George Michael

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
George Michael
Description de cette image, également commentée ci-après

George Michael sur scène, pendant le Faith World Tour en 1988.

Informations générales
Nom de naissance Geórgios Kyriákos Panagiótou
Naissance (53 ans)
Drapeau : Royaume-Uni Londres (Angleterre), Royaume-Uni
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur-interprète
Genre musical Pop rock, dance-pop, blue-eyed soul, R&B
Site officiel georgemichael.com

George Michael (de son vrai nom Geórgios Kyriákos Panagiótou), né le dans le quartier londonien de Finchley, est un auteur-compositeur-interprète britannique.

En 2009, il a vendu plus de 100 millions de disques dans le monde et détient à son actif onze singles et sept albums no 1 dans les charts britanniques, et six singles no 1 aux États-Unis[1].

Biographie et carrière[modifier | modifier le code]

L'avant « Wham ! » : Geórgios Kyriákos Panagiótou[modifier | modifier le code]

Geórgios Kyriákos Panagiótou est né à East Finchley, un quartier du Nord-Ouest de Londres, le d'une mère anglaise et d'un père restaurateur d'origine chypriote. Il prend rapidement un nom de scène, George Michael. Sa carrière commence avec une bande de copains de collège : Andrew Ridgeley (futur Wham!), Paul Ridgeley (frère d'Andrew), Andrew Leaver et David Mortimer (qui n'est autre que David Austin). Ensemble, ils fondent le groupe The Executives où George est à la fois compositeur et chanteur. Leur musique se situe dans la mouvance de l'époque : le ska. Mais le succès n'est pas au rendez-vous et le groupe éclate. George et Andrew décident de continuer et rebaptisent le groupe Wham!.

Les années « Wham ! »[modifier | modifier le code]

En 1982, le monde découvre l'album Fantastic et succombe à la vague Wham! et à ses tubes Wham Rap ! (Enjoy What You Do ?) et Club Tropicana. Le groupe est composé de George Michael et de son acolyte Andrew Ridgeley. Les succès s'enchaînent avec d'autres titres comme Bad Boys et Young Guns (Go For It !). Si Wham! se veut avant tout un groupe hédoniste (il arrive après la vague Punk), les messages étaient assez sociaux au départ puisque Wham Rap ! aborde le thème du chômage.

En 1984, viendra l'album de la consécration Make It Big, qui contient plusieurs succès tels que Wake Me Up Before You Go-Go, Everything She Wants, Freedom (en) ou encore Careless Whisper. Wham! assume définitivement son côté décalé en usant du clip et se présentant en short avec les inscriptions « Choose Life » sur les tee-shirts. Ils sont alors accompagnés de leurs fidèles choristes « Pepsi » DeMacque (qui a remplacé Dee C. Lee en 1983) et Shirley « Shirlie » Holliman.

La chanson Careless Whispers, véritable classique de la musique populaire universelle, est devenue tellement culte qu'elle sera reprise par de célèbres noms de la pop, tels que Julio Iglesias, Kenny G, Backstreet Boys , ou encore Gloria Gaynor (pareil pour la chanson Last Christmas (en), un classique repris par Dalida, Cascada, Coldplay ou encore Taylor Swift).

Avec Careless Whisper, certains diront que George Michael se lance dans l'aventure de la chanson en solo. Mais Careless Whisper fait partie des trois chansons de l'époque Wham! que George Michael a écrites avec Andrew Ridgeley (Les deux autres sont Wham Rap ! et Club Tropicana).

Durant cette période George Michael participe au collectif Band Aid avec Do They Know It's Christmas et reverse tous les bénéfices des singles Last Christmas et Everything She Wants à cette cause. On le retrouvera aussi sur l'album Ice On Fire d'Elton John : En 'backing vocal pour Nikita et en duo pour Wrap Her Up. Une amitié qui se prolongera sur la scène du Band Aid, où il chantera seul Don't Let The Sun Go Down On Me, Elton John l'accompagnant au piano.

La même année, Wham ! fait un voyage très médiatisé et une tournée en Chine qui seront immortalisés par le réalisateur Lindsay Anderson. Le film sera vendu en cassette VHS sous le titre de Wham ! In China : Foreign Skies. Il relate tout le voyage et contient quatre séquences en live (Blue (Live In China), Love Machine, Everything She Wants, et Careless Whisper). On peut en voir des séquences dans le clip Freedom de Wham !.

Le succès est énorme. Mais l'aventure Wham! s'arrête brutalement en 1986 avec The Final, une compilation assortie d'inédits comme Last Christmas ou Blue (Armed With Love) (présente uniquement sur le vinyle) mais aussi de nouveautés comme A Different Corner (véritable premier morceau solo de George Michael), The Edge Of Heaven, et la reprise Where Did Your Heart Go ?. Sur le continent américain, l'album sortira sous le titre de Music From The Edge Of Heaven et ne comportera que les inédits et nouveautés. La fin de Wham ! est célébrée par un concert donné à Londres au Stade de Wembley en présence de Sir Elton John et de Simon Le Bon (chanteur du groupe Duran Duran).

La carrière solo : George Michael[modifier | modifier le code]

Faith[modifier | modifier le code]

La carrière solo de George Michael commence par un duo avec la « Queen of Soul » Aretha Franklin. I Knew You Were Waiting (For Me) est enregistré à Los Angeles en 1986, et atteint la place de numéro 1 au Royaume-Uni puis aux États-Unis début 1987. En interprétant ce duo avec Aretha Franklin, Michael réalise à seulement 23 ans le rêve de chanter avec une de ses idoles, lui qui a toujours porté une attention particulière aux genres musicaux associés aux Afro-Américains.

À la fois auteur, et compositeur de la plupart de ses titres, George Michael sort son premier album solo en 1987, Faith, dans lequel il se révèle multi-instrumentiste sur tous les morceaux. Cet album contient la chanson I Want Your Sex qui sera un grand succès. Souvent provocant dans ses choix artistiques, George Michael s'illustre dans le clip de I Want Your Sex, qui sera censuré sur la BBC. Quant à la chanson Faith, elle sera régulièrement reprise par des artistes connus tel que Mika. George Michael réussit à placer un total de six singles[2] en tête des charts mondiaux[réf. nécessaire]. Il rafle donc un certain nombre de prix (Trois American Music Awards en et un Grammy Award de l'album de l'année en février 1989) à la barbe d'autres pointures du monde de la chanson comme Michael Jackson, Prince ou Madonna, ses principaux concurrents du moment.

Il participe durant cette période au célèbre « Mandela Day » connu aussi sous les noms de « Free Nelson Mandela Concert » et de « Freedomfest », donné au Wembley Stadium le . George Michael y chantera trois chansons Village Ghettoland de Stevie Wonder, If You Were My Woman, et Sexual Healing de Marvin Gaye.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

En 1990, George Michael connaît, en comparaison avec le succès de l'album Faith, son premier échec commercial avec l'album Listen Without Prejudice, Vol. 1. La pochette est sobre : c'est une photo du photographe Weegee (Crowd At Coney Island, 1940). Il n'y a aucune trace de George Michael sur le boîtier, juste une simple photo de l'artiste (en noir et blanc) à l'intérieur du livret. Cependant, l'album possède des titres qui se classeront en bonnes positions dans les charts comme Praying For Time, Freedom! '90, Cowboys and Angels, Heal the Pain, ainsi qu'une reprise They Won't Go When I Go (Stevie Wonder) et un clin d'œil aux Rolling Stones avec Waiting for that Day dont la musique n'est autre que You Can't Always Get What You Want (de Mick Jagger et Keith Richards).

