Coup de torchon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coup de torchon

Réalisation Bertrand Tavernier
Scénario Jean Aurenche et Bertrand Tavernier
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Sortie 1981
Durée 124 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Coup de torchon est un film français réalisé par Bertrand Tavernier, sorti en 1981.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1938. En Afrique-Occidentale française. Lucien Cordier (Philippe Noiret) est l'unique policier d'une petite ville coloniale. Méprisé de tous pour sa lâcheté et sa veulerie, il est l'objet de moqueries et de railleries. Lorsque son officier supérieur (Guy Marchand) lui fait prendre conscience de sa médiocrité, il va peu à peu se transformer en impitoyable assassin et se débarrasser de tous ses tourmenteurs, femme et maîtresse comprises par un jeu diabolique qui consiste à faire accuser d'autres que lui avant de les éliminer jusqu'à ce qu'il reste seul.

Autour du film[modifier | modifier le code]

À Saint-Louis du Sénégal, l'escalier à double volée circulaire ayant inspiré à Bertrand Tavernier la scène de la maison close[1]

Ce film est adapté du numéro 1 000 de la Série noire, 1 275 âmes (Pop. 1280 en version originale) de Jim Thompson qui se situe dans un petit village du Sud des États-Unis : les Noirs du Sud deviennent les Indigènes des colonies dans le film. Tavernier fait une transposition personnelle du récit de Voyage au bout de la nuit de Céline située dans l'Afrique coloniale à la veille de la Seconde Guerre mondiale tout en s'imprégnant de Voyage au Congo d'André Gide[réf. nécessaire].

Le film a été tourné au printemps 1981 dans le nord-ouest du Sénégal, notamment à Saint-Louis et aux environs de Louga.

Une scène figure la projection dans le village du film Alerte en Méditerranée avec Pierre Fresnay.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

et dans le film publicitaire "Galeries Barbès" :

Distinctions[modifier | modifier le code]

En perdant dans toutes les catégories dans lesquelles il était nommé, le film établit le record du film ayant le plus de nominations aux Césars sans aucune victoire. Ce record sera finalement battu en 2003 par le film Huit femmes, qui perdit ses 12 nominations, puis ensuite en 2013 par Camille redouble, qui en perdit 13.

  • 10 nominations aux César du cinéma 1982 (7e édition) :
    • César du Meilleur film français de l'année (Bertrand Tavernier)
    • César du Meilleur réalisateur (Bertrand Tavernier)
    • César du Meilleur acteur (Philippe Noiret)
    • César de la Meilleure actrice (Isabelle Huppert)
    • César du Meilleur acteur dans un second rôle (Eddy Mitchell)
    • César du Meilleur acteur dans un second rôle (Jean-Pierre Marielle)
    • César de la Meilleure actrice dans un second rôle (Stéphane Audran)
    • César du Meilleur scénario original ou adaptation (Bertrand Tavernier, Jean Aurenche)
    • César des Meilleurs décors (Alexandre Trauner)
    • César du Meilleur montage (Armand Psenny)
  • Nomination aux Oscars du cinéma 1983 (55e édition) : meilleur film étranger.
  • Prix de l'Athénée de Guipuzcoano au Festival de San Sebastián.
  • Prix du Public au Festival de Durban.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abdoul Hadir Aïdara, Saint-Louis du Sénégal d'hier à aujourd'hui, Grandvaux, 2004, p. 90

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cinématographe, n° 71, octobre 1981, p. 27 (entretien de Gilles Cèbe avec Bertrand Tavernier) et p. 31 (critique de Philippe Carcassonne)
  • Cinéma, n° 275, novembre 1981, p. 107 (critique de Jacqueline Nacache)
  • Cinéma, n° 277, janvier 1982, p. 84 (« Polémiques et débats », par Gaston Haustrate)
  • Image et Son-La Revue du Cinéma, n° 366, novembre 1981, p. 28 (critique de Gilles Cèbe) et p. 30 (entretien avec Jean Aurenche)
  • Image et Son-La Revue du Cinéma, n° 402bis, février 1985, p. 45 (fiche filmographique de Serge Champenier)
  • Positif, n° 248, novembre 1981, p. 57 (critique de Michel Sineux)
  • Positif, n° 418, décembre 1995, p. 104 (« L'Ambition poétique - Sur deux films de Bertrand Tavernier », article d'ensemble)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :