Képi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Képi de service courant de général de division français

Le képi est un couvre-chef d'origine militaire portés dans les forces armées ou dans certains métiers civils.

Il n'est généralement porté que par les hommes, le calot ou autre chapeau étant préféré pour les femmes.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot képi est emprunté à l'alémanique Käppi. C'est un diminutif de l'allemand Kappe, « chapeau », lui-même emprunté (VIIIe siècle) au latin cappa « manteau à capuchon » d'où découleront la cape, la chape, etc.

L'artisan qui fait des képis a reçu le nom de Képissier.

Description[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

En règle générale, les femmes militaires portent, en France, le tricorne.

Il fut introduit dans l'armée française à partir de 1861 où il remplaça le shako. Cependant, ce mot apparaît pour la première fois dans l'Inventaire du général Lassale en 1809.

Bien que représentant traditionnellement et symboliquement la France, notamment dans les médias ou les séries étrangères, le port et l'usage du képi sont en constante régression depuis une trentaine d'années :

  • abandon du port du képi dans la police nationale (où il a été supprimé en 1984 au profit d'une casquette plate). Jacques Rouland, dans l'émission « Monsieur cinéma », avait d'ailleurs regretté cette suppression du port du képi au motif qu'elle portait atteinte à l'image de la France et de Paris ;
  • abandon du port du képi pour les surveillants pénitentiaires ou les préfets dès la fin des années 1940 ;
  • usage réservé à la tenue de ville, aux cérémonies ou aux services d'honneur pour les sous-officiers de la Gendarmerie Nationale (depuis la généralisation, fin 2006, du port de la « tenue d'intervention » comportant une casquette-képi souple) ou les douanes (depuis le début des années 1990), où une casquette souple de type « baseball » le remplace pour la tenue de service courant. Les sous-officiers de la Garde républicaine et les officiers de Gendarmerie continuent de porter le képi en tenue de service courant.

Tout képi français actuel est constitué comme suit :

  • L'extérieur se compose d'un bandeau en « bandoleum » de 105 à 110 mm de haut recouvert de tissu (ou drap de distinction) ou de velours, cousu à l'arrière et surmonté d'un turban lui aussi en drap de distinction sur lequel sont cousues une ou plusieurs soutaches selon le grade. Le dessus du képi s'appelle le calot chez les militaires ou fond chez les sapeurs pompiers civils (également en drap de distinction). Il porte un « nœud hongrois » pour les officiers (une seule soutache pour les officiers subalternes et trois pour les officiers supérieurs) et sous-officiers supérieurs (une seule soutache). La partie du képi comprise entre le bandeau et le calot est appelée turban. Quatre montants en soutache sont cousus au centre devant, à l'arrière et sur les côtés du képi à hauteur du turban à partir du grade d'adjudant. Sur le devant du bandeau est fixée une visière en vinyle noir. Une fausse jugulaire de 12 mm de haut, noire pour le personnel du rang ou aux couleurs de l'arme (dorée ou argentée), est fixée sur le bandeau juste au-dessus de la jugulaire par deux boutons d'arme à tige de 10 mm. Enfin, un insigne distinctif, propre à chaque arme ou régiment, est généralement présent au milieu du bandeau à l'avant (au-dessus de la visière). L'insigne peut être brodé (en cannetille pour les officiers) ou métallique. Il est absent sur le képi de certains médecins, pharmaciens, vétérinaires militaires et sur celui des commissaires de l'armée de terre (sauf ceux qui servent dans les régiments de la Légion étrangère et des troupes de marine, qui sont autorisés à porter l'attribut distinctif (grenade ou ancre d'or).
  • L'intérieur est entièrement doublé par une feuille en matière plastique transparente. Une bande de sudation est cousue sur le pourtour intérieur du képi. Elle est en cuir pour les officiers et sous-officiers supérieurs et en synthétique pour le personnel du rang et les sous-officiers subalternes[1].

Dans le domaine militaire[modifier | modifier le code]

Dans l'armée française[modifier | modifier le code]

Insignes de grades[modifier | modifier le code]

Pour les officiers généraux, le képi d'apparat est orné de feuilles de chêne et le nombre d'étoiles est représenté sur le devant du couvre-chef. Les généraux de brigade portent un rang de feuilles de chêne, les généraux de division deux rangs et les maréchaux de France trois. Cette décoration remonte au XIXe siècle quand n'existaient que ces trois grades d'officier général.

Le képi de service courant est de couleur terre de France ou noir (gendarmerie) en fonction de l'arme, avec les étoiles sur le devant. La fausse jugulaire reproduit le motif feuilles de chêne.

Les officiers et les sous-officiers supérieurs portent sur le haut du képi le nombre de soutaches correspondant au grade du porteur. Par ailleurs, le dessus du képi est décoré d'un « nœud hongrois » symbolisant le statut. Ce nœud est constitué de trois galons pour les officiers généraux et supérieurs, d'un pour les officiers subalternes et les sous-officiers supérieurs.

Pour les sous-officiers subalternes et les militaires du rang, le képi ne portent pas d'insigne de grade. Néanmoins, les soldats et caporaux portent une fausse jugulaire en cuir noir, alors que les caporaux-chefs et les sous-officiers subalternes portent une fausse jugulaire en galon dela couleur de l'arme (or ou argent)[2].

Particularités[modifier | modifier le code]

En fonction de l'arme ou de la subdivision d'arme d'appartenance, le képi est de couleurs différentes. Un képi se décompose en trois parties: le bandeau, qui est la partie entourant la tête, le turban qui couronne le képi et le calot qui joint bandeau et turban et qui supporte les soutaches de grade (galons) .