L'album Listen Without Prejudice, Vol. 2 ne verra jamais le jour. George Michael entre en conflit avec la maison Sony Music. Il s'engage dans un procès sans précédent dans l'histoire contre la prestigieuse maison de disques, et le perd. Ces années d'absence seront marquées par quelques collaborations importantes pour l'artiste comme ses participations aux collectifs « Red Hot + Dance » en 1992 (George Michael s'impliquera dans ce projet en faveur de la lutte contre le SIDA en composant trois titres, Too Funky, Do You Really Want To Know, et Happy, ainsi que Crazyman Dance, une face B pour le single Too Funky) et Five Live (1993), un album de cinq titres en concert avec les membres du groupe Queen et Lisa Stansfield. Une partie des chansons de Five Live (Somebody To Love et These Are the Days of Our Lives) provient du « Freddie Mercury Tribute Concert for AIDS Awareness » du 20 avril 1992 au Wembley Stadium à Londres. Les trois autres (Killer, Papa Was a Rollin' Stone et Calling You) sont issues d'un concert personnel de George Michael datant de 1991. Tous les bénéfices de Five Live ont été reversés à la Mercury Phoenix Trust.

En 1993, le nom de George Michael apparaît sur le CD Two Rooms : Celebrating The Songs Of Elton John & Bernie Taupin. Il s'agit d'un album hommage aux deux hommes. George Michael y interprète la chanson Tonight, dernier titre de l'album. Il s'éloigne du label Sony Music et négocie un nouveau contrat avec Virgin (pour l'Europe) et DreamWorks (pour l'Amérique). L'album Older sort en 1996. C'est un tournant pour George Michael qui n'hésite pas à remercier ses fans pour leur longue attente. L'artiste change de style et surfe sur la vague RnB. Malgré les changements, le succès est au rendez-vous. Sur le plan personnel, George Michael est très éprouvé par le décès en 1993 de son compagnon, le styliste brésilien Anselmo Feleppa. Cette perte lui inspire la chanson Jesus To A Child, la première chanson de l'album qui contient également Fast Love, Older, Spinning The Wheel, The Strangest Thing, Star People et You Have Been Loved. Cet album est dédié à Anselmo Feleppa et au musicien Antônio Carlos Jobim.

Le point culminant de cette période est sa prestation donnée lors d'un concert "unplugged" qu'il donne pour MTV au Three Mills Island Studios à Londres, le  : George Michael est comme un miraculé du "star system". Cette prestation ne verra jamais le jour en CD (sauf sous forme de B-sides de single pour certains morceaux) parce que George est insatisfait du résultat. Toutefois, ses fans auront droit, avec la compilation Ladies & Gentlemen : The Best of George Michael (1999), à une version studio de sa reprise lors du concert de I Can't Make You Love Me. La mère de l'artiste est dans la salle ; Lesley Angold Harrison Panayiotou décède quelques mois plus tard, le , des suites d'un cancer. Ladies & Gentlemen lui est dédié.

Il lance avec son label Ægean d'autres artistes dont Toby Bourke. Il chante en duo avec lui la ballade Waltz Away Dreaming (1997) que l'on retrouve sur l'album Room 21 de Toby Bourke (en 2001) sous forme de deux versions : celle du single et une autre dite « new version ».

Le , George Michael est arrêté pour attentat à la pudeur dans des toilettes publiques de Beverly Hills[3] par Marcelo Rodríguez, un policier sous couverture lors d'une opération d'infiltration dans ce lieu de drague gay[4]. Michael ne conteste pas les charges et est condamné à une amende et des travaux d'intérêt général. Après cet outing, George Michael est publiquement ouvert sur son homosexualité[5]. En , le clip de Outside joue explicitement sur l'arrestation dans les toilettes et montre des policiers qui s'embrassent.

