Ibiza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ibiza (homonymie).
Ibiza
Eivissa (ca)
Image illustrative de l'article Ibiza
Géographie
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Archipel Îles Baléares
Localisation Mer Méditerranée
Coordonnées 38° 59′ N 1° 26′ E / 38.98, 1.43 ()38° 59′ N 1° 26′ E / 38.98, 1.43 ()  
Superficie 572 km2
Point culminant Sa Talaia (476 m)
Administration
Communauté autonome Îles Baléares
Démographie
Population 132 637 hab. (2010)
Densité 231,88 hab./km2
Plus grande ville Ibiza
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Îles Baléares

(Voir situation sur carte : Îles Baléares)
Ibiza
Ibiza

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Ibiza
Ibiza

Ibiza (en catalan : Eivissa) est une île espagnole de l'archipel des Baléares, en mer Méditerranée.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ibiza se situe à une centaine de kilomètres à l'est du cap de La Nao et des côtes de Valence, dans la péninsule Ibérique. Elle est également relativement proche des côtes algériennes. L'archipel des Pityuses comprend l'île d'Ibiza et celle de Formentera. Avec Majorque et Minorque, elle forme la province des Baléares. Sa superficie est de 572 km2, l'altitude maximale correspond à la Talaia de Sant Josep qui culmine à 475 m. Sa population compte 132 000 habitants dont 42 000 qui habitent sa capitale éponyme.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 654 av. J.-C., les Phéniciens fondèrent un port dans cette île de l'archipel des Baléares, qu'ils nommèrent Ibossim, pour les nécessités du commerce de vin, de marbre et de plomb. Ce nom deviendra Ebusus pour les Romains[1]. Des Grecs s'installèrent aussi à Ibiza, à la même époque que les Phéniciens ; ils nommèrent Pityûssai - littéralement : « couvertes de pins » - les îles du sud de l'archipel, Ibiza et Formentera. À la suite du déclin de la métropole phénicienne, réduite par les Assyriens, Ibiza passa sous la dépendance de Carthage, plus grande colonie phénicienne de la mer Méditerranée.

Après une période de domination par les Vandales, Justinien conquit les Baléares au milieu du VIe siècle.

Les îles furent ensuite envahies par les musulmans à la fin du VIIIe siècle. Ils laissèrent quelques traces architecturales encore visibles aujourd'hui[2]. L'île d'Ibiza, appelée Ebusus par les Romains, était désignée par les Arabes sous la forme dérivée Yebisah, quand la ville connue aujourd'hui comme Ibiza/Eivissa était désignée par les arabophones comme Madina Iabisa[3].

Après trois siècles de domination musulmane qui virent les Baléares dépendre du califat de Cordoue, puis de la Taïfa de Dénia avant de devenir un émirat indépendant, Ibiza, Formentera et Minorque furent envahies par le roi norvégien Sigurd Ier de Norvège dit le croisé au printemps 1110 sur le chemin de sa croisade vers Jérusalem, après qu'il eut libéré Sintra, Lisbonne et Alcácer do Sal et les eut remises sous domination chrétienne.

La reconquête chrétienne fut ensuite menée par Jacques Ier le Conquérant, roi d'Aragon, qui s'empara de Palma de Majorque en 1229 et organisa la prise d'Ibiza en 1235. En 1343, les îles furent unies à la couronne d'Aragon.

Au siècle suivant, alors que Palma de Majorque fut quasiment anéantie par les Turcs, la ville d'Ibiza se dota d'une enceinte fortifiée. De nombreuses tours de guet furent construites pour la défense de l’archipel (par exemple La Torre des Carregador du XVIe siècle). Elles ne furent jamais dotées d’artillerie. Militairement, ces tours furent abandonnées vers le XIXe siècle. Elles sont appelées « Atalaies » (du catalan Atalaia, dérivant de l'arabe Atalayi qui signifie sentinelle). Elles sont constituées d'un rez-de-chaussée et d'un étage auquel on accède par un escalier en colimaçon. La surveillance des tours était assurée par un ou deux gardiens. Un feu la nuit ou la fumée le jour annonçaient aux villages alentour l’arrivée de pirates.

Les églises furent édifiées sur un type défensif afin de protéger les villageois (bel exemple de l’église de Santa-Eulàlia ou celle de Sant-Carles). L'habitat est dispersé et souvent éloigné des côtes.

En 1715, victorieuse à l'issue de la guerre de Succession d'Espagne, la dynastie des Bourbons s'empara de Majorque et d'Ibiza, qui s'étaient alliées aux Habsbourg. La domination britannique sur Minorque durera jusqu'en 1802. Une immigration notable vers l'Algérie française est à relever aux XIXe et XXe siècles, certains mots du catalan d'Ibiza étant même passés dans la langue des pieds-noirs d'Algérie [réf. nécessaire]. Les Baléares n'émergèrent d'un marasme chronique qu'avec l'arrivée du tourisme dans les années 1950 (tourisme familial puis hippies) quand l'île recommença à avoir des liaisons régulières avec le continent (14 000 touristes dans les années 1950, 300 000 dans les années 1970, un million dans les années 1990[4]). Elles constituent l'une des dix-sept communautés autonomes (régions) espagnoles instituées en 1978.

