Valdrôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Valdrôme
Le village (au premier plan) en 2008.
Le village (au premier plan) en 2008.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Le Diois
Intercommunalité Communauté de communes du Diois
Maire
Mandat
Jean Aramburu
2014-2020
Code postal 26310
Code commune 26361
Démographie
Gentilé Valdrômois
Population
municipale
144 hab. (2014 en augmentation de 2,86 % par rapport à 2009)
Densité 3,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 30′ 18″ nord, 5° 34′ 25″ est
Altitude Min. 766 m
Max. 1 760 m
Superficie 41,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Valdrôme

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Valdrôme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Valdrôme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Valdrôme

Valdrôme est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Valdrôme est un village de la Drôme, et plus particulièrement du Diois. Se trouvant dans une cuvette juste au-dessous de celui de La Bâtie-des-Fonds, source de la rivière Drôme, construit sur un éperon rocheux, le village a la particularité d'être desservi par des ruelles parallèles sur trois niveaux et celles-ci sont reliées par des escaliers abrupts appelés « cantons ». Quand on circule sur l'un des sentiers quadrillant la cuvette, on peut découvrir la localité dans son cocon de verdure. Les maisons ont gardé leur aspect d'autrefois et sont restaurées.

Le point culminant de la commune se situe à la montagne du « Duffre » (altitude 1 757 m), en limite du département des Hautes-Alpes.

Outre le village principal, les hameaux composant la commune sont à l'est Le Cheylard, Le Bourg à l'est au pied du village, Vaugelas à l'ouest à la sortie du village en montant sur le col de Rossas, Brezès après Vaugelas au pied de la montagne de Tarsimoure, Rossas posé sur le Serre de Sarestier dominant la route du col de Rossas et Les Bascoux sur les flancs sud de la montagne de Tarsimoure en montant sur la route du col de Rossas.

Neuf communes sont limitrophes de Valdrôme[1] :

Communes limitrophes de Valdrôme
Charens Beaurières, Les Prés
Saint-Dizier-en-Diois Valdrôme La Bâtie-des-Fonds
Bruis (Hautes-Alpes) Montmorin (Hautes-Alpes)
L'Épine (Hautes-Alpes)
La Piarre (Hautes-Alpes)

Transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par les routes départementales 306 (reliant la RD 93 depuis Valence et Luc-en-Diois au chef-lieu de la commune) et 106 (reliant Establet à La Bâtie-des-Fonds). À l'ouest, une RD 106a dessert le village de Rossas, et au sud, une RD 806 dessert la station de ski[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Présence préhistorique ( fouilles )

Valdrôme est connue dès l'époque gallo-romaine sous le nom de Vallisdroma. Au Moyen Âge, on entre dans le village par trois portes dont deux ont disparu : ne reste que le portail Sainte-Catherine. À l'emplacement de l'école actuelle se trouvait la commanderie de Saint-Jean de Jérusalem, étape et hôpital pour les pèlerins se rendant en Terre sainte.

Fief des comtes de Die qui le morcelèrent par suite d'héritages en vingt co-seigneuries.

Alors que les habitants se rallient très tôt aux idées de la Réforme, le temple est construit vers 1600 sur l'emplacement du temple actuel.

À la révocation de l'édit de Nantes, 42 familles émigrent et les Valdrômois connaissent les vexations, les dragonnades et les galères.

La Révolution est bien accueillie. Elle permet aux éleveurs, très pauvres, de faire pâturer leurs troupeaux sur les terres du seigneur, devenues biens nationaux.

À partir de 1900, une transformation profonde se produit dans les conditions de vie des habitants : les routes s'ouvrent, l'élevage du mouton et la culture de la lavande deviennent plus rémunérateurs.

Le village est connu pour avoir été, au XXe siècle, une vraie pépinière d'enseignants : la religion protestante, basée sur la lecture de la Bible, constitue un moteur puissant contre l'illettrisme. Et Valdrôme est l'un des rares villages à ne pas posséder d'église catholique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  mars 2008 Jean Louis Gondoin    
mars 2001 mars 2008 Élisabette Garagnon    
mars 2008 en cours
(au 31 octobre 2014)
Jean Aramburu[2] SE Retraité de l'enseignement

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2014, la commune comptait 144 habitants[Note 1], en augmentation de 2,86 % par rapport à 2009 (Drôme : +3,35 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 213 678 1 145 1 106 1 178 1 144 1 022 977 955
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
874 852 765 713 687 720 622 609 586
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
594 556 522 469 434 393 381 282 249
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
199 158 149 151 117 118 134 142 144
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Valdrôme a subi fortement l'exode rural.

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité principale de la commune reste l'agriculture et l'élevage. On trouve des prés (herbe et luzerne) et des céréales dont le seigle, l'orge et principalement le blé. Il reste aussi quelques champs de lavande (variété différente du lavandin cultivé en Drôme provençale) qui était au vingtième siècle et jusqu'au milieu des années 1980 une activité très importante de la commune (en témoignent les nombreux vestiges d'alambics présents sur la commune).

Historiquement, l'élevage consiste en quelques troupeaux de moutons et brebis (viande), des chèvres (lait, fromage). Depuis la fin des années 1980, on a vu l'installation d'un troupeau de vaches.

Le tourisme est une autre composante de l'économie à travers sa station de ski (voir plus bas).