Le 10 avril 1999, George Michael participe au Royal Albert Hall au « There And Everywhere - A Concert For Linda », un hommage à Linda McCartney, en présence de Paul McCartney, The Pretenders, Elvis Costello, Tom Jones, Sinéad O'Connor, Des'ree, Heather Small (des M People), Johnny Marr (ex Smiths), Neil Finn (ex Crowded House), Marianne Faithfull et Ladysmith Black Mambazo. À cette occasion, il chante The Long And Winding Road (Lennon/McCartney) et Faith.

À la fin de l'année 1999, George Michael s'associe à un vétéran de la musique, le producteur Phil Ramone (connu pour avoir produit Burt Bacharach, Ray Charles, Frank Sinatra, Rod Stewart, Liza Minnelli ou Barry Manilow), et sort l'inattendu Songs from the Last Century (1999). Il s'agit d'un album de reprises telles que Roxanne, My Baby Just Cares For Me ou encore Wild Is The Wind. George Michael réussit sa conversion en crooner avec cet album plébiscité par la critique (une nomination au Grammy Award dans la catégorie « Best Traditional Pop Vocal Album » en février 2001).

Il enchaîne en 2000 avec un duo inattendu avec la chanteuse Whitney Houston. Ensemble, ils créent la surprise en interprétant If I Told You That (prévu à l'origine pour Michael Jackson), une reprise d'une chanson de l'album My Love Is Your Love.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

George Michael en concert à Munich en octobre 2006.
Lors d'un concert à Anvers en 2008

Après un passage raté chez Polydor, George Michael sort deux singles qui ne marcheront pas : Freeek! et Shoot the Dog. Dans le premier titre George Michael fustige les médias et tire une sonnette d'alarme contre la pornographie, tandis que le second est un véritable réquisitoire contre la guerre, n'hésitant pas à ridiculiser le président des États-Unis et le Premier ministre britannique dans un clip sous forme de dessin animé.

George Michael enterre définitivement la hache de guerre avec Sony Music (avec qui il avait sorti Ladies & Gentlemen: The Best of George Michael) avec son dernier album : Patience.

Patience est un album qui sent la nostalgie comme le témoignent des chansons telles que John and Elvis Are Dead ou le très personnel My Mother Had a Brother, un des morceaux phares. Album autobiographique à bien des égards, outre My Mother Had a Brother, on y trouve aussi Patience, American Angel, et Please Send Me Someone (Anselmo's Song). Mais c'est aussi l'album d'un véritable mélodiste pop du début de siècle avec Amazing, Cars and Trains, Flawless (Go to the City), ainsi que Freeek!, et Shoot the Dog qui y ont été intégrés.

Avant de participer à la compilation Hope (Warchild, 2004) en faveur de l'arrêt de la Guerre d'Irak où il reprend The Grave de Don McLean, George Michael annonce le 10 mars 2004 à la BBC Radio que Patience est son dernier album commercial. Selon ses propres aveux : « Maintenant j'aimerais vraiment que les gens puissent télécharger mes chansons sur internet, gratuitement, avec la possibilité pour eux en contrepartie de faire un don à une œuvre de charité ». Puis de continuer : « Croyez-moi, dans le monde moderne, si vous n'êtes dans aucun classement, si vous ne faites gagner d'argent à personne, si vous ne faites perdre d'argent à personne, vous présentez alors très peu d'intérêt pour la presse », et de finir par : « .. et je serai alors un homme beaucoup plus heureux. » (BBC Radio, le 10 mars 2004).

