Cette page est en semi-protection longue.

Persepolis (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Persépolis.

Persepolis

alt=Description de l'image PersepolisLogoTitre.jpg.
Réalisation Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi
Scénario Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre animation
Sortie 2007
Durée 95 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Persepolis est un long métrage d'animation franco-iranien de Vincent Paronnaud et Marjane Satrapi sorti en France le 27 juin 2007. Le film s'inspire de Persepolis, la bande dessinée autobiographique de Marjane Satrapi.

Présenté dans la sélection officielle du Festival de Cannes 2007, le film y a obtenu le prix du jury ex æquo avec Lumière silencieuse de Carlos Reygadas. Le film a été nommé pour l'Oscar du meilleur film d'animation 2007.

Persepolis a connu plusieurs polémiques et interdictions, notamment dans les pays musulmans.

Synopsis

Téhéran, 1978 : Marjane, huit ans, songe à l'avenir et se rêve en prophète de la galaxie. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les événements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Shah. Avec l'instauration de la « République islamique » débute le temps des « commissaires de la révolution » qui contrôlent tenues et comportements. Marjane, qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire.

Bientôt, la guerre contre l'Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère.

Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. Ses parents décident alors de l'envoyer en Autriche pour la protéger.

À Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l'adolescence, la liberté, les vertiges de l'amour mais aussi l'exil, la solitude et la différence.

De retour chez ses parents, elle va se marier, découvrant alors peu à peu la vie qui se déroule derrière les murs. Mais elle décide de divorcer, voyant que son mari profite un peu d'elle. Devenant de plus en plus rebelle, mais cette fois en créant de vrais problèmes, les parents de Marjane décident de l'envoyer en France, en lui précisant bien qu'elle ne doit pas revenir, en aucun cas. Après quelque temps, Marjane revient a l'aéroport, voulant contredire ses parents et revenir en Iran, mais après mûre réflexion, elle ne prend pas son avion et repart chez elle, à Paris.

Fiche technique

Marjane Satrapi à une avant-première du film.

Distribution

Voix originales

Voix anglaises

Bande originale

  • Persépolis thème
  • Téhéran disco
  • Tout ce qui est à vous m'appartient
  • Manifestations
  • La bonne leçon
  • L'épopée d'anouche
  • Le prolétariat
  • Va-t-en !
  • La guerre
  • Master of the monsters (50 Toumans)
  • Dans la vie, tu rencontreras beaucoup de cons
  • Marche persane
  • Balèze
  • Rosen aus dem Süden
  • Musique de merde
  • Frenchie
  • Flower power
  • Love and hate
  • Sachertorte
  • Eye of the Tiger
  • Gole Yakh

Polémiques et interdictions

La république islamique d'Iran s'est inquiétée de la sélection de ce film présentant ce qu'elle estime être « un tableau irréel des conséquences et des réussites de la révolution islamique » et en a diffusé une version censurée[1]. Persepolis fut également interdit de diffusion au Liban fin mars 2008[2] durant un temps, avant que la polémique nationale n'aboutisse à la levée de cette interdiction[réf. nécessaire].

Suite à la diffusion du film en Tunisie le 7 octobre 2011, environ 200 salafistes ont tenté de brûler l'immeuble qu'occupe la chaîne de télévision Nessma[3] avant de s'attaquer au domicile de son PDG, Nabil Karoui, quelques jours plus tard[4]. Toutefois une manipulation en provenance des services de sécurité en cette période de campagne électorale n'est pas à exclure[5].

Programmé à la Cinémathèque de Tanger qui accueille les 25 ans de la Fondation Groupama Gan pour le cinéma, "Persepolis" avait reçu le visa d’exploitation du Centre cinématographique marocain (CCM) et devait être projeté à trois reprises en juillet 2012. Toutefois, et sans la moindre explication, la Cinémathèque de Tanger a annulé les projections prévues du film de Marjane Satrapi, le long-métrage est remplacé par « Séminaire du manifeste des voleurs » et « Une vie de chat ». Le film a disparu du site internet de la Cinémathèque de Tanger.[réf. nécessaire]

Distinctions

Notes et références

  1. « Persepolis » anime Téhéran ; écrans ; 24 mai 2007
  2. « Persépolis interdit au Liban », La Libre Belgique, 26 mars 2008
  3. Tunis: les salafistes en colère sur le site du Figaro. Publié le 9 octobre 2011.
  4. Persepolis: le domicile du PDG de Nessma TV attaqué. Publié le 14 octobre 2011.
  5. « De Sousse à Nessma Tv, un manifestant omniprésent… », sur webdo.tn,‎ 9 octobre 2011 (consulté le 19 janvier 2013)

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes