Mon oncle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Mon oncle (film, 1917)

Mon oncle

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Villa Arpel au Cent quatre.

Réalisation Jacques Tati
Scénario Jacques Tati
Jacques Lagrange
Jean L'Hôte
Acteurs principaux
Jacques Tati
Jean-Pierre Zola
Adrienne Servantie
Alain Bécourt
Pays d’origine France
Sortie 1958
Durée 110 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mon oncle est un film français réalisé par Jacques Tati, tourné en 1956 et 1957 et sorti en 1958.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Monsieur Arpel, riche industriel et fier de sa maison futuriste bardée de gadgets technologiques à l'utilité improbable, veut éviter que son beau-frère, M. Hulot, personnage rêveur et bohème, n'influence son fils. Il va essayer de lui confier un emploi dans son usine avant de l'éloigner.

Description[modifier | modifier le code]

Le film oppose le Paris traditionnel, tel qu'il existait encore au début des années 1950 à un monde en train d'émerger — où le paraître prend une place qu'on peut juger excessive : M. Arpel réprimande sa femme de faire fonctionner la fontaine de leur jardin au moment où il rentre chez lui (« ce n'est pas la peine, voyons, c'est moi ! »), et où l'on aseptise jusqu'aux tartines de pain. Plus tard, Arpel s'indigne de ce que Hulot ait finalement réussi à s'assoupir dans un canapé particulièrement inconfortable… en le plaçant sur sa tranche.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Vian sur Mon oncle[modifier | modifier le code]

« Le dernier film de Jacques Tati, Mon oncle, l'emporte encore en perfection sur ces deux classiques de l'écran que sont devenus Jour de fête et Les Vacances de M. Hulot. En vous présentant la musique originale, naïve et gaie de ce ravissant chef-d'œuvre, nous savons ce que nous faisons : nous vous offrons l'illustration sonore d'un film qui durera autant que les bandes immortelles de Chaplin… Et Tati est bien plus qu'un Chaplin français ; c'est un créateur original, un poète de la pellicule, un artiste aussi simple qu'il est bourré de talent. Tati c'est Tati : Il ne ressemble à personne et il faudrait se donner bien du mal pour lui ressembler. »

— Boris Vian, BOF de Mon oncle, disques Fontana

Autour du film[modifier | modifier le code]

Mon Oncle a été tourné en partie aux Studios de la Victorine à Nice (villa des Arpel), à Saint-Maur-des-Fossés (maison de M. Hulot) et Créteil (usine située non loin de la Marne) en région parisienne.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1958 : Prix spécial du Jury, Festival de Cannes
  • 1958 : Grand Prix de la Commission Supérieure Technique du Cinéma, Cannes
  • 1958 : Prix Méliès de l'Association française de la critique de cinéma
  • 1958 : Sélection dans les dix meilleurs films de l'année, New York Film Critics
  • 1958 : Médaille d'or de la Federazione Italiana del Circolo del Cinema, Italie
  • 1958 : Diplôme d'Honneur de la Resena Mundial, Mexico
  • 1958 : Prix San Jorge pour la meilleure photographie de films étrangers, Barcelone
  • 1958 : Diplôme Spécial du Jury au 10e Festival des Travailleurs, Tchécoslovaquie
  • 1958 : Plaques d'Or du meilleur film et du Meilleur Acteur, Plaques d'Argent du meilleur scénario et de la Meilleure Musique au Festival du Cinéma Français, Rio de Janeiro
  • 1958 : Kunniakirja Award, Finlande
  • 1958 : Golden Laurel Award au Festival du Film d'Edimbourg, Écosse
  • 1959 : Oscar du meilleur film en langue étrangère, Hollywood
  • 1959 : Prix Spécial du Jury au Festival de Mar del Plata, Argentine
  • 1959 : Meilleur Film, Meilleure Musique et Meilleure Photo, Critiques Brésiliens, Brésil

Critique[modifier | modifier le code]

Le film classé comme l'un des meilleurs films de tous les temps selon la presse[Laquelle ?] sur le site « Allociné » à égalité avec Les moissons du ciel de Terrence Malick, Le dictateur de Charles Chaplin, Les chaussons rouges de Michael Powell et Emeric Pressburger, Il était un père de Yasujiro Ozu, L'Éventail de Lady Windermere d'Ernst Lubitsch, ET l'extra-terrestre de Steven Spielberg, Le Mécano de la « General », de Clyde Bruckman et Buster Keaton, Les poings dans les poches de Marco Bellocchio, El topo d'Alejandro Jodorowsky, In girum imus nocte et consumimur igni de Guy Debord, Voyage au bout de l'enfer de Michael Cimino, Kagemusha, l'ombre du guerrier de Akira Kurosawa, et Aguirre, la colère de Dieu de Werner Herzog; ces 14 films[Quand ?] ayant obtenus la note critique maximale de 5 étoiles.

Hommage[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Reconstitutions de la « scène du poisson », le jardin de Mon oncle par Christophe Mallemouche au Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire
  • 2000 : Mon oncle, sculpture en bronze de Mélanie Quentin inaugurée à Saint-Maur-des-Fossés, sur le lieu du tournage du film[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]