En 2005, le réalisateur Southan Morris propose à George Michael de faire un film sur sa vie. George Michael accepte. A Different Story (distribué en France sous le titre George Michael : Mon Histoire), est un documentaire retraçant la carrière de l'artiste. Accompagné d'entretiens de George Michael lui-même, d'Andrew Ridgeley son comparse de Wham!, des choristes Shirlie Holliman-Kemp et Pepsi Demacque-Crockett, David Austin (ex-The Executive et un des plus proches amis de la star), Jack Panayiotou (son père), Sir Elton John, Paul Gambaccini (historien et journaliste), Geri Halliwell (La Spice Girl, une amie), Kenny Goss (son ex compagnon), Mariah Carey, Boy George, Martin Kemp (bassiste du groupe Spandau Ballet), Sting, Phil Ramone (Producteur de Songs from the Last Century) et Noel Gallagher (Oasis), ce documentaire assez classique dans sa construction (chronologique pour être plus précis) nous éclaire sur l'affaire qui l'opposait à Sony Music, et sur des sujets aussi sensibles que la perte de son compagnon (Anselmo Feleppa) et de sa mère, ainsi que sur ses engagements politiques et sociaux. Ce documentaire sera vendu en DVD exclusivement pendant la tournée mondiale qui suivra.

La même année, George Michael fera la « guest star » au Live 8 aux côtés de Paul McCartney pour chanter en duo avec l'ancien Beatles Drive My Car (Lennon/McCartney).

En 2006, George Michael se lance dans une tournée pour fêter ses 25 années de carrière : C'est le « 25 Live Tour » qui sera prolongé durant l'été 2007. Cette tournée est l'occasion pour George Michael de sortir Twenty Five, une compilation de ses années Wham! et ses années en solo. La compilation sort sous deux formes : un double album composé d'un CD de slows et d'un CD de ses morceaux les plus dansants, et l'autre support est un triple album (en digipack) pour les plus fans comprenant les deux CD cités et un CD en plus. Twenty Five comprend deux nouveautés : le single This Is Not Real Love, chanté avec Mutya, et un nouveau duo avec Sir Paul McCartney où les deux stars reprennent ensemble Heal the Pain de George Michael.

L'événement le plus marquant de cette tournée, qui est un véritable show de la part d'un artiste que les fans attendaient depuis des années (il n'était pas venu en concert à Paris depuis 1988 pour The Faith Tour), est le moment où apparaît sur scène une poupée gonflable géante de George W. Bush avec un chien habillé du drapeau britannique et faisant une fellation au président des États-Unis pendant que George Michael chante Shoot the Dog.

George Michael est présent sur deux CD en hommage à deux grands artistes de la musique : Genius & Friends où il chante en duo avec Ray Charles Blame It on the Sun. Le morceau avait été enregistré un peu avant le décès de Ray Charles mais l'album n'est sorti qu'en 2005 chez Rhino/WEA. Dans Duets : An American Classic, c'est avec le crooner Tony Bennett qu'il interprète la chanson How Do You Keep the Music Playing?.

En juillet 2007, le groupe Gossip, fait une reprise rock et déjantée de Careless Whisper à l'occasion d'un concert à Liverpool, en Angleterre. Cette version figurera sur leur album Live in Liverpool (2007).

Le , Reuters informe que George Michael a signé un contrat avec l'éditeur HarperCollins pour une autobiographie.

Le retour sur scène de George Michael est annoncé le 18 juillet 2008 au Centre Bell à Montréal. Il s'agit du prolongement de la tournée « Twenty Five Live ». George Michael se produit alors dans une dizaine de villes aux États-Unis et au Canada. La compilation Twenty Five qui sort en 2008 dans ces deux pays diffère légèrement de l'édition européenne : elle contient un inédit, Feeling Good (une reprise de Nina Simone), et des tubes qui ne figurent pas dans le Twenty Five Live .

le 1er décembre 2008, George Michael donne un ultime concert au Zayed Sports City Stadium à Abou Dabi, aux Émirats arabes unis. À cette même date, parait un nouveau single spécialement pour Noël : December Song. Celui-ci est alors disponible en téléchargement gratuit sur le site internet officiel de l'artiste.

Les années 2010[modifier | modifier le code]

George Michael en concert à Nice en 2011.

