre alphabétique des pays)

Pays Entrées Source
Alt=Image de la Terre Mondial 32 400 000 entrées[3] Unifrance
Drapeau de l'Autriche Autriche 282 000 entrées lumiere
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 3 198 000 entrées lumiere
Drapeau de l’Argentine Argentine 373 853 entrées Unifrance
Drapeau de l'Australie Australie 763 000 entrées Unifrance
Drapeau de la Belgique Belgique 617 000 entrées lumiere
Drapeau du Brésil Brésil 331 000 entrées Unifrance
Drapeau du Canada Canada (Drapeau : Québec Québec) 572 000 entrées Unifrance
Drapeau de la Colombie Colombie 143 000 entrées Unifrance
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 300 000 entrées Unifrance
Drapeau du Danemark Danemark 148 660 entrées lumiere
Drapeau de l'Espagne Espagne 1 747 046 entrées lumiere
Drapeau des États-Unis États-Unis 5 931 000 entrées lumiere
Drapeau de la Finlande Finlande 206 000 entrées lumiere
Drapeau de la France France 8 636 041 entrées lumiere
Drapeau de la Hongrie Hongrie 171 000 entrées lumiere
Drapeau de l'Inde Inde 107 000 entrées Unifrance
Pays Entrées Source
Drapeau d’Israël Israël 177 617 entrées Unifrance
Drapeau de l'Italie Italie 1 881 000 entrées lumiere
Drapeau du Japon Japon 1 305 057 entrées eiren.org (ja)
Drapeau du Mexique Mexique 253 938 entrées Unifrance
Drapeau de la Norvège Norvège 160 000 entrées lumiere
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 345 000 entrées lumiere
Drapeau de la Pologne Pologne 751 000 entrées lumiere
Drapeau du Portugal Portugal 168 000 entrées lumiere
Drapeau de la République tchèque République tchèque 281 000 entrées lumiere
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 1 000 107 entrées lumiere
Roumanie Roumanie 175 000 entrées lumiere
Drapeau de la Russie Russie 227 000 entrées Unifrance
Drapeau de la Suède Suède 351 000 entrées lumiere
Drapeau de la Suisse Suisse 677 397 entrées Procinema.ch
Drapeau de la République de Chine Taïwan 107 002 entrées Unifrance
Drapeau de la Turquie Turquie 133 519 entrées lumiere

Le film fut sélectionné par le New York Times dans les 1 000 meilleurs films jamais réalisés[6]. Il figure également à la 50e place du Top 250 des films de l'Internet Movie Database, classement basé sur les votes du public, avec une note moyenne de 8,5/10[7].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le film a été globalement très bien accueilli par la critique. Il recueille 90 % de critiques positives, avec un score moyen de 8.1/10 et sur la base de 172 critiques collectées, sur le site internet Rotten Tomatoes[8]. En 2008, le magazine Empire l'a classé à la 196e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps[9]. Le personnage d'Amélie a aussi été classé 45e des meilleurs personnages de cinéma de l'histoire par ce même magazine[10].

En France, la revue de presse d'AlloCiné, qui se base sur les critiques des principaux journaux et magazines français, attribue au film une note de 4,3/5[11]. Le Journal du dimanche parle d'un « petit bijou » qui met « la tête et le cœur en joie », Le Parisien estime que « le mot chef-d'œuvre reprend tout son sens », Première « en redemande pour le plaisir des yeux, pour rêver qu'on va changer de vie », Positif met en avant « une esthétisation du moindre plan et une composition minutieuse du décor », Le Monde évoque une « débauche de moyens et de talents » qui aurait pu conduire à l'indigestion s'il n'y avait « un vrai mystère, un espace pour l'imagination et le rêve »[11].

Toutefois, certains critiques comme Serge Kaganski des Inrockuptibles l’ont attaqué pour sa représentation irréaliste et pittoresque de la société française contemporaine dans un univers de carte postale d’une France d’autrefois avec très peu de minorités ethniques — ce qu'il considère être une forme de lepénisme latent[12],[13]. Alors que Paris est une ville cosmopolite et que Montmartre, où se situe l’action, touche Barbès, quartier métissé (Barbès - Rochechouart), très peu d’immigrés sont visibles dans le film. Si le réalisateur a souhaité créer une vision idyllique d’un Paris parfait, il semble qu’il ait trouvé nécessaire de faire disparaître toute trace de personne de couleur pour y parvenir, ont jugé les critiques. L'Humanité, de son côté, évoque « une bluette au style publicitaire » « dans un Montmartre de carte postale »[11].