Gendarmerie 
Bandeau noir, turban et calot bleu foncé, passementerie variable :
- Argentée (officiers et sous-officiers de la gendarmerie départementale) ;
- Dorée (officiers et sous-officiers de la gendarmerie mobile / officiers et gradés de la garde républicaine) ;
- Rouge et or (gardes républicains non gradés) ;
- Ou bleue et argent (militaires du rang de toutes les subdivisions d'arme).
En plus des soutaches identifiant le grade du porteur, tous ces képis sont ornés du galon d'élite.
Polytechnique 
Bandeau, turban et calot noirs. Passementerie dorée. Bande d'arme d'élite (élèves uniquement)[3].
Saint-Cyr 
Bandeau bleu clair ; turban et calot rouges. Passementerie dorée. Bande d'arme d'élite (élèves uniquement).
Infanterie - zouaves - chasseurs-parachutistes 
Le bandeau est bleu foncé, le turban et le calot rouge garance, les passements dorés
BSPP 
Bandeau velours noir ; turban et calot noirs. Passementerie dorée.
Tirailleurs 
Le bandeau est bleu ciel, le turban rouge garance, les passements dorés
Parachutistes de choc - commandos de choc - train - commissariat 
Le bandeau est bleu foncé, le turban rouge Garance, les passements argentés
Légion étrangère 
Militaires du rang : Bandeau, turban et calot blancs sans passementerie sauf une fausse jugulaire noire. Sous officier et officiers : bandeau noir, turban et calot rouges, passementerie or.
Chasseurs (à pied) 
Le bandeau est en velours noir (officiers et adjudants) ou bleu foncé (sergents et militaires du rang), le turban bleu foncé, les passements argentés
Cuirassiers - dragons - chasseurs à cheval métropolitains et chasseurs à cheval d'Afrique - hussards - chars de combat - arme du matériel 
Le bandeau est bleu ciel, le turban rouge garance et les passements argentés
Spahis 
Le bandeau est bleu ciel, le turban rouge garance et les passements dorés
Artillerie - troupes de marine - transmissions 
Le bandeau et le turban bleu foncé et les passements dorés
Train 
Le bandeau est bleu foncé, le turban est rouge garance et les passements argentés.
Génie - musiques 
Le bandeau et le turban noir et les passements dorés
Aviation légère de l'armée de terre 
Le bandeau et le turban bleu roi et les passements dorés. Jusqu'en 2001, le personnel de l'aviation légère était doté du képi de l'artillerie, mais les boutons de la fausse jugulaires comportaient le vol étoilé
Médecins 
Le bandeau est rouge cramoisi, le turban rouge garance et les passements dorés
Pharmaciens 
Le bandeau vert, le turban rouge garance et les passements dorés
Vétérinaires biologistes 
Le bandeau est violet grenat, le turban garance et les passements argentés
Chirurgiens-dentistes 
Le bandeau violet prune, le turban rouge garance et les passements dorés
  • Le képi blanc

Il est synonyme de légionnaire dans le monde entier. À l'origine, il s'agissait en fait d'un couvre-képi de couleur kaki comme en portaient toutes les unités qui participaient à la pacification du Maroc. À la Légion, sous la double action du soleil et des lavages répétés, il prit vite un aspect immaculé et devint l'objet de fierté des anciens. Il fera sa première grande apparition officielle à Paris le 14 juillet 1939 et son port sera étendu à tous les régiments à la fin de la guerre. Si au début il était porté par tous, il n'est plus aujourd'hui arboré que par les militaires du rang ; les sous-officiers et les officiers (ainsi que les caporaux-chefs de plus de quinze ans de service à la Légion) portent le képi noir frappé de la grenade à sept flammes. Cette grenade est d'argent pour les unités de cavalerie et d'or pour les autres.

  • C’est aussi le nom de la revue de la Légion étrangère : Képi blanc.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Dans le civil[modifier | modifier le code]

Képi de sous-officier et galons de sous-Lieutenant des sapeurs-pompiers belges.

Les képis sont également portés par plusieurs autres professions non militaires, comme par exemple:

  • Chez les sapeurs pompiers : la forme, le type et la couleur dépendent des pays voir des services.
  • Dans la police de certains pays, comme en Belgique, par exemple, où il fait partie de la tenue de cérémonie.
  • Dans les services de douanes : bandeau bleu foncé, turban rouge, calot bleu foncé. Passementerie argent. Un cor de chasse et une grenade sur le devant du bandeau.
  • Dans l'aviation civile : les képis font partie de l'uniforme des pilotes de ligne. ils varient selon l'uniforme choisi par la compagnie aérienne.
  • Dans le domaine du transport ferroviaire : le képi est porté par les certains agents des compagnies de chemin de fer, notamment en Belgique et en Suisse.
  • Lieutenant de louveterie : bandeau, turban et calots bleu roi. Passementerie noire. Bande d'arme d'élite[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Daniel Salch, avec la collaboration de Danielle Fèvre, Képis de l'armée française 1871-1959 (3e et 4e République)[5], Strasbourg, Castrum Europe, Editions Accès,‎ , 78 p. (ISSN 1253-6008)
    Dédicace du général Jean-François Lafont-Rapnouil, gouverneur militaire de Strasbourg, commandant la 2e brigade blindée, et avant propos de Charles-Laurent Salch, docteur en anthropologie historique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « NIT 320 Képis Sapeurs Pompiers »
  2. (fr)« Insigne de grade de .... Soutaches sur le képi des sous-officiers subalternes et militaires du rang »
  3. « Polytechnique » (consulté le 9 mars 2013)
  4. « Képi de Lieutenant de Louveterie » (consulté le 9 mars 2013)
  5. Reconnaître les képis de l'armée française 1871-1959 (3e et 4e République), 13e Salon européen du livre ancien et de la gravure à Colmar, Charles-Daniel Salch), Page 61