En français, Ibiza était nommée jusqu'au milieu du XIXe siècle Ivice sur nombre de cartes d'alors[5].

Municipalités[modifier | modifier le code]

L'île d'Ibiza est divisée en cinq municipalités :

Transport[modifier | modifier le code]

Ibiza est desservie par ferry et avion. L'aéroport est situé à 7 km d'Ibiza et est utilisé par les compagnies aériennes à bas prix pour les vols domestiques, internationaux et transcontinentaux. Il possède un seul terminal. Les transports intérieurs à l'île se font par la route : bus, taxi, véhicule personnel ou de location.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Ibiza, biodiversité et culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ibiza, biodiversité et culture.

« Ibiza, biodiversité et culture », c'est sous ce nom que l'Unesco a inscrit le un ensemble de biens culturels et naturels d'Ibiza et de Formentera au titre du Patrimoine mondial. L'Unesco considère ainsi cet ensemble comme un excellent exemple de l'interaction entre les écosystèmes marins et côtiers et reconnaît l'importance de la longue histoire d'Ibiza.

Ces biens sont constitué d'un bien naturel, le parc naturel de Ses Salines d'Ibiza et de Formentera, et de plusieurs biens culturels, la ville haute (Alta Vila) d'Ibiza et ses fortifications du XVIe siècle, la nécropole phénicienne-punique de Puig des Molins et le site archéologique phénicien de Sa Caleta.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Une plage d'Ibiza.

À la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, Ibiza est réputée pour ses fêtes estivales attirant les fans de musique électronique, notamment de Balearic house, après avoir été un haut lieu de la culture des hippies et de la culture underground des années 1960 aux années 1980.

Discothèques[modifier | modifier le code]

Depuis quelques années, Ibiza se proclame « capitale mondiale des discothèques »[réf. nécessaire]. Parmi les plus connues figurent le Pacha, l'Amnésia, le Privilège (anciennement le Ku) ou encore le Space[6], où se rendent les plus grandes personnalités.

Criminalité[modifier | modifier le code]

L'afflux touristique, l'histoire récente de l'île avec la période hippie et aujourd'hui l'implantation massive de discothèques ont amplifié la criminalité (dans les Baléares, elle est le double de la moyenne espagnole[7]), notamment le trafic de drogue[8], à tel point que les autorités censées réprimer le trafic y sont impliquées[9]. Depuis quelques années, Ibiza est notamment réputée pour être la plaque tournante du trafic de cocaïne en Europe[10]. Avec la drogue, les discothèques et les activités nocturnes ont également entraîné une augmentation de l'exploitation criminelle de la prostitution, dont les exemples se multiplient[11], poussant le gouvernement local à envisager sa régulation légale pour lutter contre la traite des femmes que la prostitution illégale provoque[12].

Dégradation de l’environnement et biodiversité[modifier | modifier le code]

L'urbanisation sauvage de l'île et le bétonnage anarchique des côtes, le non-respect des règlementations sur la pollution, liés au tourisme, ont gravement mis en danger la biodiversité pourtant exceptionnelle de l'île, et profondément dégradé son environnement naturel. Outre les déchets jetés par-dessus bord, l'écosystème est saccagé malgré sa fragilité[13].

On observe depuis 2009 une augmentation des menaces sur l'environnement, évaluées à 12 % en 2009 par l'UNESCO, elles atteignent 36 % en 2011[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Dietler, Carolina Lopez-Ruiz,Colonial Encounters in Ancient Iberia: Phoenician, Greek, and Indigenous relations, University Of Chicago Press, 2009, page 80 : The Phoenician town of Ibosim, later to become Roman Ebusus and modern Ibiza (or Eivissa), was founded by 600 BC.
  2. « Hameau de Balàfia »
  3. These are the names: studies in Jewish onomastics, Bar-Ilan University Press, 1997, page 81, Eivissa(Catalan and used alongside today's Castilian version);Ibosim (Carthage-Phenician);Ebisos(Greek);Yebisah(Arab, Ibiza town known at this period as Madina Iabisa), ISBN 965-226-192-0
  4. Yves Michaud, « Ibiza mon amour », émission Idées sur France Culture, 3 juin 2012
  5. Ivice - Document cartographique disponible sur Gallica
  6. Yves Michaud, Ibiza mon amour : Enquête sur l'industrialisation du plaisir, Nil,‎ 2012, 351 p. (ISBN 2841115208)
  7. elmundo-eldia.com , Baleares tiene la tasa de criminalidad más alta de España doblando la media nacional.
  8. Eivissa Confidencial , Més tràfic de drogues i més eficàcia policial.
  9. (es) Diario de Ibiza Los «narcos» apresados en Eivissa vendían parte de la droga en la isla en verano .
  10. elmundo-eldia.com du , La cocaína llega a Europa en yates que entran por el Mediterráneo y pasan por Baleares
  11. (es) « Una `madame´ obligaba a otra mujer a ejercer la prostitución en Santa Eulària »
  12. (es) « El Govern apuesta por regularizar la prostitución »,‎ 19 novembre 2009
  13. site amics de la terra eivissa
  14. Indicateurs des menaces sur la biodiversité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]