On connaît la chanson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On connaît la chanson

Réalisation Alain Resnais
Scénario Agnès Jaoui
Jean-Pierre Bacri
Acteurs principaux
Sociétés de production Arena Films
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau de la Suisse Suisse
Sortie 1997
Durée 120 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

On connaît la chanson est un film français coproduit avec le Royaume-Uni et la Suisse réalisé par Alain Resnais, sorti en 1997.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Odile (Sabine Azéma) et Claude (Pierre Arditi) forment un couple routinier. Claude voit d'un mauvais œil le retour à Paris de Nicolas (Jean-Pierre Bacri), un ancien amant d'Odile. Odile projette, quant à elle, d'acheter un grand appartement. Elle s'adresse à Marc (Lambert Wilson), agent immobilier dont Camille (Agnès Jaoui), la sœur d'Odile, guide et étudiante en histoire, s'éprend lors d'une visite des lieux. Mais Camille est sans le savoir convoitée par Simon (André Dussollier), employé du tyrannique Marc, et qui partage avec elle la passion de l'histoire. Simon pratique sans conviction son métier d'agent immobilier, en faisant notamment visiter à Nicolas une trentaine d'appartements.

Commentaires[modifier | modifier le code]

À partir du thème des apparences, Resnais s'inspire cette fois de l'auteur anglais Dennis Potter, qui avait l'habitude d'intégrer des chansons complètes dans le corps de ses fictions pour mieux fustiger la société britannique.

Des bribes de chansons interprétées en play-back (procédé déjà esquissé dans La vie est un roman) interviennent, par association libre, dans les chassés-croisés des six personnages principaux.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Chansons du film[modifier | modifier le code]

« On passe des années 30 (opérettes, revues, films) à la chanson d'aujourd'hui, de Sardou à Téléphone, de Claude François à Julien Clerc, avec un petit côté gold comme on dit dans les radios (les titres les plus connus). Jean-Pierre Bacri s'explique: « On cherchait de préférence des chansons très connues qui aient des refrains auxquels tout le monde puisse s'identifier, de vraies rengaines »[2]. »

— Hélène Hazera, Libération, 12 novembre 1997

Autour du film[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]