Le 24 août 2010, le chanteur plaide coupable à la cour Highbury Corner Magistrates à Londres après avoir reconnu la conduite sous l'influence de drogues. Le 14 septembre, à la même cour, il est condamné à huit semaines de prison, une amende et une interdiction de cinq ans de conduite. Il sera libéré le 11 octobre, après avoir purgé quatre semaines de prison.

Le 27 septembre 2010 est annoncée la sortie d'une version remastérisée dite « Deluxe Edition » de l'album Faith. Elle ne sortira que le 31 janvier 2011. Michael a été libéré de la prison Highpoint dans le Suffolk, le 11 octobre 2010, .

George Michael sort un nouveau single intitulé True Faith le 14 mars 2011. Il s'agit d'une reprise de la chanson du groupe New Order datant de 1987. George Michael reverse alors tous les bénéfices de la vente à Comic Relief, une association qui s'occupe de personnes très défavorisées au Royaume-Uni et en Afrique.

L'année suivante, George Michael entame une nouvelle tournée mondiale avec orchestre symphonique, « Symphonica Tour 2011 ».

Lors de la soirée d'ouverture de cette tournée à l'opéra national de Prague, il annonce en direct sa séparation avec Kenny Goss, après 15 ans de vie commune. La cause serait les problèmes d'alcool de ce dernier[6].

Le 12 août 2012, il participe à la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques de Londres. Il y interprète les chansons White Light et Freedom.

Un nouvel album live intitulé Symphonica sort le 17 mars 2014, soit dix ans après l'album Patience. Il reprend le répertoire de la tournée internationale du chanteur, en 2011 et 2012, et est constitué en bonne partie de reprises de standards du jazz, de la soul ou de la variété[7].

Cinéma[modifier | modifier le code]

Contrairement à des chanteurs comme Sting, Prince ou Madonna, George Michael a une filmographie très pauvre en tant qu'acteur. Mais sa musique est très utilisée au cinéma et à la télévision.

En 2007, une chanson de George Michael est à l'honneur pour la sortie d'un film d'animation produit par les studios Dreamworks : C'est Freedom! '90 pour la bande annonce du film Bee Movie (Bee Movie : Drôle D'Abeille) de Steve Hickner et Simon J. Smith.

Ce n'est pas la première fois qu'une chanson de George Michael est utilisée dans un film. Ainsi, on a pu entendre I Want Your Sex dans Beverly Hills Cop II (Le Flic de Beverly Hills 2, 1987) de Tony Scott, Monkey dans The Prince of Tides (Le Prince des marées, 1991) de Barbra Streisand, Wake Me Up Before You Go-Go dans Charlie's Angels (Charlie et ses drôles de dames , 2000) de McG, ainsi que dans Zoolander (2001) de Ben Stiller et Talladega Nights : The Ballad Of Ricky Bobby (Ricky Bobby : Roi Du Circuit, 2006) de Adam McKay, I Can't Make You Love Me dans Maybe Baby ou Comment les Anglais se reproduisent (2000) de Ben Elton, Faith dans Bitter Moon (Lunes de fiel, 1992) de Roman Polanski, mais aussi dans Very Bad Things (1998) de Peter Berg et dans The Rules of Attraction (Les Lois de l'attraction, 2002) de Roger Avary, et plus récemment Last Christmas dans The Holiday (2006) de Nancy Meyerset également dans We Need to Talk about Kevin de Lynne Ramsay.

On peut aussi entendre des chansons de George Michael par d'autres artistes comme dans la comédie déjantée A Night at the Roxbury (Une nuit au Roxbury, 1998) de John Fortenberry où est diffusée une version de Careless Whisper par Tamia.

