Le Charme discret de la bourgeoisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Charme discret de la bourgeoisie

Réalisation Luis Buñuel
Scénario Luis Buñuel
Jean-Claude Carrière
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Comédie dramatique
Sortie 1972
Durée 102 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Charme discret de la bourgeoisie est un film français de Luis Buñuel, sorti en 1972.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Trois notables essaient de planifier un repas ensemble, mais des événements imprévus empêchent ce dîner.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Ce film dérègle les conventions et la bienséance de la bourgeoisie à l'occasion d'un repas sans cesse différé : l'évêque se fait embaucher, au tarif syndical, comme jardinier et l'ambassadeur, comme un chien, dévore une tranche de gigot sous la table[réf. nécessaire].

Les conventions du cinéma sont elles-mêmes remises en cause, quand les acteurs-convives découvrent qu'ils sont au milieu d'une scène de théâtre[réf. nécessaire].

Cependant, l'affiche du film, racoleuse, imposée par le distributeur, ne fut pas du tout du goût de Luis Buñuel, qui souhaitait définir lui-même les provocations qu'il exposait au public[réf. nécessaire].

Réception critique[modifier | modifier le code]

Le cinéaste Jean-Pierre Mocky apprécie le film. Dans une interview sur sa cinémathèque imaginaire donnée à la bibliothèque du film en 1999, il dit de Luis Bunuel : « En dehors de ses courts métrages, il n’a fait que deux films formidables Los Olvidados et, dans sa seconde période, Le Charme discret de la bourgeoisie. Dans ce film, Buñuel est devenu Marx Brothers. Toutes les scènes sont très bizarres[1]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Véronique Rossignol, « Jean-Pierre Mocky », La Bibliothèque du film,‎ 1999 (lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]