On peut aussi citer l'activité forestière, pin et mélèze principalement.

Enfin, on peut trouver une menuiserie sur le quartier de Rossas.

Tourisme et loisirs[modifier | modifier le code]

Randonnée[modifier | modifier le code]

250 km de sentiers pédestres sillonnent la cuvette de Valdrôme … des sentiers parfaitement balisés et entretenus … Un carto-guide permettra de choisir les circuits.

Les sentiers de « promenade » à thèmes sont :

  • le sentier de découverte de la Sarcéna (livret) jalonné par des totems et des jeux interactifs qui abordent certains sujets sur la faune et la flore (départ à Pré Pourri) ;
  • le sentier du Dahu : un livret propose de découvrir les différentes facettes du village sous forme d'enquêtes policières ;
  • le sentier panoramique du « Ruche » près du village signale les noms des différents sommets et hameaux du village (dépliant) ;
  • la cascade de Putaval, c'est l'objectif d'une « balade » le long d'un cours d'eau limpide et tumultueux ;
  • et pour les sportifs : un parcours ombragé de 11 obstacles et 2 parcours jogging (5 et 10 km) techniques et variés ;
  • des sentiers lavande conduisent sur les domaines de la lavande vraie (dépliant).

Ski et sports d'hiver[modifier | modifier le code]

Le stade de neige de Valdrôme propose une dizaine de pistes de ski alpin sur les flancs de « La Pyramide » (alt. 1 734 m). Le dénivelé (430 m), le profil alpin de la montagne et le panorama en fait un très bon site d'initiation.

Également 25 km environ d'itinéraires nordiques. Chalet restaurant, location de matériel sur place (9 km du village à 1 300 m d'alt.).

Tir à l'arc[modifier | modifier le code]

Alliant randonnée, découverte d'un milieu en sous-bois et tir à l'arc sur cibles animalières.

On utilise des arcs puissants et sans viseur pour un tir instinctif ! Chaque cible diffère par sa taille, la distance de tir, sa situation dans la végétation ou le relief. C'est un sport dynamique pour ceux qui ont un faible pour la nature…

Randonnée équestre ou accompagnée avec mule de bât[modifier | modifier le code]

À l'image des anciens colporteurs, avec une mule de bât, le randonneur, soulagé du fardeau, peut laisser ses sens s'exalter et découvrir le monde qui l'entoure.

Randonnée équestre sur tous les itinéraires : le Haut Diois, Le Vercors. Du sur-mesure pour répondre à ses envies, pour qu'il s'évade en toute sécurité.

De 1 à plusieurs jours : pour les groupes, amis, associations…

Vélo tout terrain[modifier | modifier le code]

Valdrôme dispose d'un centre VTT agréé qui propose 18 circuits soit 390 km de sentiers balisés. Ce sont des parcours pour vététistes passionnés de sentiers pentus, techniques et sauvages. Certains sont destinés à ceux qui affectionnent les pentes grisantes, d'autres pour ceux qui préfèrent les beaux sentiers ondulant sur les versants de la cuvette…

Cyclisme[modifier | modifier le code]

7 circuits en étoile autour de la cuvette de Valdrôme, longs de 80 à 103 km, ont chacun leurs particularités, leurs paysages, leurs cols… Le choix de ces tracés a été fait en fonction de leurs intérêts et surtout en utilisant des routes qui offrent l'avantage d'être peu fréquentées.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Dans les montagnes, il n'est pas rare de croiser des chamois et dans certains secteur (station de ski) des marmottes (assez difficiles à voir). De nombreux rapaces habitent les lieux, des milans et aigles ou même des vautours venus de Rémuzat survolent le secteur.

Dans les forêts ou au travers des prés, ce sont les chevreuils, les sangliers ou les lièvres qui font le bonheur des chasseurs. On trouvera aussi des renards et blaireaux au détour d'une draille. Des témoignages font état d'une possible présence du loup.

De nombreuses observations soulignent la grande richesse des papillons, bénéficiant de la variété des habitats avec l'étagement altitudinal et d'un environnement très peu perturbé par les activités humaines.

Flore[modifier | modifier le code]

La flore locale bénéficie de la convergence des influences alpines et méditerranéennes, offrant une large variété d'essences et de fleurs. La commune est principalement recouverte de forêt abritant des pins, des mélèzes et des sapins en bien moindre quantité. Concernant les feuillus on trouve des fayards, des frênes ainsi que des saules aux alentours des sources et ruisseaux ces derniers servant autrefois à la vannerie.

Liés au anciennes pratiques agricoles, on trouve encore des tilleuls, noyers, pommiers, pruniers, cognassiers, poiriers...

Parmi les fleurs, la lavande reste l'emblème du pays et il sera facile d'en trouver à l'état sauvage lors d'une balade. De même, au début du mois d'août, ce sont les framboises que l'on trouve en nombre au bois de la Sacrcena et à travers les Casses, elles régaleront les promeneurs. En septembre et octobre, les champignons poussent dans les sous-bois (pied-de-mouton, sanguin et petit-gris).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Vaugelas : maison forte rectangulaire des XVe et XVIe siècles avec deux tours rondes.
  • Vestiges d'enceinte du castrum médiéval.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Léopold Chabal, Autrefois… Valdrôme

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Carte de Valdrôme sur Géoportail.
  2. Valdrôme sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 31 octobre 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.