D’autres, comme David Martin-Castelnau et Guillaume Bigot, ont estimé que ces critiques étaient injustifiées et qu’il s’agissait plutôt de la « bien-pensance libérale-libertaire » qui ne pouvait que rejeter la vision bienveillante et crédible des « petites gens ». Jean-Pierre Jeunet répondit à ces critiques en rappelant que Jamel Debbouze qui joue le rôle de Lucien est d’origine nord-africaine.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, cette liste provient d'informations de l'Internet Movie Database[14].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Dans ce film, Jeunet réintroduit des éléments du court-métrage Foutaises, notamment les « il aime / il n’aime pas » de la présentation des personnages.
  • Jean-Pierre Jeunet raconte dans les commentaires DVD que l’idée de l’album photo (des photos d’identités jetées) lui vient de l’auteur français Michel Folco qui avait tenu un tel album. Le droit à la propriété intellectuelle en France a empêché Jeunet d’utiliser ledit album, ce qui l’a contraint à embaucher des figurants (et des personnes du tournage) pour être pris dans ces clichés
  • Jeunet avait à l’origine écrit le rôle d'Amélie pour l'actrice britannique Emily Watson[17], dont il avait adoré l'interprétation dans Breaking the Waves[18] ; dans le script original, le père d’Amélie est un Britannique vivant à Londres. Cependant, le français d’Emily Watson se révéla insuffisant pour le film et à cause d’un emploi du temps incompatible avec le tournage de Gosford Park, Jeunet réécrivit le script pour une actrice française.
  • C'est en voyant l'affiche de Vénus Beauté (Institut) que Jeunet eut envie de faire faire des essais à Audrey Tautou pour le rôle d'Amélie[18]. Jeunet assure avoir été convaincu « au bout de trois secondes »[18], tout en précisant : « j'adore ça quand, pendant le casting, on ressent ce frisson de l'évidence »[18].
  • Le film ne fut pas sélectionné au Festival de Cannes. L’absence d’Amélie Poulain souleva une controverse à cause de l’accueil enthousiaste du public et des médias français en comparaison. Un précédent film de Jeunet, La Cité des enfants perdus, avait reçu un accueil plutôt mauvais à Cannes[19]. Gilles Jacob, le président du festival jugea le film « inintéressant »[20], bien qu’il n’eût vu qu’une version incomplète, notamment sans musique d’accompagnement.
  • La vieille boîte de souvenirs que l’héroïne découvre fortuitement derrière une plinthe est une boîte de bergamotes de Nancy, allusion aux origines lorraines du réalisateur. Il y en a une autre dans le film : Jean-Pierre Jeunet s’amusait, étant petit, à faire des ricochets sur le bassin du Parc Sainte-Marie à Nancy ; dans le film, Amélie Poulain reprend cette idée en s’amusant à compter les ricochets des cailloux sur le canal Saint-Martin.
  • Le film est entièrement étalonné dans les trois teintes vert, rouge et jaune.
  • Un autre film avec Audrey Tautou, Le Battement d'ailes du papillon, de Laurent Firode, sorti l'année précédente, s'est vendu en Corée et en Russie sous le titre de Amélie 2. Le film n'ayant aucun rapport avec l'original, il s'agissait d'une simple stratégie marketing de la part des distributeurs locaux.


Extraits vidéo et citations artistiques utilisés dans le film[modifier | modifier le code]

Le film utilise plusieurs extraits vidéo :

  • Une représentation télévisée de la chanteuse de gospel à la guitare sœur Rosetta Tharpe interprétant Modèle:Lan.
  • Un extrait des images du Critérium international de la route de 1997 où l'on voit un cheval courant au milieu du peloton.
  • Un extrait méconnu d'un spectacle, sûrement des années 1920 ou 1930[réf. nécessaire], où l'on voit un homme danser avec son chien.
  • Un extrait du documentaire Born for Hard Luck de Tom Davenport, montrant Peg Leg Sam avec une jambe de bois.
  • Un extrait du documentaire de 1998 Seventeen Seconds to Sophie (Dix-sept secondes pour Sophie) de Bill Cote.
  • Trois extraits du film Jules et Jim de François Truffaut :
    • Jules, Jim et Catherine courant sur un pont.
    • La scène du baiser pendant laquelle se trouve un insecte, apparemment non remarqué des créateurs du film, rampant le long de l’écran derrière les deux amoureux et semblant entrer dans la bouche de la femme. Ce passage est détaillé par la voix off et un cercle met en évidence l’insecte durant son déplacement.
    • Un bref extrait de Catherine (Jeanne Moreau) chantant sa chanson Le Tourbillon de la vie
  • Un extrait d'un flash spécial présenté par Benoît Duquesne et qui annonce la mort de la princesse Diana[21].

En ce qui concerne les citations picturales :

Quant aux autres arts,

  • Le père de l'épicier Colignon poinçonne les lauriers de sa femme la nuit dans le jardin et dit qu’il préfèrerait poinçonner les lilas, en référence à la chanson Le Poinçonneur des Lilas de Serge Gainsbourg.

Titre en langues étrangères[modifier | modifier le code]

Dans les autres langues, le film prend les titres suivants[22] :

  • Allemand : Die fabelhafte Welt der Amélie (Le Fabuleux Monde d’Amélie)
  • Anglais : Amélie/Amélie from Montmartre (Amélie de Montmartre)
  • Arabe : اميلي (Āmīlī)
  • Bulgare : Невероятната съдба на Амели Пулен (Neveroyatnata sădba na Ameli Pulen)
  • Chinois : 天使爱美丽 (Tiānshǐ Àiměilì)
  • Catalan : Amélie
  • Coréen : 아멜리에 (Amelie)
  • Croate : Amelie
  • Espagnol : Amélie
  • Espéranto : La Fabela Destino de Amélie Poulain
  • Finnois : Amélie
  • Gallois : Tynghedfen Anhygoel Amélie Poulain
  • Grec : Αμελί (Amelí)
  • Hébreu : אמלי (Amily)
  • Hongrois : Amélie csodálatos élete (La Vie fabuleuse d’Amélie)
  • Islandais : Hin stórkostlegu örlög Amélie Poulain
  • Italien : Il favoloso mondo di Amélie (Le Fabuleux Monde d’Amélie)
  • Japonais : アメリ (Ameri)
  • Lituanien : Amelija iš Monmartro
  • Persan : آملی (ʾĀmīlī)
  • Polonais : Amelia
  • Portugais : O Fabuloso Destino de Amélie Poulain
  • Roumain : Amelie
  • Russe : Амели (Ameli)
  • Slovène : Nenavadna usoda Amélie Poulain
  • Suédois : Amelie från Montmartre[23]
  • Tchèque : Amélie z Montmartru (Amélie de Montmartre)
  • Turc : Amélie
  • Ukrainien : Амелі (Ameli)

Influences[modifier | modifier le code]

Publicité[modifier | modifier le code]

Au Québec, en 2002 - 2003, les restaurants McDonald’s ont utilisé, pour accroître la vente de leurs nouvelles languettes de poulet, le slogan : « Le délicieux festin d'Émilie Poulet » sur des panneaux publicitaires. Les ayants droit du film ont réclamé 200 000 $ de dommages et intérêts pour cette allusion non autorisée au titre du film[24].

Une série de spots télévisés pour Groupama (compagnie d’assurances et services financiers) met en scène une jeune femme brune prénommée Cerise. Le style de ces publicités (réalisées par Sébastien Drhey) est une référence visiblement flagrante au film[25].

En 2009, les publicités télévisées de l'Agence nationale des services à la personne, imaginées par Fred & Farid[26], utilisent également un ton rappelant le film[27].

Autres[modifier | modifier le code]

En 2007, le groupe français Les Fatals Picards a composé une chanson intitulée Moi je vis chez Amélie Poulain dans son album Pamplemousse mécanique, chanson parodiant avec humour le monde trop parfait et trop gentil (donc ennuyeux) du film. Ils évoquent néanmoins la controverse concernant l’absence des « minorités » dans le film : « Enfin marron, façon de parler parce que si on fait un peu attention / On voit bien que les couleurs foncées, y en a pas des masses dans les environs ».

En 2007, à la télévision aux États-Unis, Bryan Fuller s’inspire de ce film, qui est son préféré, pour écrire la série Pushing Daisies ; le président de la chaîne ABC, Stephen McPherson, qui avait également beaucoup aimé le film, cherchait justement un contenu qui en reprendrait l’esprit[28].

En 2007, deux chercheurs ayant découvert en Équateur une nouvelle espèce de grenouilles qu'ils placent dans le genre Cochranella, la baptisent Cochranella amelie en l’honneur d'« Amélie, la protagoniste de l’extraordinaire film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, un film dans lequel les petits détails jouent un rôle important pour parvenir à la joie de vivre, comme le rôle important que les grenouilles Centrolenidae et tous les amphibiens et reptiles jouent dans la santé de notre planète », d’après l’article qu’ils font publier dans la revue scientifique Zootaxa pour faire part de leur découverte[29]. Cette espèce est maintenant placée dans le genre Teratohyla et est nommée Teratohyla amelie.

