Amour (film, 2012)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Amour (homonymie).

Amour

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'équipe du film au festival de Cannes 2012.

Réalisation Michael Haneke
Scénario Michael Haneke
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France - Drapeau de l'Autriche Autriche
Genre Drame
Sortie 2012
Durée 2h06

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Amour est un film franco-autrichien réalisé par Michael Haneke, sorti le 24 octobre 2012.

Il obtient la Palme d'or au Festival de Cannes 2012 puis est ensuite nommé dans cinq catégories majeures des Oscars lors de la 85e cérémonie : Meilleur film, Meilleur réalisateur (Michael Haneke), Meilleure actrice (Emmanuelle Riva), Meilleur film étranger et Meilleur scénario original (Michael Haneke). Début janvier 2013, Amour gagne le Golden Globe du meilleur film étranger. Le 10 février 2013, le film remporte deux BAFTA au Royaume-Uni : Meilleur film étranger et Meilleure actrice pour Emmanuelle Riva.

Le 22 février 2013, il devient le deuxième long métrage, 32 ans après Le Dernier Métro de François Truffaut, à gagner les cinq Césars les plus prestigieux : Meilleur film, Meilleur réalisateur (Michael Haneke), Meilleur acteur (Jean-Louis Trintignant), Meilleure actrice (Emmanuelle Riva) et Meilleur scénario (Michael Haneke). En 2012, il était également devenu le premier film à remporter les quatre récompenses majeures des European Film Awards (meilleurs film, réalisateur, acteur et actrice). Le 24 février 2013, il obtient l'Oscar du meilleur film étranger.

Amour vaut donc à Haneke une série de récompenses, en 2012 et 2013, qu'aucun cinéaste n'avait obtenu pour un même film : la palme cannoise, le Golden Globe, le BAFTA et l'Oscar du meilleur film étranger ainsi que l'European Award et le César du meilleur film[1]. Aucun film non-anglophone n'avait cumulé autant de prix par le passé.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Georges et Anne sont octogénaires. Professeurs de musique à la retraite, ce sont des gens cultivés qui apprécient écouter du classique. Leur fille Eva, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’une petite attaque cérébrale. Lorsqu’elle sort de l’hôpital et revient chez elle, elle est hémiplégique. Dans le huis clos de leur appartement parisien, l’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve par la dégradation de l’état de santé d’Anne, car Georges lui a promis de ne jamais la renvoyer à l'hôpital.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

Lors de sa présentation en mai 2012 au 65e Festival de Cannes, le film bénéficie d'un excellent accueil public et critique. Il est rapidement perçu, aux côtés d’Au-delà des collines de Cristian Mungiu, Holy Motors de Leos Carax, Mud de Jeff Nichols et De rouille et d'os de Jacques Audiard, comme le candidat le plus sérieux à la Palme d'or[3]. Le 27 mai 2012, Amour se voit finalement décerner la récompense suprême et, le film de Mungiu excepté, aucun des autres favoris ne remporte de prix. Suite à la proclamation du résultat par le président du jury Nanni Moretti, Michael Haneke, Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva montent sur scène pour accepter la distinction et reçoivent une longue ovation debout de la part de l'assistance[4]. Moretti rappelle par ailleurs la contribution fondamentale des deux comédiens principaux, considérés, au même titre que la mise en scène, comme la principale raison de cette victoire[5]. En conférence de presse, il explique également que plusieurs jurés auraient voulu, en plus de la palme, attribuer au film les Prix d'interprétation féminine et masculine et éventuellement le Prix du scénario, ce qui n'a pas été possible en raison du règlement interdisant le cumul de trophées[6].

C'est la seconde fois que Haneke remporte la Palme d'or, trois ans après Le Ruban blanc en 2009. Il rejoint alors le club très restreint de réalisateurs deux fois palmés : Francis Ford Coppola, Shohei Imamura, Emir Kusturica, Bille August et les frères Dardenne[7].