Évocations artistiques[modifier | modifier le code]

En tant qu'acteur, George Michael apparaît en guest dans la série télévisée Eli Stone en 2007. À la fin de l'année 2007, on le voit dans un épisode de Extra, la série de Ricky Gervais et Stephen Merchant. Les chansons de George Michael sont aussi très présentes dans les séries télévisées telles que Beavis And Butt-Head (1993) de Mike Judge (Killer/Papa Was a Rollin' Stone et Wake Me Up Before You Go-Go), Scrubs (2001) de Bill Lawrence (Faith), Cold Case (2003) de Meredith Stiehm (Faith), et plus récemment encore Nip/Tuck (2003) de Ryan Murphy où on entend Jesus to a Child mais aussi dans la série Friends lors d'un épisode flashback en 1987Ross et Chandler, encore étudiants, ont des tenues eighties colorées à l'instar du groupe Wham!. Autre petit clin d'œil dans Friends, lorsque Ross porte une boucle d'oreille, il est taquiné par Chandler qui, lorsqu'il s'en va, lui dit : « Wake me up before you go go !! ».

Le personnage de Alex Fletcher, auteur-compositeur du film américain, Le Come-Back (de Marc Lawrence) est en partie inspiré de George Michael. En effet, Alex Fletcher faisait partie d'un groupe des années nommé PoP! (nom très proche de Wham!) et l'un des tubes de ce groupe est Meaningless Kiss, dont le titre et le riff d'introduction joué au saxophone fait penser à Careless Whisper.

Discographie (albums)[modifier | modifier le code]

Wham ![modifier | modifier le code]

George Michael[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Wham ![modifier | modifier le code]

George Michael[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael seeking 'a quieter life' - BBC News, 12 juin 2008
  2. I Want Your Sex, Faith, Father Figure, One More Try, Monkey et Kissing a Fool
  3. Sue McAllister, Pop Singer George Michael Arrested in Restroom of Beverly Hills Park, The Los Angeles Times, 9 avril 1998
  4. John M. Glionna, Beverly Hills Steps Up Patrols to Stop Cruising, The Los Angeles Times, 29 mai 1998
  5. Rex Wockner George Michael's Tearoom Tale Gay Today, 9 November 1998
  6. http://www.rtl.be/people/people/couples/15445/george-michael-et-kenny-goss-c-est-fini
  7. George Michael album Symphonica sur musicstory

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arturo Blay (trad. de l'espagnol), George Michael, Valence (Espagne), La Máscara, coll. « Idoles de la pop » (no 8), , 48 p. (ISBN 84-7974-568-1)
  • Stéphane Boudsocq (ill. Léon Pistache), George Michael : de A à Z, Paris (France), Groupe Express Éditions, coll. « Les Guides Music Book », , 119 p. (ISBN 2-84343-289-8)
  • (en) Lucy Ellis et Bryony Sutherland, The Complete Guide to The Music of George Michael & Wham!, Omnibus Press, (ISBN 0-7119-6822-5)
  • (en) Nigel Goodall, George Michael : In His Own Words, Londres (Angleterre), Omnibus Press, (1re éd. 1995), 107 p. (ISBN 0-7119-7891-3)
  • (en) Rob Jovanovic, George Michael : The Biography, Grande-Bretagne, Steve Gove, , 240 p. (ISBN 978-0-7499-5141-2)
  • (en) George Michael et Tony Parsons, George Michael : Bare, Penguin Books, , 256 p. (ISBN 978-0140132359)
  • (en) Mike Middles, George Michael : Freedom, Chameleon Books, , 128 p. (ISBN 978-0233991764)
  • (en) Robert Steele, Careless Whispers : The Life & Career of George Michael, Omnibus Press, , 376 p. (ISBN 978-0-85712-726-6)
  • Xavier Uffenvanken, Do You Really Want to Know George Michael, France, , 80 p. (ISBN 2-9527760-0-8)
  • Fanny Walters, George Michael : Unique, Éditions Fanny Walters, , 140 p. (ISBN 2-9521177-0-5)
  • (en) Nicholas et Tim Wapshott, Older : The Unauthorized Biography of George Michael, Sidgwick & Jackson, , 368 p. (ISBN 978-0330367547)

Liens externes[modifier | modifier le code]