Le film In the Air (2009 au cinéma) fait référence au nain de jardin voyageur du père d'Amélie Poulain.

En 2013, le feuilleton Plus belle la vie s'inspire de l'histoire le temps d'une intrigue estivale, avec le personnage de Mélanie[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Allociné, consultée le 29 mars 2013.
  2. « Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain », sur JP's Box-Office (consulté le 9 septembre 2011)
  3. a et b Le cinéma français à l'étranger : Résultats de l'année 2009 et de la décennie - Unifrance [PDF]
  4. Voir page 8 du rapport 2012 " Le Fabuleux destin d'Intouchables et de Taken 2 " d'Unifrance http://www.unifrance.org/actualites/8594/PJ/medias/94462
  5. « Amelie », Mojo Box Office (consulté le 9 décembre 2010)
  6. (en) The Best 1,000 Movies Ever Made, sur le site du New York Times.
  7. « Top 250 », IMDb (consulté le 30 novembre 2011)
  8. « Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain », Rotten Tomatoes (consulté le 18 avril 2014)
  9. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », Empire (consulté le 26 mars 2011)
  10. (en) « The 100 Movie Characters », Empire (consulté le 22 juin 2011)
  11. a, b et c « Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain - Critiques Presse », AlloCiné (consulté le 9 décembre 2010)
  12. (fr) Serge Kaganski, « Rebonds : «Amélie» pas jolie », Libération,‎ 31 mai 2001 (lire en ligne).
  13. (fr) Serge Kaganski, « Pourquoi je n’aime pas Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain », Les Inrockuptibles,‎ 31 mai 2001 (lire en ligne).
  14. « Awards for Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain », IMDb (consulté le 9 décembre 2010)
  15. Le fabuleux destin d'Amélie Poulain Filming locations sur imdb.com
  16. (en) Variety.com
  17. (en) contactmusic
  18. a, b, c et d « Le Paris de Jean-Pierre Jeunet », Studio, no 158,‎ juillet-août 2000, p. 13
  19. (en) Janet Maslin, « Wistful, Uneasy Days at Cannes », The New York Times,‎ 4 juin 1995 (lire en ligne).
  20. (en) avclub
  21. [1]
  22. (en) « Release dates for Le fabuleux destin d’Amélie Poulain (2001): Also Known As (AKA) », sur l’Internet Movie Database.
  23. (sv)"Le fabuleux destin d'Amélie Poulain = Amelie från Montmartre". Smdb.kb.se. Accédé 18 octobre 2012.
  24. (fr) Réjean Bourdeau, « Le détenteur des droits d’Amélie Poulain réclame une part du fabuleux festin », La Presse,‎ 22 février 2003, E1, reproduit dans l’entrée « Poulain, Amélie » d’une liste d’aptonymes, sur le site du Centre canadien des aptonymes.
  25. http://www.strategies.fr/actualites/marques/r47011W/groupama-relance-vertement-sa-cerise.html
  26. (fr) GF, « Actualités / Vu à la télé : Service d’aide à la personne », Syndicat national de la publicité télévisée, 22 avril 2009. Consulté le 6 mai 2009.
  27. (fr) « L’ANSP lance sa nouvelle campagne : « l’effet papillon » », sur le site de l’ANSP. Consulté le 10 avril 2009.
  28. (en) Bill Carter, « A Touching Romance, if They Just Don’t Touch », The New York Times,‎ 5 juillet 2007 (lire en ligne).
  29. (en) Diego Francisco Cisneros-Heredia et Paúl Meza-Ramos, « An enigmatic new species of Glassfrog (Amphibia: Anura: Centrolenidae) from the Amazonian Andean slopes of Ecuador », Zootaxa, no 1485,‎ 28 mai 2007, p. 33–41 (ISSN 1175-5326 et 1175-5334, lire en ligne)
    « The specific name—a noun in apposition—of this new species of Glassfrog is for Amelie, protagonist of the extraordinary movie “Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain”; a movie where little details play an important role in the achievement of joie de vivre; like the important role that Glassfrogs and all amphibians and reptiles play in the health of our planet. »
  30. http://www.pblv-plusbellelavie.fr/archive/2013/07/18/melanie-au-coeur-d-une-intrigue-inspiree-du-film-d-amelie-po.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Storyboard - du dessin au film, no 1, septembre-novembre 2002, interviews et storyboard complet du film, p. 25 à 191.

Conférences[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]