Lors de la sortie du film le 24 octobre 2012, le site français Allociné recense une moyenne de 4,4/5, soit 17,6/20, sur 28 critiques de presse.

Arnaud Schwartz du quotidien La Croix parle d'un film « tout près d'être parfait sur le plan formel – si tant est que l'expression ait du sens, au-delà de la sensation d'extrême cohérence qu'elle traduit. »[8] Isabelle Régnier du Monde assure qu'« Amour est un film immense, un de ceux qui touchent à ce que l'humanité a de plus intime et de plus tragique ; qui vont chercher les larmes au tréfonds de votre être, vous laissent pantelant pendant un bon moment après en être sorti. »[9] Pierre Vavasseur du Parisien reste persuadé que le spectateur « sera pris à la gorge par ce cinéma dur et droit, débarrassé de toutes les fanfreluches, joué dans les derniers retranchements du courage par deux immenses acteurs » et qualifie le film de « (chef-d') œuvre inoubliable »[10]. Eric Libiot de L'Express parle d'une œuvre « impressionnante de maîtrise formelle - chaque plan dure le temps qu'il faut - puissante, émouvante, qui touche à l'intimité de chacun, digne, jamais larmoyante »[11]. Dider Péron de Libération qualifie le film de « somptueux »[12]. L'hebdomadaire Télérama se montre plus divisé. Louis Guichard est enthousiaste et qualifie le film de « sous-tendu par le goût de la vie — serait-elle derrière soi — et tendu vers le dehors, qu'Anne et Georges rejoindront finalement comme en rêve. » Pierre Murat se montre de son côté nettement plus sévère : « À quoi peut bien servir alors cet Amour qui en est si dépourvu ? Rappeler aux distraits et aux inconscients qu'avant de s'en aller sous terre nourrir les vers, ils finiront leur vie en bavoir et couche-culotte ? C'est ça, son film ? Cette banalité ? Cette évidence ? Mais tout le monde sait ça, tout le monde le redoute, pas besoin qu'on nous le rappelle avec tant de froideur et d'insensibilité. »[13].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. David Carzon, « Oscars 2013 : Argo bat Lincoln, rien pour Emmanuelle Riva », Télérama,‎ 25 février 2013 (lire en ligne)
  2. Exclusif: les tops et les flops du cinéma français en 2012 sur BFM TV.com, publié le 7 janvier 2013, Simon Tenenbaum et Jamal Henni.
  3. RFI « Palme d’or 2012 : Haneke et Mungiu favoris », consulté le 8 novembre 2012
  4. RTS « Cannes décerne la Palme d'or à Amour de Michael Haneke », consulté le 9 novembre 2012
  5. « Festival de Cannes: Amour de Michael Haneke remporte la Palme d'or », Le Nouvel Observateur,‎ 27 mai 2012 (lire en ligne)
  6. [vidéo] « Festival de Cannes : Palme d'or pour Amour de Michael Haneke », consultée le 8 novembre 2012.
  7. Romain Le Vern, « Amour : Michael Haneke, sa belle histoire d'amour avec Cannes », TF1,‎ 24 octobre 2012 (lire en ligne)
  8. "Amour : un appel à l'intelligence sur un sujet sensible de Michael Haneke", la-croix.com, 23 octobre 2012
  9. "Amour : comment c'est l'amour à la fin quand la vie vous lâche", lemonde.fr, 23 octobre 2012
  10. "Amour inoubliable", leparisien.fr, 24 octobre 2012
  11. {http://www.lexpress.fr/culture/cinema/amour_1177720.html "Amour"], lexpress.fr
  12. "Le couloir de l'amour", liberation.fr, 23 octobre 2012
  13. "Amour : critique", telerama.fr
  14. Amour prisé par les critiques américains, Le Figaro, 5 janvier 2013.
  15. "Amour", prix Signis du meilleur film européen, sur news.va, le 8 mars 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]